c'est pas moi je l'jure!

je suis peut-être

Je regarde une série-docu sur Netflix qui s’appelle The Surgeon’s Cut. C’est quatre épisodes qui permettent de découvrir des aspects fascinants de la médecine. Ce n’est pas du tout sanglant et gore, parce que ça parle plutôt de découvertes, de techniques de pointes, et du parcours et de l’expertise de ces médecins qui sont tous des sommités dans leur domaine.

Dans le premier épisode, le Dr. Kypros Nicolaides raconte comment et pourquoi il est devenu fetal surgeon, un chirurgien qui opère sur des foetus avant leur naissance. On assiste à plusieurs moments absolument extraordinaires, parfois tristes et parfois heureux, avec quelques unes de ses patientes, et on observe aussi l’humanité de ce médecin. Cet épisode m’a bien sûr particulièrement touchée.

Le deuxième épisode, que j’ai regardé hier soir, était moins à propos des techniques d’opération du cerveau et plus à propos du chemin assez incroyable parcouru par le Dr. Alfredo Quiñones-Hinorosa. Après avoir travaillé dans les champs comme immigrant illégal, il a réussi à faire des études universitaires à Harvard et à devenir neurochirurgien. Il raconte qu’un jour, une camarade de classe lui a demandé d’où il venait et quand il a répondu “du Mexique,” elle a rétorqué “mais ce n’est pas possible, tu es trop intelligent pour être Mexicain.” Cette réponse l’a marqué à vie!

Cela m’a douloureusement rappelé une réponse qui m’a marquée à vie moi aussi. Et je me suis demandée combien il y a de gens qui vivent dans la misère, qui sont illégaux, qui sont opprimés, qui n’ont pas accès à une éducation décente, ou qui sont emmurés par l’inaccessibilité de notre société et qui pourraient sauver des vies (ou faire d’autres choses extraordinaires) comme ces deux médecins, si on leur en donnait l’occasion et les moyens.

Peut-être qu’on devrait plus souvent penser de cette façon: “oh, un immigrant qui va nous siphonner la sécurité sociale et nous voler nos jobs et nous forcer à accepter sa religion et… qui va peut-être devenir un architecte ou prof ou un vétérinaire!” “Oh, un handicapé qui va nous coûter cher et nous demander plein d’accommodations et qui va nous compliquer la vie tous les jours et… qui va peut-être devenir biologiste ou violoniste ou docteure!” “Oh, une femme qui va nous forcer à faire les choses différemment et qui va nous coûter cher avec ses congés maternités et qui va se plaindre de harcèlement quand on lui fait un compliment et… qui va peut-être devenir juge ou pilote ou ingénieure civile.”

Le monde serait bien différent si on ne pensait pas seulement à nos limites mais aussi à notre potentiel.

15 comments

  1. mmechapeau

    Je partage votre point de vue tant pour notre façon de voir les autres que pour les phrases qui tuent à éviter à tout prix. Pour ces dernières, parfois, on ne s’en rend compte que trop tard. On aimerait pouvoir revenir en arrière mais c’est impossible.
    Le gars de l’examen oral de math pour la maturité fédérale suisse avait l’excuse de la jeunesse. Il s’est peut-être amélioré depuis.

    Like

  2. Les compliments à mon égard, j’en ai plein le dos, ce n’est pas tous les jours facile vous savez. Bon, j’ai un physique je dois le reconnaître mais je ne suis pas le seul et puis je suis très heureux en mariage, non il faut que ça cesse.

    Bleck

    Like

  3. wam

    ca me rappelle une phrase que j’avais entendue dans un documentaire “sans l’immigration, on n’aurait pas eu Martin Scorsese. En refusant de donner sa chance à chacun, on se prive de combien de chef d’oeuvre ?”. Oui, ca fait voir les choses sous un angle de vue dont on n’a pas l’habitude…. Et bien plus positif !

    Like

  4. catandfivecats

    la France a accueilli mes grands parents polonais juste après la première guerre mondiale, elle avait besoin de bras et d’ouvriers non qualifiés qui ne coûtaient rien..s’ils n’avaient pas pu rester en France, je ne serais pas là à t’écrire LOL!
    encore un exemple, quoique perso je n’ai rien révolutionné dans le monde, dommage, je me serais bien vue prix Nobel de quelque chose ha ha!😉
    bises du lundi, bonne semaine 😊

    Like

  5. MAG

    Quand verra-t-on un individu pour ce qu’il est et non pour ce qu’il représente de potentiellement négatif ( femme, handicapé, immigrant…) ?
    Le potentiellement négatif étant plus aisément identifiable dans le présent qu’une projection éventuellement favorable dans le futur, mon pessimisme a peu de risque d’être balayé.

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: