c'est pas moi je l'jure!

chanson triste

Dans mon école, les mêmes élèves restaient ensemble à chaque niveau, donc moi, qui suis arrivée en 3ème (en Suisse on compte à l’endroit, comme partout dans le monde sauf en France), je suis restée avec les mêmes camarades de classe pendant 10 ans. Enfin, il y en avait qui sont arrivés plus tard (comme ma meilleure copine, qui est arrivée en 7ème) ou qui sont partis avant la dernière année, mais en gros, je suis restée avec plus ou moins le même groupe d’élèves pendant 9-10 ans: Léo et David, les jumeaux, Steven, Sabina, Judith, Sarah, Nicole, Michèle, Hélène, Tamara, Cathy, Laurent… et Christian.

De la 3ème classe, je me souviens seulement de Léo et David et Nicole qui se moquaient tout le temps de moi, et de l’accident de Christian. Je ne me souviens pas des détails mais il jouait avec des pétards, je crois, et avait pris feu et son dos avait méchament brûlé. Il avait été longtemps absent de l’école après cet accident.

Après ça, je me souviens d’avoir été amoureuse de lui pendant longtemps, mais bien sûr il était fort charmant et toutes les filles de l’école étaient amoureuses de lui, donc il ne savait même pas que j’existais. Dans la cour de récré, je me laissais faire des “savons” de neige devant lui pour qu’il voit comme j’étais courageuse… mais il n’avait d’yeux que pour les belles filles aux longs cheveux et moi j’étais misérable, mes parents étaient profs à cette école, ma mère me coupait les cheveux horriblement mal et m’habillait aux puces… Je n’avais pas ma chance!

Il jouait du violoncelle et moi du piano, et un jour, par miracle, on avait décidé de jouer la magnifique Elégie de Fauré ensemble, pour son audition, et j’étais aux anges (c’était super difficile et on avait bossé comme des fous pendant des mois)! C’est l’un des rares vraiment bons souvenirs que j’ai de mon enfance.

Il a quitté l’école en 11ème et après ça, je ne l’ai pas souvent revu–il m’a rendu visite à l’hôpital où j’étais sur le ventre et ne pouvais pas bouger (super pratique pour papoter) quand j’y ai passé deux mois l’année suivante, et a assisté à notre pièce de théâtre de 12ème (Peer Gynt, de Ibsen, pour lequel ma copine et moi jouions à quatre mains le Peer Gynt de Grieg), mais je ne me rappelle pas vraiment d’autres rencontres spécifiques. Il a brillamment réussi sa matu (le “bac” suisse) et est allé faire des études de médecine. Et moi j’ai passé de justesse ma matu et je suis partie aux Etats Unis.

Un jour, comme ça, en 2004 ou 2005, j’avais entendu par mon père que Christian était allé étudier/travailler aux Etats Unis, donc j’avais fait une recherche avec son nom et avais envoyé un email du genre “cher monsieur, vous n’êtes peut-être pas la personne que je recherche mais seriez-vous par hasard un ancien de notre classe, à Morges…” et c’était effectivement lui, il m’avait très gentillement répondu.

Les “anciens” de notre classe se sont rencontrés plusieurs fois mais je j’ai pu aller qu’à une seule de ces réunions, en 2010, réunion organisée spécifiquement au moment de mon passage en Suisse. Et là, ça m’avait fait plaisir d’apprendre ce que tout le monde était devenu (Laurent, toujours aussi chouette, travaillait pour la radio, Léo pour le 24 Heures, Nicole (toujours aussi pimbêche) pour un musée, David comme ambulancier, Judith dans un cabinet d’ostéopathe, Sabina était chanteuse… et Christian venait de rentrer de ses années en Floride, où il avait travaillé dans la célèbre Clinique Mayo.

En fait, après avoir dit bonjour à tout le monde, Christian et moi on s’était rapidement rapprochés et on avait passé l’après-midi à se parler, parce qu’on était les seuls à se comprendre, puisqu’on avait tous les deux vécu, étudié, et travaillé aux Etats Unis. On était aussi les deux seuls à travailler dans le milieu académique et donc on savait de quoi il s’agissait quand on parlait d’articles, de conférences, de tenure, etc. Il m’avait aussi raconté son divorce et son nouveau boulot au CHUV, à Lausanne, et ses recherches sur la maladie de Parkinson.

C’est ce que je retiens de lui: un type vraiment bien, hyper intelligent, sympa, les savons dans la cour de récré, l’Elégie, sa visite à l’hôpital, et cet après-midi ensemble sur la magnifique terrasse de la Brasserie de Montbenon.

Dans la nuit du 9 au 10 juillet, à deux heures du matin, je suis allée faire pipi, et quand j’ai regardé mon téléphone pour voir si j’avais reçu des emails, j’en ai vu un, de Laurent, avec comme sujet “Christian.” Je me suis dit que c’était peut-être une invitation à son deuxième mariage ou un truc comme ça, mais non, c’était pour nous annoncer sa mort, le 6 juillet. Je ne sais pas de quoi. Les quelques emails échangés ensuite entre mes anciens camarades ne donnent aucune explication.

Ca fait depuis deux heures du matin que je ne comprends pas et que mon coeur est brisé. Que s’est-il passé? Pourquoi lui? Comment la vie peut-elle être aussi injuste?! Je voudrais lui jouer notre Elégie pour qu’il repose en paix, aux pieds de nos montagnes, mais je suis si loin…

lac

14 comments

  1. alcib

    Quelle triste fin pour une si belle rencontre ! Il était trop jeune pour partir (d’où l’immensité de la surprise).
    La vie se moque de la justice : elle laisse emporter ceux que nous aimons, même les meilleurs.
    Alexander était aussi médecin, et cela n’a pas empêché qu’il parte à 27 ans.
    Tu rends un bel hommage à Christian et c’est ce qui compte : que tu aies conservé de lui de beaux moments partagés.
    Tu ne l’oublieras jamais et il ne sera jamais loin de toi.
    Rupert et moi t’envoyons de douces pensées.

    Like

  2. Fransoize

    Je suis triste pour toi … Des bouts de notre vie s’en vont parfois ainsi, sans crier gare. Garde précieusement le souvenir des moments partagés. Bises tout plein.

    Like

  3. Dom-Aufildesvues

    Quel bel hommage tu lui fais en parlant de lui comme tu viens de le faire… toute mon amitié pour passer ce ou ces moments difficiles. Gardes le bien dans tes souvenirs, bises Dom

    Like

  4. bou_dchou

    Comme c’est beau ce que tu as écrit, j’en ai versé une larme. Pourquoi ne pas imprimer ce texte, enregistrer ce morceau sur une cassette et envoyer à la famille? Il y a souvent l’adresse dans le faire-part.

    Like

  5. Quelle tristesse😦 je suis bien curieuse de savoir ce qui s’est passé… pas normal de partir comme ça à cet âge. Mais comme tes mémoires des moments passés avec lui sont magnifiques.
    Je t’envoie un gwos câlin qui ne fera sans doute rien pour consoler ta peine mais… bon… juste pour te dire que je partage tes larmes.

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s