c'est pas moi je l'jure!

raccrochez c’est une horreur

Je suis en train de devenir aigrie et amère. Et je déteste ça! Depuis quelques mois, j’ai l’impression que toutes mes illusions, tous mes espoirs, et le peu de foi qu’il me restait en l’humanité fondent comme chocolat au micro-onde.

D’abord, notre secrétaire adorée de département est partie et personne ne l’a remplacée. Quelques semaines plus tard, une collègue extraordinaire et qui porte pratiquement tout le département sur ses épaules a elle aussi décidé de partir. Là, déjà, Ze Boss a fait une mini-dépression nerveuse. Nous, on était sous le choc.

Ensuite, une discussion par emails entre tous les membres de notre boîte a tourné en vrille et des commentaires attrocement racistes et abjectes ont été échangés. Jamais je n’aurai pu imaginer qu’autant de personnes avec autant d’éducation seraient capables d’aussi peu d’humanité et d’autant d’étroitesse d’esprit. Là, j’étais atterrée.

Pendant ce temps, le département a sélectionné et rencontré de nombreux candidats pour deux nouvelles positions, créées pour diriger un nouveau programme qui commence en septembre. L’un des candidats était une collègue qui travaille déjà avec nous avec un contrat limité et qu’on voulait embaucher pour de bon. Une fois les deux perles trouvées (dont notre chère collègue), notre Chef Crocodile a décrété que finalement, on ne pouvait embaucher qu’une seule personne, et ce n’était pas notre collègue! Conclusion: on aura perdu deux collègues indispensables (plus la secrétaire) et gagné une seule nouvelle collègue au lieu de deux! Nous, on est cataleptiques! Sauf bien sûr les quelques collègues qui sont tellement dégoûtés par tout ce merdier qu’ils cherchent déjà du boulot ailleurs…

Finalement, à New York, plusieurs personnes et moi avons travaillé férocement et pendant plusieurs jours sur un plan stratégique crucial pour le futur de notre organisation en nous basant sur des réalités pédagogiques. Malheureusement, les grosses légumes à la tête de l’organisation ont rejeté nos arguments en masse pour finalement prendre une décision funeste et basée uniquement sur des réalités… financières! Là, je suis anéantie.

Et ça continue, et ça continue…

.

pizza

.

1. Téléphoner à la pizzeria du coin pour se faire délivrer une “medium primavera pizza.”

2. Prendre deux analgésiques contre le mal de tête qui ne nous quitte plus et aller fumer la deuxième cigarette de l’année sur le balcon.

3. Payer la pizza et l’emporter au lit avec une petite bouteille de vin. Déguster en filant des petits bouts de fromage aux coquines et en lisant un bon bouquin pour essayer d’oublier la vie.

Réussite: 20/10! Hips…

17 comments

  1. Malheureusement, je ne peux même pas tenter de te réconfortant en te disant que c’est la merde comme ça dans plein d’autres boîtes, je te déprimerais encore plus.

    Quoique les commentaires racistes en e-mail, ça m’étonne, j’aurais pensé le Canadien plus… “politiquement correct”, surtout au beau milieu d’emails professionels, et donc archivés et tout. C’est un motif de licenciement…

    Like

  2. Je t’embrasse fort, Dr CaSo. Comme elPadawan, je risque de te déprimer encore plus si je te raconte comment ça se passe avec mes Grands Ducs dans le Pigeonnier… Y’a des logiques qui ne sont vraiment pas compréhensibles, sauf quand on a un porte-monnaie ou un porte-feuille d’actions à la place du cœur.
    Courage, ne lâche pas le morceau.
    Des bises!
    (et oui, le colis est toujours sur ma table de salon, je suis une horrible copine, mais ça va partir hein!)

    Like

  3. Valérie, merci 🙂

    elPadawan, hélas, je le sais que c’est pareil partout, ce qui me fait me demander pourquoi je me donne du mal pour essayer de faire les choses différemment puisque l’issue sera toujours la même… C’est dingue, je n’ai jamais de ma vie atteint un tel degré de …. je ne sais même pas comment l’expliquer… dégoût? défaitisme? perte de foi? En ce qui concerne les commentaire racistes, ça a commencé parce qu’on nous a dit que l’université de Carlton allait créer un programme d’études sur l’islam parce qu’ils avaient fait un cours là-dessus qui avait eu tellement de succès qu’ils pensaient que le programme marcherait bien. Une personne d’ici a fait la remarque suivante, à peu près: si ils avaient offert un cours sur les extra-terrestres, ils auraient aussi eu du succès, alors pourquoi ne pas créer un programmes sur l’étude des extra-terrestres? Et si ils se basaient, à Carlton, sur le nombre de musulmans qu’ils avaient dans la communauté, ils devraient savoir qu’il y beaucoup plus encore d’athéistes mais qu’eux ne demandaient pas à grands cris qu’on étudie l’athéisme parce qu’ils ont la décence de savoir que le reste du monde s’en fout de ce qu’ils croient. Et finalement, qu’il ne comprenait pas qu’on puisse étudier une religion qui clairement foutait la merdre dans le monde entier au lieu d’étudier un truc beaucoup plus utile comme la biologie ou les maths. Comme ça, mais en pire! Et son argument? La liberté d’expression! Et à partir de là, c’est tombé de caribe en sylla!

    Like

  4. Llyn, je le sais, je le sais, et effectivement ça n’arrange pas les choses… Finalement je me demande si je ne vais pas faire des études de business pour être celle qui se fait du pognon sur le dos des autres au lieu de laisser les autres se faire du pognon sur mon dos…

    Quant au colis 😆 ne te fais pas de soucis, je dois au moins 50 cartes postales et cadeaux à mes lecteurs (dont toi, j’en suis sûre) depuis que ce blog a ouvert alors je te pardonne tout 🙂

    Like

  5. Lullaby

    oh nooon… cela dit l’herbe n’est pas plus verte ailleurs, j’ai l’impression d’avoir déjà vécu ça au moins 2 ou 3 fois en fait!
    Il faut faire le gros dos et attendre de voir comment les choses se remettent en place…
    Je t’embrasse!
    PS: les études business, mauvais plan, ça rapporte pas tant que ça tu sais…

    Like

  6. swedishshef

    Et la bouteille de vin, elle a eu combien ? J’espère, au moins que le vin était FRANÇAIS 😉

    Ici on dit emploi à la place de position. Je sais parce que j’ai failli me faire avoir quand je suis allé passer mon entretien (non pas sur le vélo, un peu plus loin) : je te laisse deviner où 😀

    Sur l’amertume dans le boulot, je sais de quoi tu parles, d’où l’entretien ailleurs… Je t’envoie plein de bisoux pour te remonter le moral, en espérant que ça passe !

    PS : faut-il continuer à t’envoyer du chocolat s’il fini dans le micro-onde ? c’est gâcher quand même !

    Like

  7. Et ben mon cochon, en voilà du vilain ! Je me croirais à mon boulot tiens ! Par ici c’est tout pareil, la collègue qui claque la porte et démissionne, l’autre qui dépressionne et dans le rôle de la fille qui bossait déjà en contrat limité et attendait le contrat pour de bon “heidi bibi” qui sait que dans deux mois elle va devoir (encore) changer d’établissement pour aller où , ça on sait pas… wééé !

    Donc moi, le chocolat je le bouffe a pleines tablettes ! 😉

    Like

  8. Vilaine période en effet 😦

    En général ça ne dure qu’un temps et ça repars sur du bon.

    Ne jamais s’abaisser aux genres de propos de ces courriel! Pffft!

    Mais quand même… le moral doit tenir, sinon un rien nous abat!

    Ce qui aurait pu m’arriver ce midi quand au Brico-Loisirs de Crissier, on m’a tout simplement amenée dans le bureau du gérant pour m’accuser de vol à l’étalage!!!! 😯

    Je suis restée zen, je comprends que de mettre des trucs directement dans les cabas en déambulant dans les allées, que de se moucher ou tout simplement étaler un peu de baume pour les lèvres peut alerter les vigiles qui nous voient remettre ces trucs dans nos poches…

    Sauf que soit ils ont halluciné, soit euh… je sais pas. Ce fut extrêment étrange comme expérience sur sol helvétique.

    J’ai encore l’impression d’avoir rêvé… bref: bises et bon courage!

    Like

  9. Je voudrais bien te réconforter mais c’est dur de trouver des exemples positifs et inspirants! Cela dit, chez nous il y a eu récemment une petite vague de départs, on est en effectif de plus en plus réduit depuis le début de l’année, et l’effet positif, c’est que ceux qui restent se serrent les coudes. Et le boss qui prenait les mauvaises décisions, nous on s’est carrément débarrassé!

    Like

  10. quelle horreur oui, l’exacerbation de ces tensions religieuses partout dans le monde… Ca n’augure rien de bon pour les années à venir.

    Je vois bien ce que tu veux dire quand tu dis que tu n’as jamais ressenti autant de […] : quand je bossais en collège et lycées j’appelais ça les moments BEUARG, quand tu as l’estomac comme un nid de serpents et les poings qui se serrent inconsciemment, même plusieurs heures après. A cette place tes coquines auraient eu le poil tout hérissé en crête et une queue triplée de volume, je crois bien !

    Des bises en te souhaitant que ça s’apaise un peu dans ton travail, ou au moins dans ton périmètre immédiat.

    Like

Comments are closed.

%d bloggers like this: