c'est pas moi je l'jure!

maman j’ai mal

Bien sûr, il a commencé à faire moins moche et froid à ATPN le jour où je suis partie! Et un petit choc thermique m’attendait à Paris où il faisait… 29 degrés! Mais qu’est-ce que c’est bon de pouvoir à nouveau dormir la fenêtre ouverte (et j’ai tué mon tout premier moustique de l’année, youpi)!

Mon voyage s’est très bien passé (merci my sister pour le billet en classe affaire) mais je n’ai dormi qu’à peine deux heures parce que j’étais pas mal angoissée à propos du boulot laissé en plan et dans un état critique et l’état dans lequel j’allais retrouver ma mère après à peine deux mois.

A mon arrivée, ma tata est venue me chercher et j’étais en assez mauvais état, mais j’ai malgré tout dû bosser deux heures avant de m’effondrer et de dormir trois heures pendant l’après-midi. J’avais peur de ne pas réussir à dormir le soir, ou de me réveiller trop tôt le lendemain matin, mais en fait non, j’ai dormi huit heures sans problème! Je devais être bien crevée!

Et puis j’ai rendu visite à ma mère ce matin, avec ma cousine venue du sud et ses deux enfants qui voulaient revoir ma mère… Alors j’ai expliqué aux enfants ce qui se passait dans la tête de ma mère, que plein de fichiers dans l’ordinateur de la tête de ma mère étaient perdus ou avaient des mauvaises étiquettes, alors que parfois elle criait quand on parlait d’un petit chat parce que le dossier nommé “chat” était en réalité le dossier “vol de mon vélo,” ou elle ne reconnaissait plus ma soeur parce que la photo qui portait le nom de ma soeur dans le dossier “photos” était en réalité la photo de la camarade de classe de ma mère il y a 60 ans.

C’était très sympa de revoir ma cousine que je n’avais pas vue depuis au moins six ans! Et ses deux enfants ont été très sympas et patients avec ma mère. Après avoir cherché un bon moment puis enfin retrouvé ma mère qui était allée se planquer dans la chambre de sa voisine, on est tous allés s’assoir dans le jardin et le personnel de la maison (qui devait se sentir coupable d’avoir perdu ma mère) nous a même apporté le plateau repas de ma mère dehors. Et après avoir laissé ma mère faire sa sieste, nous sommes allés manger des lasagnes délicieuses juste à côté et c’était hyper sympa.

Mais je suis vraiment choquée par l’état de ma mère. C’est une zombie, elle a à peine dit trois mots, je ne crois pas qu’elle nous ait reconnus, elle avait terriblement maigri, et elle avait l’air si horriblement triste et fatiguée… Heureusement que je suis allée la voir en février, parce que là, c’est fini, je ne sais même pas si elle se rend compte que quelqu’un lui rend visite et si ça sert encore à quelque chose…

20 comments

  1. MAG

    Je ne sais que te dire, c’est tellement triste. Dans des cas semblables, lorsque je sais que les personnes peuvent comprendre, je leur dit que c’est un soulagement de ne pas voir s’éterniser la déchéance d’êtres aimés ou appréciés. J’avais ainsi convaincu une dame de ne pas faire opérer du cœur son mari en début de maladie d’Alzheimer, lui assurant que laisser son mari mourir a priori de nuit avant d’avoir l’esprit complètement détruit lui laisserait des souvenirs et images plus positives. Elle a suivi mon esprit, rassurée contre les médecins, et laissé son mari mourir en paix. Ce respect de son mari, doté d’une personnalité aussi riche que simple, a été une bonne chose pour toute la famille.
    Faire passer le respect d’autrui avant son propre bien-être est aussi rare que louable.
    Je te souhaite beaucoup de courage.

    Like

  2. C’est bien compliqué tout ça. Je suis bien triste pour toi. Cela me rappelle les dernières années de ma grand-mère atteinte Alzheimer 😦 Elle était enfermée dans son corps… Aveugle, sourde… et avec cette putain de maladie. On ne sait plus si on doit venir ou pas…En ce qui te concerne la question est beaucoup plus épineuse…
    C’est dur. gros bisous.

    Like

  3. alcib

    29 degrés en avril ! Mon cauchemar ! Déjà, je commence à m’inquiéter parce que l’on prévoit 16 degrés au cours des prochains jours !
    Air Canada aussi salue ses clients par une bel anglicisme de plus en plus à la mode : « Bon matin ». Comme si le mont « Bonjour » n’existait pas déjà en français. Quand quelqu’un lance un « Bon matin », c’est comme si quelqu’un me crachait au visage ; je me retiens de ne pas leur remettre autrement leur crachat. Pour rester civilisé, je ne réponds pas, faisant comme si je n’avais rien entendu… Il m’arrive parfois de dire à la personne que le mot « Bonjour » existe… Si on doit voir la même personne un peu plus tard, faut-il s’attende à ce qu’elle nous salue d’un « Bon 9 h 25 », ou « Bon midi moins cinq » ? La plupart du temps, et ce n’est pas seulement à cause du « Bon matin », ces personnes me sont plutôt antipathiques, ne serait-ce que par leur superficialité, bref le genre de personne que je préfère ne pas voir trop souvent…

    Je suis mal placé pour te dire quoi faire par rapport à ta mère… Quand ma mère est décédée, à 93 ans, c’était pour moi dans l’ordre des choses… Il faut dire que mes parents étaient déjà assez âgés quand je suis né, onzième enfant, et comme ma marraine m’avait provisoirement « adopté » durant deux ans, parce que ma mère enseignait, ma « mère affective », celle à qui je me suis « attaché » (selon la théorie de l’attachement de John Bowlby et autres), c’est plutôt ma marraine… Je ne me suis jamais vraiment senti tout à fait l’enfant de mes parents officiels, biologiques… J’ai toujours eu l’impression d’avoir avec les personnes de ma famille des liens sociaux comme ceux que l’on développe avec des personnes que l’on côtoie tous les jours, qu’ils soient du même sang ou non. Il y a eu à certaines périodes mon enfance des personnes qui aidaient à la maison, et qui vivaient avec nous ; pour moi, elles étaient autant (ou presque) ma famille que les autres.
    Il n’y avait pas de désaccord, d’acrimonie, d’agressivité, de conflits importants, dans ma famille, mais il n’y avait pas non plus beaucoup d’expression d’affection. Par conséquent, la perte de l’un ou l’autre des parents n’a pas créé chez moi de drame intense. La plus grande perte subie dans ma vie (plus les liens d’attachement sont forts, plus la perte est dramatique), ce fut celle d’Alexander, et elle fut immense, dévastatrice ! Et je ne m’en suis pas encore vraiment remis.
    Le deuil de mes parents était pour moi, en quelque sorte, commencé bien avant la fin de leur vie… Mais je peux néanmoins comprendre comment c’est difficile de voir ta mère « disparaître » peu à peu, se transformer à en devenir autre sans mourir tout à fait, Comme l’écrit si bien MAG, on se demande s’il ne serait pas toujours préférable de voir partir en bonne santé, ou du moins en pleine possession de leur esprit, ceux que l’on aime.
    Alexander a beaucoup souffert, physiquement, mais je crois qu’il a encore souffert davantage moralement, d’une part de se voir dépérir, d’autre part de devoir abandonner son chien, sa famille, son amoureux, de devoir renoncer très jeune à ses rêves, à ses projets… Et c’était sûrement très difficile du fait qu’il a été tout à fait conscient jusque dans les dernières heures, en pleine possession de ses facultés intellectuelles et qu’en plus, il était médecin lui-même : il pouvait savoir ce que signifiait tel ou tel symptôme… Mais il a été admirable jusqu’au bout, se souciant toujours davantage des autres que de lui-même. Il lui arrivait parfois d’en avoir assez ; il m’a dit un jour « Si tu n’étais pas là, je ne ferais pas tout cela » (les traitements et leurs terribles conséquences).
    Bon courage, à toi et à tous les proches.
    Je n’oublie pas Calinette, qui doit bien penser à toi aussi.

    Like

    • Calinette me manque terriblement 😥 Et on a bien expliqué aux médecins de ma mère qu’on ne voulait rien prolonger inutilement, comme il n’y a aucun espoir que ça puisse aller mieux un jour…

      Like

  4. je suis triste pour toi, car de l’autre côté de l’écran, nous suivons comme toi toute l’évolution de la maladie de ta maman, et je trouve que cela va très vite..je compatis vraiment..
    elle est dans un endroit particulièrement beau, elle a au moins cette chance..
    Je vais revoir bientôt mes parents, je suis allée chez eux depuis août, ils commencent à avoir un grand âge..
    courage, et essaie de profiter un peu de ces vacances, bises

    Like

  5. J’etais Contente pour toi au début du billet, mais bien triste à la fin…..je sais par expérience malheureusement que c’est très difficile car plein de sentiments différents se bousculent dans la tête à ces moments là……j’espere Qu’elle aura quelques meilleurs moments pendant ton séjour…..

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: