c'est pas moi je l'jure!

s’il pleuvait des larmes

Lundi, à 15 heures, heure de Paris, exactement au moment où je me réveillais, ma grand-mère paternelle, ma Mamie, est morte. Juste quatre mois après mon grand-père.

Saviez-vous qu’elle a été traductrice pour l’armée américaine et qu’elle s’est fait courtiser par un jeune soldat américain? Il voulait l’épouser et l’emmener vivre avec lui aux Etats Unis après la guerre. Vous imaginez ce que serait ma vie aujourd’hui, si ma grand-mère avait épousé un Américain et avait vécu aux Etats Unis au lieu de rester en France?

Mon grand-père était un homme extraordinaire, mais ces deux-là étaient l’exemple parfait de l’adage qui dit que derrière chaque grand homme, il y a une femme. Sans ma grand-mère, mon grand-père aurait été un homme très bien, intelligent, accompli, distingué, entreprenant, et charmant, mais ma grand-mère lui a apporté la joyeuseté, la finesse, l’esprit, la smala, la foi, la tendresse, et un soutien sans faille. Je n’étais pas assez vieille pour le vérifier, à l’époque, mais je pense que c’est grâce à ma grand-mère que mon grand-père a été un grand-père aussi chaleureux et aimant.

Je n’ai jamais su si ce soutien qu’elle a offert à mon grand-père lui a beaucoup coûté ou pas. Je ne sais pas si elle était heureuse pendant toutes ces années en Moselle, à élever ses enfants pendant que son mari se faisait conduire par son chauffeur à son travail dans les houillères de Lorraine. Je ne sais pas s’ils s’entendaient bien ou pas. Je ne sais pas pourquoi ils ont déménagé à Paris lorsque mon grand-père a pris sa retraite. Je sais juste qu’une fois à Paris, elle a longtemps travaillé (bénévolement?) pour Foi et Vie, et qu’elle a aussi longtemps pris soin de sa propre mère, morte à 102 ans lors de la canicule de 2003. Peut-être que mon grand-père aimait tellement nous raconter ses aventures et nous semblait tellement plus grand que nature que ma grand-mère n’a jamais vraiment eu de voix, à part pour dire “Mais enfin, Jean!” et “c’était é-pa-tant!”

Ca peut sembler triste de ne pas avoir autant de choses à raconter sur ma Mamie que sur mon grand-père, et pourtant, dans mes souvenirs, je ne peux pas arriver à le voir sans la voir elle aussi, toujours présente, avec son sourire extraordinaire, sa générosité, son humour, sa façon de dire franchement qu’elle n’en avait “strictement rien à faire” quand elle s’en fichait de quelque chose (ce qui me faisait toujours rire) et de se faire du souci pour moi (ce qui m’a longtemps énervé) et de m’appeler “ma chérie” (c’était la seule au monde qui pouvait m’appeler comme ça!)…

Lors de l’enterrement de ma grand-mère maternelle, ma Mémé, il y a très longtemps, dans cette petite ville de Moselle où tous ces braves gens ont longtemps vécu, dans l’église, mes grands-parents paternels étaient assis juste derrière moi. A un moment, mon grand-père a dû tousser ou dire quelque chose et je me suis retournée pour lui sourire, et en fait j’ai vu ma grand-mère qui était là, juste à côté de lui… et j’ai éclaté en sanglots, tout à coup, comme ça, de tristesse de la mort de ma Mémé, bien sûr, mais aussi de me rendre compte que ma grand-mère paternelle pouvait elle aussi mourir un jour et de ne pas arriver à imaginer une vie sans une Mamie pour me rassurer en me disant “c’est épatant, ma chérie!”

Ma Mamie, comment on va faire sans toi?

24 comments

  1. quel bel hommage à ta Mamie! Et quelle perte aussi… J’espère qu’elle fera comme la mienne, partie, il y a tout juste 10 ans, et qui est bien restée encore dans mon coeur et dans mes conversations… avec elle ;)!
    Je t’embrasse tout fort!

    Like

  2. Fransoize

    Une douce pensée pour toi et tes frère et sœurs. Ta grand-mère devait être extraordinaire. Les grand-mères laissent souvent une trace indélébile lorsqu’on a la chance de les avoir connues. Elles restent dans les souvenirs à jamais … La force, le courage et l’amour des miennes, aujourd’hui parties, m’accompagnent toujours.

    Like

  3. A l'ouest

    Tendres pensées. Parfois les gens n’ont pas besoin de faire des exploits incroyables pour rester dans les cœurs des gens qui les aiment. Et oui, c’est dur de se rendre compte qu’on est tous mortels…

    Like

  4. Alcib

    Mes plus sincères condoléances !
    J’aimerais bien pouvoir écrire au sujet de mes grands-parents, quels qu’ils soient, des mots pleins d’amour et de tendresse comme le sont les tiens au sujet de ta grand-mère, mais, à l’exception de ma grand-mère maternelle déjà âgée quand j’étais enfant, et que je ne voyais qu’une fois par année, je ne les ai pratiquement pas connus. Je me souviens avoir « vu » mon grand-père paternel une fois ou deux ; les deux autres étaient morts quand je suis né.
    Si ta grand-mère avait épousé ce soldat étatsunien, tu serais toi-même Étatsunienne, avec un président orange… et je ne crois pas que tu en serais heureuse ces jours-ci.

    Like

  5. Anaïs

    Moi je peux te dire pourquoi ils ont déménagé à Paris quand papy a pris sa retraite, c’est parce que mamie avait détesté la Moselle et le rôle qu’elle était obligée de prendre entant qu’epouse. Une fois les enfants partis et tout ça terminé, elle a coupé ses cheveux (bye bye chignon de service) et est retournée à Paris. Et c’est eux deux qui m’ont fait aimer Paris au point de vouloir y habiter.

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: