c'est pas moi je l'jure!

à tout peser à bien choisir

Mon cher copain Tom explique que dans la vie, il faut savoir ce qu’on veut et ensuite agir en conséquence. Son frère, par exemple, a toujours dit qu’il voulait fonder une grande famille et pourtant, il choisit de sortir avec des filles qui ne veulent que s’amuser et qui partent en courant dès qu’elles entendent le mot mariage.

Moi, après ma dernière relation sérieuse et la façon dramatique dont elle s’est terminée, j’ai pris une décision sans vraiment réfléchir aux conséquences: je ne voulais plus rien devoir à personne et que personne ne me doive rien; je ne voulais plus jamais dépendre de personne ni que personne ne dépende de moi.

Le résultat, c’est que j’ai rencontré des gens très chouettes et je m’en débarrassais immédiatement dès qu’ils se rapprochaient un peu trop de moi, avec des excuses stupides.

20130412-174126.jpg

Je me souviens d’un copain d’université que j’aimais beaucoup. Un jour, il m’a dit qu’il voulait rester vivre aux Etats Unis après la fin de ses études. Quand les choses entre nous ont commencé à être sérieuses, je lui ai dit que je ne voulais pas être forcée de vivre quelque part à cause de quelqu’un et je l’ai quitté.

Il y a aussi eu ce mec à Toronto, rencontré pendant un cours de cuisine et speed dating, à qui j’ai dit que je voulais me concentrer sur mon boulot et avoir la tenure avant de commencer une relation sérieuse.

A Toronto aussi, j’ai rencontré un jeune homme hyper sympa, drôle, intelligent, good-looking et tout… et à celui-là j’ai expliqué qu’il était trop jeune pour moi. Un des deux seuls vrais regrets de ma vie!

20130412-180613.jpg

Bref, je voulais être indépendante et seule et je suis restée indépendante et seule pendant toutes ces années. Ce n’est qu’à cause d’une vulnerabilité passagère et d’une crise de la quarantaine que j’ai accepté que les choses soient différentes avec Bob. Et c’est là que je me suis rendue compte qu’en réalité, j’avais besoin de plus que ça. L’indepéndance c’est génial, mais ça ne m’apporte rien émotionellement et physiquement.

C’est aussi grâce à Bob que je me suis rendue compte de toutes ces excuses que j’avais trouvées pour rester seule, au fil des ans.

Et la nuit dernière, j’ai aussi réalisé que Bob était un homme charmant, intelligent et fort sympathique, et qu’une autre raison pour laquelle je l’ai laissé se rapprocher autant de moi est parce qu’en plus il était unavailable! Je ne prenais donc aucun risque parce que inconsciemment, depuis le début de notre histoire, je devais penser que Bob ne détruirait jamais sa vie de famille pour moi.

20130412-181524.jpg

Mon cerveau est un vrai connard!

20130413-011942.jpg

13 comments

  1. quelle analyse réaliste… ;)!
    Ce qui est très bien, dans ce que tu décris, c’est de réaliser l’effet de la pensée/décision sur tes actes. Crois-tu que passé 40 ans, tu n’as plus le droit de prendre de décision? Celles que tu avais prises à 30 ans (ou je ne sais quand) t’ont influencées sur la prochaine décennie… Il est temps d’en changer! Elles avaient leur raison d’être à un moment donné, mais peut-être qu’elles sont moins nécessaires maintenant. Non?
    Le pensée crée… aussi les belles choses!
    Tu peux choisir d’ouvrir ta forteresse… (ça demande du courage, c’est vrai), et te laisser surprendre!
    Le choix t’appartient de ce que tu veux avoir/garder comme pensées… Et s’il y en a qui ne sont plus d’actualité, essaie de les éliminer! Cette crise (appelons-la par son nom) de la quarantaine est justement là pour te faire réfléchir à ce que tu as fait jusqu’à maintenant et ce que tu veux faire pour la suite! C’est chouette d’avoir une deuxième chance, non? (ou une troisième, quatrième, … )
    Je te souhaite un beau chemin!!!

    Like

  2. il faudrait que quelqu’un botte le “c.l” de ton cerveau! il n’a pas le droit de t’imposer des règles inhumaines!
    bon je m’énerve, mais tu vaux bien mieux que ton cerveau!
    cool, le temps s’arrange te demain il fera beau!
    alors à demain!!!
    bises bretonnes

    Like

  3. erin

    “je ne suis pas obligée d’être seule. Je ne suis pas obligée de me battre pour tout. Contre tout. Je ne suis pas obligée de m’enfuir[…]”
    Jeanette Winterson, why be happy when you could be normal?
    Livre qui m’a touchée, tout comme ton post…

    Like

  4. laurence

    eh bien à partir du moment où tu as su complètement analyser la situation, c’est donc bien toi qui va imposer un changement …. si tu le décides…. si tu en as envie ! mais c’est super de pouvoir faire cette introspection réaliste alors ne sois pas trop dure avec toi même et lâche toi , enjoy la vie ! car la vie passe trop vite et il vaut mieux avoir des remords… que des regrets ! bisouilles à demain !

    Like

  5. L’indépendance ne veut pas dire la solitude affective. Tu peux rencontrer quelqu’un qui ne t’enchainera pas, Dr et qui te laissera être indépendante … et dépendante. Ca existe, tu sais.
    Quant à Bob, ça me fait mal au coeur de voir à quel point il t’a chamboulée.
    Un chagrin d’amour. Parce que les coups de foudre, ça existe aussi.

    Like

  6. Bon, maintenant, tu vas aller t’abriter de la pluie dans un café….il ne restera qu’une place près d’un monsieur charmant de sa personne….il va entamer la conversation….et tu vas te rendre compte qu’il est beau, intelligent, sympathique, libre et que justement il compte habiter à ATPN très bientôt…..

    Like

  7. De quoi s’interroger en effet ! Sur le choix, la solitude, ses effets et ses méfaits et parfois est-ce vraiment un choix ? Ah tous ces moi, surmoi, inconscients et même sous moi (sous soi, c’est pour plus tard) qui nous dirigent.

    Like

  8. Mel

    Maintenant que tu as compris tout cela tu t’autoriseras peut-être à rencontrer des hommes charmants ET disponibles… Bon séjour en Europe en tout cas !

    Like

  9. Réaction normale d’un cœur blessé, mon amie! Je fais de même pour le moment. Normal car ça a fait tellement mal qu’on a peur de souffrir encore. Puis, pour moi, j’ai passé ma vie à penser aux autres, à donner aux autres, à faire qq chose pour plaire aux autres et… et moi dans tout ça? Je me suis oublié et personne n’a vraiment pensé à moi. Alors maintenant, je suis dans une phase de moi-moi-moi😀. Je rebâti ma carrière, je retrouve ma passion, je veux voyager à nouveau, je veux vivre heureuse et revoir les beautés de ce monde, comme avant. Puis… bien… on verra… un jour à la fois.

    Et comme dit Axelle, l’indépendance ne veut pas dire solitude affective. Tâte le terrain, laisse la vie couler autour de toi, apprécie la beauté de l’amitié et écoute ta tête un brin et ton cœur beaucoup.🙂

    Bon Voyage… je t’envie :p

    Like

  10. Tu sais, s’ils étaient si bien que ça, les mecs en question, ils ont dû se rendre compte que si tu les as éloignés, c’est que tu n’étais pas prête, ou que tu avais encore “some stuff to sort out”. Je ne pense pas qu’ils ne t’en aient voulu (sinon ça serait pas des mecs si bien que ça de toutes façons :p)

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s