c'est pas moi je l'jure!

mad world

Je crois que ma plus grande peur, dans ma vie, c’est qu’on ne me respecte pas. Quand j’ai l’impression que quelqu’un ne me respecte pas, que ce soit au boulot, face-à-face, par email, dans la vie de tous les jours, en public ou en privé, pour des tous petits trucs ou des choses plus sérieuses, avec de parfaits inconnus ou même avec des gens que je connais bien, je pète un câble! Immédiatement! Je tremble littéralement de rage, et je peux en arriver à gueuler quelques belles insultes à ces gens ou même toute seule, chez moi, au point de faire peur à ma pauvre Calinette qui s’enfuie en courant pour aller se cacher sous un lit.

Je ne PEUX PAS supporter qu’on me manque de respect, même si parfois ce n’est qu’une impression. Si je me sens invisible, inutile, stupide, handicapée, trop jeune, trop petite, pas assez bien fringuée, trop ou pas assez n’importe quoi, il y a quelque chose qui se casse à l’intérieur, et j’explose.

J’expliquais à mon ex-psy (je suis pas restée longtemps avec lui!) que la société ici me rappelle tous les jours (et au moins trois ou quatre fois par jour!) que je suis handicapée et que donc je ne vaux rien et que je ferais mieux de rester chez moi au lieu de faire semblant d’être intelligente et de faire chier le monde. Il m’a répondu: “bon, d’accord, mais il ne faut pas regarder le mauvais côté des choses, il faut être positive!”

2

Peu de gens peuvent comprendre ce que c’est que de se sentir constamment rejetée, insignifiante, galeuse, méprisée, négligeable, inexistante, même. Quand j’essaye de dire ou de faire quelque chose, cela n’a aucune légitimité aux yeux des gens. Je suis invisible et ma vie n’a aucune valeur. C’est parfaitement “normal” que quand je dis à un conducteur illégalement garé sur une place handicapé qu’il doit en partir il me réponde “attendez 10 minutes, vous voyez bien que je parle avec mon ami!” Son temps a de la valeur, pas le mien.

J’ai lu un jour un article qui parlait de racisme et de cette “psychic freedom” dont les “blancs” peuvent jouir, ce sentiment que “c’est les autres le problème” ou “cela ne me concerne pas” ou même, encore plus souvent, de ne pas y penser du tout. Les gens “différents” ne bénéficient jamais de cette liberté mentale de ne pas “y” penser. Les gens différents “y” sont confrontés tout le temps, à la discrimination, au mépris, à la condescendance, aux difficultés du quotidien, aux murs que personne ne veut abattre, au message constant qu’on est inconvénient, parfois même immoral ou malséant, et qu’on ferait mieux de ne pas exister. C’est épuisant, humiliant, corrosif, déprimant, et profondément destructeur. Parce qu’à force, on finit par y croire.

Alors comment est-ce que je peux arrêter de ne pas exploser de fureur comme ça quand on me manque de respect? Est-ce que je dois simplement “être positive” et me dire que “au moins c’est cool, je ne suis pas en fauteuil roulant!”? Est-ce que je dois accepter avec le sourire qu’on me dise “on ne va quand même pas retirer des places aux gens normaux pour les réserver aux handicapés, ça serait totalement injuste pour les gens normaux!” Ou “ce n’est pas parce que je n’y connais rien à ce que tu fais que je ne dois pas te dire comment le faire, je suis beaucoup plus important que toi!” Ou “vous devriez déjà être contente qu’il y ait une porte automatique et ne pas râler parce qu’elle se trouve à 500 mètres de la porte d’entrée principale!” Ou “c’est totalement normal que je te pique ta secrétaire, parce que ton travail vaut beaucoup moins que le mien!” Ou “si vous ne pouvez pas respecter le règlement municipal qui vous interdit de rester garée plus de 15 minutes devant ce restaurant, vous n’avez qu’à prendre un taxi!”

23 comments

  1. Je viens poser mon grain de sel et tu peux m’insulter si tu ça t’aide à te sentir mieux 😁
    Je vois deux sujets différents : le respect envers toi en tant que personne et le respect envers toi en tant qu’handicapée.
    Pour le premier cas, question toute bête : est-ce que TU te respectes? Je déteste les gens qui me rabaissent et en même temps je ne suis pas sûre de me traiter différemment. Le problème ne vient donc pas des autres mais de soi-même.
    Deuxième cas, je te comprends. Pètes leur la gueule à ces cons ! Vise les genoux qu’ils utilisent une chaise roulante quelque temps 😁
    Bon alors, tu m’insultes ou pas?

    Like

    • 😆 c’est une batte de baseball qu’il faut que je garde dans ma voiture, tu as raison! Quant à ta première question, à force de recevoir ce message constant qu’on ne vaut rien, on finit par y croire, oui, et je pense qu’une des raisons pour laquelle je suis tellement enragée comme ça, à chaque fois, c’est que j’ai envie de leur hurler “j’ai déjà tellement de mal à ne pas me démolir moi-même, n’en rajoutez pas!” Mais je ne suis pas entièrement d’accord que c’est moi le problème et pas les autres, c’est la poule et l’oeuf: est-ce que j’aurais cette difficulté à me respecter entièrement si je n’avais pas constemment le message de la société qui me dit que je ne vaux rien? Ce n’est pas si simple.

      Like

      • Dans la ligne de Valvita… je me demande si tu es aussi capable d’accepter la reconnaissance ou si tu la mets aussi en doute quand elle vient.
        Ceci dit, je comprends fort bien ton exaspération, ta rage… et sais qu’il y a une grande part d’éducation à continuer de faire dans le “tout le monde”, pour qu’un jour les choses changent!

        Like

  2. La zia

    “Marshall Rosenberg : les mots sont des fenêtres ou des murs”. “. Facts, feelings, needs.” Apprendre à savoir exprimer ses besoins, c’est indispensable et super efficace avec les autres. Ce n’est qu’une tournure de phrases à apprendre. Être positive, c’est du n’importe quoi…on se croirait chez Carrefour ou dans une secte new age….J’ai suivi une session de Rosenberg et j’utilise tous ses outils plusieurs fois par jour. D’autant que les colères que tu décris épuisent….un jour je viendrai te montrer tout ça….😸

    Liked by 1 person

  3. Que dirais-tu d’ un long speech sur le profil des agressifs, de leur besoin irrépressible de cacher leurs peurs et leurs faiblesses par la violence ? Ou encore une prose sur la compassion et la tolérance ?
    Mais tu es bien trop futée pour avaler la couleuvre🙂

    Acceptes un gros hug, Entends combien tu es extraordinaire, et combien on t’aime  

    Et ajoute beaucoup de crème fouettée sur ton dessert😉

    Like

  4. Ouh la la!….il a du y avoir encore un épisode explosif!…..je suis toujours surprise quand tu parles de la place des handicapés dans ton coin, dans ma petite tête, c’était une région du monde où on avait évolué sur ce point….comme quoi on se fait des idées!…..
    Penser positif……yaka…..il paraît……mais bon…..je n’ai pas encore vraiment trouvé le mode d’emploi….mais mes réactions sont certainement moins spectaculaires que les tiennes……quand j’ai l’impression qu’on me trouve nulle, je me ratatine plutôt dans ma coquille…..après tout, c’est peut être toi qui a la bonne réaction…..gueuler un bon coup, ça doit être plus efficace!…..

    Like

  5. Je te comprends, vraiment.
    C’est bon, c’est nécessaire de sortir ta colère et ta révolte, de ” transgresser “, c’est sain.
    Tu as raison.
    Le pire serait de garder cela en toi au lieu de l’extérioriser, car en gardant cela en soi, on s’empoisonne, on s’intoxique, on fabrique des cancers.
    En prenant une douche, un bain, on peut ressentir un bien -être – à cause des ions – je ne sais plus si les bons ions sont positifs ou négatifs.

    Pour le handicap : lire si possible le récit de Charlotte de Vilmorin – ” ne dites pas à ma mère que je suis handicapée, elle me croit trapéziste dans un cirque ” – Grasset- mars 2015.
    Je lui ai consacré un article – si tu peux remonter ou chercher avec les mots clés – dans mon blog
    Dans mon blog aussi : j’ai mis une photo de ce que réaliser la ” connerie ” dans un immeuble… muret de la bêtise… et ça continue.
    Je t’embrasse – tu as raison – un coeur parle toujours à un autre coeur

    Like

  6. Bon… encore là, comme je te comprends… moi aussi cela me fait exploser. Des twitts en gwos SUV qui se gare dans les places pour handicapés et toi, tu dois aller te stationner 20 places plus loin et marcher… ça m’arrive souvent. Il y a des jours où ça va, ça me fait faire plus d’exercice et ça fait travailler ma cane, mais quand j’ai mal… je suis loin d’apprécier.

    Puis, le manque de respect sur tous les autres plans de vie… je dois avouer que je suis une petite bombe neutronique aussi avec un bouton déclencheur assez sensible. Je n’apprécie pas du tout que l’on me rabaisse… je suis déjà assez petite comme ça avec mon mètre 49 et demi… j’ai pas besoin de me faire écraser encore plus.

    Alors… on ne se laisse pas faire et c’est bien comme ça… en tout cas pas mal mieux que de se taire et tout avaler sans rien dire.

    Liked by 1 person

  7. à xplorexpress : je suis petite aussi … format japonaise ! donc quand j’ai rencontré mes amis japonais, nous étions entre ” petit format”, elle et moi, et lui un peu plus grand.
    On a dit de moi : ” la dynamite aussi c’est tout petit” !!!

    Laetitia Casta … on lui reproche sa ” petite taille ” je suppose pour un mannequin ? – d’abord peinée, gênée, elle a fini par trouver la réplique : ” oui, mais mon cerveau lui est grand “.
    Il ne faut pas se laisser faire par la bêtise qui trouve toujours des prétextes.
    A une caisse de supermarché, on a mis en doute l’honnêteté d’une dame âgée, discrète, la caissière osant lui dire : ” ce sont les vieux qui volent le plus ” !!!! – elle a répondu / sous ses jolis cheveux blancs : ” il y a vraiment trop de c…” “et elle a fait une belle sortie, fièrement.
    Amitiés

    Like

  8. Que dire? Je ne suis pas handicapée et je n’ose même pas imaginer ce que c’est que de trouver une voiture sur une place qui devrait m’être réservée… Ou de sentir le regard des autres parce qu’on est différent.
    Pour ce qui est de ne pas se sentir respectée cela m’est arrivé à l’hôpital où je me suis sentie vraiment fortement humiliée par les femmes de ménage qui profitait de ma faiblesse pour me parler comme à une m…😦
    Autrement je me sens souvent rabaissée et je rumine pendant des jours quand des personnes laissent entendre que si je ne travaille plus c’est parce que je suis une grosse feignasse et pas parce que le cercle très vicieux du chômage a eu raison de mes efforts pour retrouver un job…
    Enfin… Et puis les psy qui vous disent mais enfin vous exagérez… Je les adore aussi😉
    Bisous!

    Like

  9. Des années de recherche sur la question de la «marginalité» (j’utilise ce terme parce que je n’en trouve pas de meilleur) ne m’avaient pas préparé à vivre (par procuration, via mon conjoint) ce que c’est de faire l’expérience, au quotidien, du «racisme ordinaire». C’est à la fois semblable et différent de ce que tu vis… mais les conséquences sont les mêmes: ça finit par attaquer le sens de sa propre valeur et ça provoque un repli sur soi, par réflexe d’autoprotection. Y’a pas de solution facile et il faut évidemment virer quelque personne qui te dis qu’il faut «voir le bon côté des choses» ou «prendre sur toi».
    Si tu veux, avec la Billy, je t’apporte une batte de baseball. Tu la veux en bois ou en métal?

    Liked by 1 person

  10. @francefougère… voilà, je vous suis🙂 mais faut que je me remette à bloguer, il y a un bout que je n’ai plus écrit😦 beaucoup trop longtemps…
    xplorexpress.wordpress.com

    Côté petite taille… je suis bien fière de ma taille looool mais difficile à chausser par contre car je chausse format enfant😀

    Like

  11. c’est bizarre j’ai laissé un commentaire hier qui ne s’affiche pas aujourd’hui..sois fière de qui tu es, je n’en connais aucun(e) qui est arrivé(e) où tu es avec un handicap, tu es lumineuse, avec ton intelligence et ta force de vivre..
    de grosses bises de ma Bretagne d’adoption

    Like

  12. Pour moi les Psys de Bazard qui qualifient la réactivité ( voire l’agressivité ) face aux Crétins ( 80% de toute population ) qui vous pourrissent la vie ne sont que des castrateurs ( pas physiques , ni chimiques ! ) psychiques .
    Réagir aux crétineries ordinaires est une tâche infinie mais – en ce qui me concerne – extémement gratifiante même si ça ressemble à vider l’océan à la petite cuillére !!
    Il n’en reste pas moins que je me sens bien mieux aprés avoir claqué le bec des crétins qui me croisent . Pas du tout sressé aprés ! en super forme .
    J’ai eu ma derniére expérience( hier) avec un Gendarme qui prétendait passer avec sa bagnole de service dans un monstrueux embouteillage de péage . Je l’ai laissé passer quand j’ai pu et ensuite je me suis garé à coté de lui pour lui demander la raison de son excitation et s’il se croyait encore au temps de Louis XIV ou les gueux devaient se jeter dans les fossés pour faire place au carrosse royal !!!
    Ca lui a paru bizarre , mais – étant juriste – je savais qu’il ne pouvait rien contre moi . sauf un controle d’identité .
    Et je lui ai conseillé en partant de se soigner les nerfs ! Du coup , il a arrété le flot de voitures pour me permettre de reprendre la route aprés cette ” explication ” ….. J’étais RA _ VI de mon coup ………..;)

    Like

  13. J’ai toujours eu le plus profond mépris pour les handicapés du coeur et du cerveau qui sont incapables de montrer la moindre empathie pour les handicapés… Cela dit, je comprends parfaitement ta colère. Mais toute légitime qu’elle soit, c’est surtout toi qui y perds ton énergie…
    Personnellement, j’ai décidé de ne plus me battre pour des causes perdues et de travailler plutôt à ne plus me laisser atteindre par les choses négatives…

    Like

  14. “c’est tout à fait normal…” de péter un câble face à ce genre de comportements et de propos. Franchement, les gens qui prennent les places handicappés, comme ça, tu devrais leur bloquer la sortie, pendant que tu appelles les flics(*) pour leur coller une prune. “vous en avez pour 10 minutes? Il n’en faut que 5 à la police municipale pour venir.”
    Mais j’imagine que ce qui est encore plus rageant, c’est quand ces scènes se déroulent dans l’indifférence générale. Si en face de toi le rustre est format redneck, j’imagine que tu ne te sens pas trop de répliquer quoi que ce soit, et tu dois garder ta rage jusqu’à être rentrée chez toi… Dans ce cas, si au moins des passants prenaient ton parti, ce serait plus facile…
    Un truc qui serait bien, pour les places handicappés, c’est de les bloqués par un plot qui se débloque avec un bip que seuls les agents municipaux et les détenteurs du macaron handicappé ont à leur disposition… Ou alors, tout simplement, des caméras de surveillances sur ces places. À notre époque du flicage, ça ferait du beurre facilement…

    (*) utiliser un vrai téléphone. Ne fonctionne pas si on appelle avec un bananaphone.

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s