c'est pas moi je l'jure!

je manque de toi

Calinette est morte il y a exactement un an. J’ai beaucoup de mal à écrire ce post mais je vous dois bien quelques explications, mes chères lectrices et chers lecteurs.

Calinette était donc pratiquement complètement aveugle, mais elle prenait bien son médicament contre la blood pressure tous les soirs. Elle semblait aller plutôt bien.

Moi, j’étais en congé sabbatique, pendant l’hiver 2020, et je suis retournée au boulot le 2 mars quand les choses ont tourné au vinaigre, pour aider mon secrétaire et ma directrice intérimaire à passer tout le monde en ligne. On a bossé quinze heures par jour du 2 au 17 mars, weekends inclus. J’ai donc abandonné la pauvre Calinette pendant quinze jours.

Ensuite, jusqu’à la fin du mois, je travaillais encore quinze heures par jour mais à la maison. J’étais assise sur mon lit dix-huit heures par jour et Calinette dormait contre moi pratiquement tout le temps. Je l’entourais aussi souvent de mon bras pendant la nuit. On n’avait plus le droit de sortir ni de voir personne, et on a passé deux semaines comme ça, l’une contre l’autre.

Vers la fin du mois de mars, j’ai remarqué que Calinette s’encoublait parfois dans les papiers sur mon lit et tombait quand elle essayait de sauter quelque part. Je me suis dit que son arthrite empirait et qu’il faudrait aller voir la vétérinaire dès qu’elle rouvrirait.

Et puis le 31, Calinette était couchée près de moi mais d’une façon inhabituelle: contre ma jambe, mais avec sa petite tête sur mon genou. Epuisée et débordée, je ne me suis pas posée de questions et j’ai passé la soirée comme ça, à travailler et lui dire que je l’aimais et caresser sa petite tête dès que j’avais une main de libre.

Vers 10 heures, quand j’ai voulu aller manger quelque chose, elle a essayé de me suivre, comme d’habitude, sauf qu’elle n’arrivait plus à se soutenir sur ses pattes, elle rampait sur son ventre de façon misérable. Effarée, je l’ai posée par-terre pour voir si ça allait mieux sur le sol mais non, elle n’arrivait plus à se lever sur ses pattes et elle miaulait, terrifiée et sans comprendre ce qui se passait.

J’ai immédiatement texté ma gentille voisine anglaise (pas revue depuis au moins un mois et elle aussi en quarantaine) pour lui demander de l’aide, j’ai trouvé l’adresse du véto d’urgence, et puis j’ai mis Calinette dans sa petite caisse de transport (elle ne s’est pas beaucoup débattue) et ma voisine, couverte de la tête aux pieds (gants inclus) est arrivée. Elle a pris l’ascenseur avec Calinette pendant que moi, toujours en pyjama, je descendais par l’escalier. La voisine a posé Calinette dans la voiture et je suis partie chez le véto.

La suite n’a été que l’un des pire cauchemars de ma vie. J’étais coincée dans ma voiture devant le cabinet vétérinaire d’urgences (pas chez notre gentille vétérinaire habituelle, donc), en train de pleurer comme une madeleine, avec le véto qui examinait Calinette et m’appelait toutes les trois minutes pour me poser des questions, et ma frangine que je re-facetimais entre chaque question du véto, et ça a duré au moins 30 minutes, dans un froid de canard, et je n’arrivais pas à m’arrêter de pleurer.

Finalement, le véto a dit qu’il allait garder Calinette pour la nuit et lui faire des tas d’examens pour savoir exactement ce qui s’était passé, mais que c’était probablement un caillot de sang et il ne savait pas à quel point elle pourrait remarcher ni si elle souffrait beaucoup.

J’ai toujours promis à Calinette que je ne l’abandonnerais jamais et que je ne la laisserais jamais souffrir. Donc j’ai demandé au vétérinaire de l’endormir. Ils m’ont alors laissé entrer et m’ont installée, avec une Calinette un peu sonnée dans les bras, dans une petite pièce où j’ai probablement passé une heure à parler à ma pitchoune et à lui dire combien je l’aimais. Ils avaient mal refermé le bitonio de la perfusion de sa patte et du sang s’est répandu absolument partout sur moi et le canapé, ce qui nous a fait un peu rire, Calinette et moi, au vue de la situation hyper désinfectée de l’époque. Elle voulait certainement laisser une trace d’elle, ma crapule chérie!

Et puis j’ai appelé le véto qui n’a pas arrêté de causer pendant qu’il a endormi ma Calinette dans mes bras. Elle s’est endormie très rapidement. J’aurais aimé qu’il se taise.

Je lui ai fait un dernier câlin avant de la laisser toute seule sur sa petite couverture, ma pitchoune adorée, pour rentrer chez moi avec une caisse de transports vide et un trou immense dans le coeur. Il n’était même pas minuit.

20 comments

  1. Valérie de haute Savoie

    C’est un cauchemar absolu de devoir prendre la décision de mettre fin à la vie de nos amours félins. Je ne crois pas que je m’en suis encore remise, je pleure en te lisant, tant cet instant est gravé dans ma mémoire. J’ai eu la chance d’avoir dû dire adieu à Chamade alors que la pandémie ne nous avait pas encore pourrit la vie, j’ai pu rester tout au long de la consultation et comme toi ensuite, la prendre contre moi au moment où la vétérinaire l’endormait. Depuis trois jours je rêve qu’un chaton vient vers moi… je te fais un gros et tendre baiser pour ce jour anniversaire si triste ❤️

    Like

  2. mmechapeau

    Moi aussi, je pleure en vous lisant. Nous avons dû prendre la même décision l’an passé, mais pas en urgence. C’était en mai et malgré la pandémie, nous pouvions accompagner nos amis chez le vétérinaire. Notre chatte, qui avait 16 ans avait une tumeur dans la bouche et n’arrivait plus à se nourrir. Courage.

    Like

  3. catandfivecats

    moi aussi je pleure, j’ai les yeux pleins de larmes, le nez qui coule, tu ne nous avais pas raconté tout cela, je sentais bien que cette pauvre Calinette était partie en te laissant toute malheureuse (même plus que ça, je n’ai pas le mot), je ne sais pas quoi ajouter pour que tu sentes moins triste, peut être que Miss Penny aide un peu?
    ici c’était notre Noé qui était partie vers un autre paradis juste un mois plus tôt, elles étaient presque “jumelles”, tout ce que tu écris me fait si mal au coeur pour toi et pour nous..je te serre fort dans mes bras, très fort, je t’embrasse aussi.

    Like

  4. MAG

    Tu as eu beaucoup, beaucoup de courage pour faire abréger les souffrances de Calinette. Je n’ai jamais pu le faire pour mes chats et c’est un regret permanent. Ta décision a dû jouer sur ton deuil, tu souffres mais tu es paisible.
    Il n’y a que mes chiens qui ont connu un départ programmé quand il n’en pouvaient plus de vivre.
    Qu’elle était belle et élégante Calinette, une merveille.

    Like

  5. C’est un terrible anniversaire, en effet.
    Tu as pu rester avec Calinette jusqu’au bout, même si cette consultation téléphonique a dû être absolument horrible, en effet.
    Douces pensées pour Calinette et pour toi (et pour Miss Penny, pour pas de jalouses)

    Like

  6. Euh… comment dire… pour le prochain billet, est-ce qu’on pourrait avoir une bande son avec grosse caisse et grands coups de cymbales sur une vidéo de filles nues dansant au coucher de soleil dans une piscine remplie de choucroute garnie, le tout orchestré par un Patrick Sébastien hilare.

    Bleck

    Like

  7. elisabeth

    J’ai pleuré et je pleure encore pour Câlinette et vous qui êtes dans la peine. J’ai connu votre blog grâce à Câlinette qui m’a aidée à combler l’immense vide causé par la mort de mon chat noir. Au fil du temps je me suis attachée à vous deux (même si je n’ai jamais commenté). Je vous admire d’avoir accueilli miss Penny qui parait très heureuse maintenant. Quand vous aurez déménagé et serez plus proche de l’Europe si vous veniez en Bretagne j’aimerais vous rencontrer, la Zia semble bien être une voisine…..
    Elisabeth

    Like

  8. Il y a 10 ans, j’ai dû dire à une copine vétérinaire, que non, ça ne valait pas le coup de tenter une chirurgie invasive pour sauver temporairement ma boule de poils, surtout si c’était pour qu’elle mette du temps à se remettre de l’intervention sans jamais regagner une vie normal de chat. Je t’envoie moult pensées et bises, même si on ne se connaît pas.

    Like

  9. 😢 je suis tellement triste en lisant cela.
    Je suis dans mon lit et Youyou dort contre mes fesses et jambes (je suis son panier).
    Je n’ose pas imaginer le jour où je vivrai ce que tu as vécu avec ta Calinette chérie 😞
    Un abrazo fuerte.

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: