c'est pas moi je l'jure!

elle ne sait faire que ah!

Depuis quelques temps, comme vous le savez, je me pose beaucoup de question à propos de ce projet de prendre chez moi des jeunes en difficultés. J’ai peur du chaos que ça va apporter à ma vie, je ne suis pas sûre d’être à la hauteur étant donné que je n’ai jamais eu d’enfant à moi, je n’ai pas envie d’embêter mes voisins avec des requêtes compliquées, je n’ai rien pour mettre mon alcool et mes médicaments sous clé et ça m’embête de le faire (je ne peux même pas garder une bouteille de blanc dans mon frigo??), je ne sais pas à qui demander des lettres de recommandation, je ne suis pas sûre que ma proprio soit d’accord que je le fasse et j’hésite à lui poser la question, et surtout, j’ai peur que quelqu’un fasse du mal à ma Calinette. Bref, j’hésite.

L’autre jour, mon amie Katrina a écrit une lettre de référence pour moi, et elle a écrit une phrase qui m’a frappée: “CHIMO mentorship is both a personal challenge and an opportunity to make a difference.” Or, pendant que je faisais mon doctorat, j’écrivais (en anglais) sur un blog que j’avais appelé “i can make a difference.” A l’époque, je voulais faire quelque chose de ma vie recherche de doctorat qui puisse avoir un impact positif sur le monde, et ce but m’a donné du courage pour continuer quand j’avais envie de tout laisser tomber. Une fois mon doctorat terminé, je n’ai plus jamais pensé à cette idée. Katrina m’a rappelé ce qui était important pour moi, à une époque…

Quand j’essaye de penser à ce que j’ai accompli pour les autres, dans ma vie, ma liste est courte. J’ai effectivement écrit une thèse qui a inspiré au moins dix personnes, j’ai été une prof d’anglais pas trop mauvaise, et j’ai aidé mon frangin à préparer sa présentation de conférence. J’ai aussi écrit quelques gentilles lettres de recommandation pour mes étudiants/employés. Et j’ai fait à manger pendant une semaine pour Justine et son mari. A part ça, niet! (Et comme on le dit en anglais, I am not fishing for compliments donc c’est pas la peine de me dire “si si, tu as fais plein de choses…”).

En même temps, je n’ai toujours pas trouvé ce qu’est le but de la vie / ma vie en général, donc je ne sais pas si ça sert à quelque chose d’aider les autres, ou si “ça compte” pour quelque chose dans le grand plan cosmique (ni s’il y a un grand plan cosmique, d’ailleurs). Ne serait-ce pas plus facile de me faire une bucket list (du genre “je veux voir le Machu Picchu et lire Les Frères Karamazov et sauter en parachute au moins une fois avant de mourir”) et de bosser tranquillement là-dessus pendant ces prochaines années?

bague

Petit souvenir du Mexique.

Cette fois-ci, le thème, choisi par Kiara, est “photographiez-moi un truc exotique.” (Pour les NOUVELLES règles du jeu c’est par là, merci en particulier de m’envoyer la photo avec le lien de votre blog si vous en avez un parce que je suis paresseuse.) Vous pouvez m’envoyer vos photos jusqu’au 30 juillet (inclu), je les posterai le 31 juillet (drcaso @ shaw . ca). Vous pouvez aussi copier le petit badge rose qui se trouve au début de ce post et le mettre sur votre blog pour crâner et inviter d’autres lecteurs à participer (et à joindre le groupe Facebook du même nom).

33 comments

  1. tu te dévalorises, je suis sûre que tu as fait beaucoup pour beaucoup de personnes, mais que tu n’as pas enregistré ça comme “aide à la personne”!! je ne plaisante pas..
    difficile d’avoir un but dans la vie et s’y tenir..il y a tellement d’aléatoires..pour ma part, j’espère toujours ne pas faire de mal à autrui..le reste je m’en arrange..je “surfe” entre les évènements de la vie (pas toujours heureux..)
    aider un jeune est un but, mais parmi d’autres..il faut que tu saches si cela va t’amener plus de joies ou plus de problèmes, fais une liste?
    cool! bon retour au bureau!!
    bises

    Like

  2. Mido

    Moi je dirais plutôt : en te lançant dans cette aventure d’accueillir un jeune… que cherches-tu réellement ?
    C’est ça la vraie bonne question, pourquoi veux tu le faire ? …(tu peux garder la réponse pour toi )

    J’aime beaucoup ta bague…!

    Like

  3. Pour les jeunes, fais une liste de “pour” et “contre”. Il paraît que ça aide. La dernière qu’on m’a demandé de faire (dernièrement) m’ennuyait. Lorsque je me suis enfin décidée à l’écrire, la réponse m’est apparue, évidente. Pas eu besoin de rédiger cette satanée liste🙂

    Like

    • J’arrive pas à faire une liste, il n’y a pratiquement rien ni d’un côté ni de l’autre. J’ai juste envie de le faire, c’est tout, et je n’ai aucune idée de ce que ça peut m’apporter, ni négativement ni positivement.

      Like

  4. samantdi

    Des pistes de réflexion que je peux te donner par rapport à mon propre engagement (ce sont des questions qui n’appellent pas de réponses publiques, bien sûr) : qu’est-ce qui fait écho à ta propre vie dans ces “jeunes en difficulté” ? qu’est-ce qu’ils peuvent t’apporter, eux ? Mais il est important aussi de savoir comment l’association qui te met en rapport avec eux va t’accompagner dans ta démarche (non seulement en termes matériels mais aussi psychologique et, j’oserais le mot “philosphique” – sur le sens que tout ça a dans la vie, la tienne, la leur.). Et dernière question que je pense importante : quel rapport ces jeunes ont-ils avec cette association ? Est-ce qu’on les y inscrit (les services sociaux?) ou est-ce que c’est une démarche volontaire (ils veulent passer du temps avec une sorte de “marraine”)
    Pour moi cette dernière question est capitale, parce qu’il est difficile de créer des liens avec des jeunes gens qui donneraient tout pour être ailleurs que chez toi, même si c’est dans un lieu joli et agréable et avec une personne charmante qui leur propose plein d’activités. Il se peut que ces jeunes préférent être dans une vieille caravane au milieu de nulle part, mais avec leurs frères et soeurs, par exemple)

    Like

    • C’est une excellente question, merci. J’ai l’impression qu’en général, ces jeunes ont un bon rapport avec l’association qui fait de son mieux pour eux et ils le savent. Ca ne veut pas dire qu’il n’y a pas de problèmes, mais je crois qu’ils comprennent que s’ils sont avec une bonne famille, c’est à eux de faire en sorte qu’ils puissent rester avec cette famille. Les familles sont aussi bien encadrées par l’association, et il y a toujours quelqu’un à qui on peut téléphoner en cas d’urgence ou de problème. Il y a souvent des activités avec les familles, les enfants, et l’association, pour que les gens se connaissent et s’entre-aident, et moi, je peux dire que je ne veux plus de tel jeune si ça ne s’est pas bien passé, de même que le jeune peut dire qu’il ne veut plus aller chez moi et il/elle ne sera pas obligé(e) d’y retourner, ou je ne serai pas obligée de le/la reprendre. Ce que j’aime aussi c’est que je peux dire “non” à tout moment, je peux arrêter l’affaire quand je veux.

      Like

  5. Au risque de paraître sans ambitions et minimaliste… pourquoi faudrait-il de grands projets ? pourquoi avoir besoin de dire “ah j’ai fait ça de ma vie” ? L’autre jour en “errant” sur internet, je suis tombée sur les “détectives du bonheur”, le principe : faire une photo hebdomadaire d’un bonheur quotidien… parfois une petite chose, toute petite mais que tu apprécies et qui fait que ta vie est la tienne. Et puis tu verras, même si tout n’a pas un “grand” sens pour toi, finalement y’en a plein qui valent le coup !
    Chacun apporte quelque chose aux autres, toi aussi !!!!

    ^_^

    Like

    • J’ai fait mes “petits délices du dimanche soir” pendant tout l’automne dernier et c’était très sympa, en effet🙂 Mais ça ne m’a pas rendue plus heureuse, ça n’a en fait pas changé grand chose à ma vie je le crains. Je crois qu’en fait je m’ennuie, c’est tout. Je n’ai plus aucun but dans ma vie, plus aucun défit, plus rien d’intéressant. Je ne fais même plus la cuisine!

      Like

  6. val

    Peut-etre si tu as des doutes pourrais-tu avant de te lancer dans cette grande aventure, commencer plus “légèrement” par exemple etre benevole (apprentissage de la lecture, soutien…)?

    Like

      • Sel

        Est-ce que tu sais pourquoi “ça n’a pas marché”? Est-ce que cela ne va pas se reproduire cette fois aussi ? Qu’est-ce qui est différent cette fois ?
        (j’en profite pour dire que tes questionnements et les commentaires sont drolement intéressants, alors merci à tout le monde)

        Like

  7. ddc

    Concernant les choses qu’on fait pour les autres, tu es mauvaise juge car ce sont logiquement les autres qui s’en souviennent le mieux😉
    Je n’avais pas pensé à la problématique pour la proprio… tout de suite ça entraîne plein de questions effectivement ! Son accord est-il nécessaire, est-ce que ça peut être considéré comme de la sous-location/co-location, quid des assurances en cas de dégâts, etc.
    On n’y prend pas part mais il y a ici un parrainage consistant à accueillir un jeune un week-end sur deux (et la moitié des vacances scolaires je crois). Ils ne le font plus que sur base volontaire et ont arrêté de le faire avec des enfants placés par le juge car samantdi a tout à fait raison… apparemment ceux-là préfèrent être en institution et pouvoir foutre le bordel.
    Il vaut mieux se poser ces questions avant, en tous cas ! Peut-être peux-tu en discuter avec ta collègue ou avec Sarah ?
    “Katrina m’a rappelé ce qui était important pour moi, à une époque…” Pourquoi parler au passé ? Ton histoire de jugement pour les places de parking par exemple, c’est cela aussi, non ?

    Like

    • Je crois que l’affaire du parking est en réalité très égoïste. Je déteste qu’on me mette des bâtons dans les roues et/ou qu’on m’ignore! J’en parle avec ma copine et avec Sarah, et avec d’autres, et avec mes adorables lecteurs de blog, et ça me fait refléchir, c’est le but🙂

      Like

      • ddc

        Je parlais de si l’association s’occupait aussi ou non d’enfants placés contre leur gré, là Katrina et Sarah sont mieux placées pour te répondre que nous🙂

        Like

  8. Ygaëlle

    Je trouve que la proposition de Val est pertinente : si cela engendre tant de questions, de doutes, de craintes : peut-être commencer par être bénévole avec ce type de jeunes ou d’enfants, mais en dehors de chez vous. Peut-être même au sein de l’association qui cherche des familles d’accueil, de manière à mieux comprendre les ressorts de chaque protagoniste. Bonne journée !

    Like

    • Patton

      Comparaison aéronautique : Avant de piloter un 747 , on commence par faire des tours de piste en Cessna , puis à piloter de nuit aux instruments , puis sur jet ….etc..etc…. La question est : Votre projet est il situé au stade du ” tour de piste ” ou à celui du 747 ?………😉

      Like

    • Ygaëlle, c’est une idée intéressante. Je crois qu’avant de placer un jeune chez moi, je passerai du temps avec lui/elle et sa famille d’accueil, et si on se déteste, on peut toujours dire “non, désolée, pas possible.”

      Like

  9. Bonjour
    Val m’a devancée: j’allais vous écrire que des associations recherchaient des personnes pour accueillir un enfant pendant ses vacances, ce serait un début, peut-être moins difficile à tous les points de vue mais aussi utile, ou une aide aux devoirs d’enfants défavorisés. Pour avoir eu dans mon entourage un jeune en difficulté, je peux vous dire : réfléchissez, ne vous rendez pas malade, et n’ayez pas des remords le restant de votre vie si le jeune en question ne veut pas être ” sauvé”.

    Like

    • Mais acceuillir un enfant pendant les vacances c’est beaucoup plus difficile que ce que je vais faire, non? Je n’aurai ce jeune que 4 jours par mois, et il/elle ira à l’école, pendant ces 4 jours, sortira avec ses copains/copines, etc. Ce n’est pas du babysitting que je vais faire mais plutôt du co-locatairage😉

      Like

  10. Marie

    Je trouve que le plaisir que tu nous fais tous les jours avec ces quelques lignes, ce n’est pas rien ! Et le conseil d’y aller par étapes successives est bien judicieux.

    Like

  11. karen

    Je pense que prendre quelqu’un chez toi est une grande décision. A priori tu es habituée à vivre seule😉 et cela risque de chambouler ta vie d’une manière très importante. Et tu auras du mal à faire marche arrière. Peut-être t’occuper d’enfants en difficulté à l’extérieur (moi par exemple je les initie au cambodgien et au piano dans un centre culturel). Tu peux leur être d’une grande utilité sans forcément les avoir à demeure. Pour ce qui est de la grande question philosophique qu’ai je fait de ma vie, et quelle trace je laisserai après mon départ c’est un autre problème. Fais ce qui te rends heureuse. Bonne reprise et merci en tout cas pour tous les bons moments que tu nous fais passer nous qui lisons ton blog.

    Like

    • L’avantage de cette association c’est que justement, je peux arrêter quand je veux sans problème. Je n’adopte personne, rien n’est à long terme. En ce qui concerne ma vie, je crois que je ne sais pas encore ce qui me rend heureuse, à part enseigner l’anglais à des étudiants internationaux, mais ça ne remplit hélas pas le compte en banque…
      Merci pour le gentil commentaire🙂

      Like

  12. Ben, on dirait que je me rallie aux avis des personnes qui m’ont précédée ici….peut être est il possible de commencer par quelque chose de plus ” light “….et le côté obligatoire ou volontaire pour les jeunes est aussi important….un jeune qui a eu une vie chaotique va inconsciemment tenter de mettre du chaos dans ses relations avec les autres, car il a toujours fonctionné comme ça avec les adultes qui avaient de l’importance pour lui…..et encore plus si il est dans une injonction de relation…..et ça peut être très difficile et destructeur pour ceux qui veulent essayer de nouer une relation avec lui dans ce cadre….c’est super quand ça marche, mails il faut savoir à quoi on risque d’être confronté…
    Ouh là….j’ai été bien sérieuse aujourd’hui…..

    Like

    • Non, je ne crois pas qu’il y ait “injonction de relation” heureusement. Mais c’est sûr que ça ne sera pas facile. Mais est-ce que je ne me suis donné que des défits faciles, dans ma vie? N’est-ce pas là un oximore?😉

      Like

  13. fleur d'avril

    Moi non plus je ne fais rien de ma vie et c’est le drame quand on est retraité et déclaré incompétent par la société à cause de notre grand âge !!!!!! Quel sens a alors la vie, sinon attendre la mort sans trop embêter les autres. Dure épreuve. Télé, lecture, manger pour survivre, se faire des petits plaisirs, bof bof….Alors lance toi à fond, même si tu as peur et que cela se révèle difficile, frustrant, fatigant, décevant, inutile, lance-toi…..

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s