c'est pas moi je l'jure!

timide intimité

Il y a quelques semaines, un article est passé sur Fesse de Bouc à propos des introvertis. Et comme en ce moment je suis épuisée par mon gros projet qui me demande d’être incroyablement sociable et sociale et affable, je me suis dit que ceci expliquait peut-être cela (avec photo de moi à l’appui)!

IMG_9890

1) Les introvertis ont besoin d’être seuls pendant un moment pour se “recharger” après avoir fait l’effort d’être sociable. Je peux être énergique et souriante pendant deux heures de cours, mais après ça je suis une loque, je me rappelle à peine de mon prénom, je suis incapable de faire quoi que ce soit à part de regarder Grey’s Anatomy, et surtout, je n’ai envie de parler et de sourire à persone! Il me faut au moins deux heures pour récupérer et me sentir à nouveau moi-même après chaque cours!

2) Les introvertis ne détestent pas être avec d’autres gens mais n’aiment pas beaucoup la foule. Moi, j’aime être avec un petit groupe d’amis mais je hais la foule lors de gros événements (donc la foule dans un aéroport ne me gêne pas du tout, par exemple). Je déteste profondément les fêtes avec plein de monde, surtout quand on doit tenir un verre dans une main et une assiette dans l’autre et faire la causette avec plein de gens qu’on ne connais pas! Donc en gros, je déteste être entourée de plein de gens avec lesquels je me sens forcée d’interragir.

3) Le silence ne dérange pas les introvertis. Je dirais même plus: j’aime le silence! J’aime ne devoir parler à personne quand je vais seule au resto ou au cinéma, j’aime ne pas devoir parler quand je rentre le soir chez moi, j’adore conduire pendant des heures toute seule, j’aime regarder et écouter les gens parler et rester silencieuse.

4) Les introvertis ne sont pas tous des timides. Moi, je peux (et je dois très souvent) faire des nouvelles rencontres, enseigner, faire des présentations de conférences, organiser des projets avec plein de gens, tout ça sans aucun problème. J’aime ça. Je n’ai pas peur des gens, j’aime me faire des nouveaux amis, j’aime travailler avec mes employés, j’aime passer du temps avec les gens que j’aime, et j’aime partager mes connaissances. Mais après… voir point No. 1…

5) Ce n’est pas parce que les introvertis sont souvent silencieux qu’ils jugent ou n’aiment pas les gens autour d’eux. Moi, j’aime beaucoup passer une bonne soirée avec mes amis, j’adore observer les gens autour de moi et écouter leurs conversations, mais j’aime encore plus penser à mon chat qui m’attend à la maison, mon lit confortable, le dernier bouquin que j’ai commencé, le dernier épisode de Gray’s Anatomy, mes projets au boulot, la plaque de chocolat qui m’attend dans mon frigo, etc. Mon petit monde intérieur suffit largement à mon bonheur.

6) Les introvertis sont secrètement très heureux quand vous annulez vos projets. Haha, je l’adore celle-là! C’est vrai, parfois je suis contente quand des projets avec mes amis tombent à l’eau parce que j’adore rester chez moi les cheveux crades, en pyjama, à regarder Grey’s Anatomy avec mon chat ou à placoter avec les fleurs de mon balcon. Je n’ai pas peur d’être seule et j’aime même plutôt ça.

7) Mais en même temps, les introvertis espèrent aussi secrètement que vous allez les inviter à aller au cinoche ou au resto avec eux (et ce n’est pas parce qu’ils ne vous téléphonent pas tout le temps pour organiser des trucs qu’ils n’aiment pas passer du temps avec vous). Je n’arrive pas à organiser des projets/sorties moi-même, donc souvent les seules choses que je fais sont quand mes amis m’invitent à faire quelque chose avec eux, donc j’aime aussi bien ça, finalement😉

8) Les introvertis ont souvent du mal à créer des connections et à communiquer. C’est vrai que je n’ai jamais réussi à appeler quelqu’un “juste pour papoter” quand je me sens seule ou triste ou que j’ai besoin de râler. Et quand quelqu’un me téléphone pour cette raison, j’ai aussi beaucoup de mal à “accrocher.” Je ne sais tout simplement pas quoi dire. Par contre, j’adore appeller mes frangines parce que voir/parler avec mes neveux/nièces me fait toujours du bien. Ils n’attendent rien de moi (à part des bisous) et je n’attends rien d’eux (à part des bisous), alors je me sens moins “à côté de la plaque” que lors de conversations d’adultes.

9) Ce n’est pas parce que les introvertis sont souvent silencieux qu’ils n’ont rien à dire! Hah! Moi j’ai plein d’opinion à propos de tout, j’aime bien être la cheffe de temps en temps, j’aime bien parler (et j’aime bien qu’on m’écoute aussi!), mais souvent, ça me demande trop d’efforts de prendre la parole dans un groupe (une réunion, par exemple), (ou alors j’imagine que ce que j’ai à dire n’a aucune importance et que tout le monde s’en fiche) donc je me tais.

10) Je peux être très polie et souriante et enthousiaste pour de vrai, mais je sais aussi très bien faire semblant. Avec les années, je remarque qu’au boulot, je fais (volontairement) semblant de plus en plus souvent (et de mieux en mieux), alors que dans ma vie personnelle, j’ai de moins en moins envie de me forcer à faire semblant. Si mes amis ne m’aiment pas comme ça, tant pis pour eux, c’est trop fatiguant de ne pas être moi-même!

chat

20 comments

  1. alcib

    Je me reconnais plus ou moins dans plusieurs des points que tu mentionnes (je n’ai pas fait le compte : c’est lorsque j’arriverai à la fin de mon commentaire que je saurai:o), mais je ne crois pas être introverti pour autant.
    1. C’est normal qu’après une dépense (d’énergie, d’argent, etc.), on ait besoin ou simplement envie de refaire le plein. Après une activité d’animation, de formation, de communication, je suis parfois fatigué mais, la plupart du temps, heureux, et stimulé, mais pas déprimé. J’ai plutôt envie de continuer à faire quelque chose d’intéressant, avec ou sans les autres.
    2. Je n’aime pas les foules ou, plus précisément : je n’aime pas être dans la foule. Mais je n’ai pas peur de m’adresser à des foules (si j’ai quelque chose à leur dire) ; 500, 3 000 ou… des millions (à la radio ou à la télévision), je préfère m’adresser à eux que d’être au milieu d’eux. D’une part je suis un peu claustrophobe (et non agoraphobe), mais si on a un message à livrer, c’est moins embarrassant que de devoir parler de la pluie et du beau temps avec des inconnus.
    3 Le silence, la solitude, sont pour moi de vrais amis. Autant j’aime à l’occasion être avec un certain nombre (pas trop grand) de personnes avec qui j’ai des affinités, des intérêts communs, autant je peux rester chez moi plusieurs jours sans sortir, sans utiliser le téléphone.
    4. J’ai été, les 30 premières années de ma vie, assez timide (dans la classe, à l’université, j’essayais de me cacher derrière les autres afin que le professeur ne remarque pas si je ne comprenais pas). Mais j’ai vite constaté que les autres n’étaient pas toujours plus à l’aise que moi ; alors j’ai commencé à aller vers eux. Et, si j’ai quelque chose à lui dire, je peux aussi bien appeler la reine d’Angleterre et du Royaume-Uni que… n’importe qui d’autre. L’ennui, c’est que la plupart d’entre eux ne m’intéressent pas.
    5. J’aime aussi écouter, observer… Mais si je suis dans un petit groupe, je crois que la politesse exige qu’au moins les autres entendent ma voix une ou deux fois, ne serait-ce que pour leur faire comprendre que, sur certains points, je ne suis pas différent d’eux ou… tout le contraire.
    6. C’est vrai que je suis parfois content si un projet est annulé ou reporté, mais c’est surtout parce que ce n’était pas pour moi le moment le mieux choisi ou parce que j’ai déjà pas mal trop d’autres choses à faire.
    7. Pas vraiment. Ma hantise : recevoir une invitation sans avoir eu le temps de trouver une bonne raison de refuser ou de… demander à réfléchir. Spontanément, je dirais plutôt : non.
    8. Tout cela est relatif. Je peux facilement établir une communication avec les autres s’il y a un intérêt commun, connu ou prévisible, ou si on n’a pas le choix : si on doit passer un long moment ensemble sans possibilité de fuite.
    9. J’ai plein de choses à dire, mais je ne suis pas sûr que les autres soient intéressés à ce que je le dise. Et je pense aussi à ce qu’écrivait quelqu’un (je ne sais plus qui) : « Je n’ai rien à dire, mais je tiens à le dire moi-même. »
    10. Que ce soit dans la vie personnelle, professionnelle ou sociale, je crois qu’il nous arrive tous de devoir faire des efforts pour se montrer polis, à défaut de se montrer solidaires ou aimables. Certains sont mieux entraînés que d’autres à ce genre de représentation. J’essaie souvent d’éviter ces occasions mais, si je ne peux y échapper, j’essaie de ne pas faire subir aux autres, amis, proches, collègues… ma frustration ou ma mauvaise humeur… à moins que ce ne soit le message que j’aie envie de faire passer.
    Alors, Docteur, suis-je normal ? Si oui, suis-je intro ou extraverti ?

    Like

  2. La zia

    mais alors, on est tous introvertis ? même moi qui adore rencontrer des gens bien, j’adore encore plus des grandes journées sans un seul bruit, des longs petits déjeuners silencieux, immergée dans les lueurs incertaines du matin et dans les effilochés de mes rêves évanescents, des promenades peinardes, des bouquins en solitaire, au fond d’un super fauteuil, jusqu’à point d’heure la nuit et surtout, pas de rassemblement… Plus je vieillis, plus j’ai du mal à respirer au milieu de la foule, donc je fuis… …

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s