c'est pas moi je l'jure!

à quoi rêve une jeune fille?

Je ne sais ni comment ni quand cette obsession a commencé. Est-ce parce que les parents de mon premier amour avaient fuit le Chili de Pinochet? Etait-ce simplement pour emmerder ma mère et ses origines italiennes? Toujours est-il qu’en 1987, après un an de cours d’italien, mes parents, pour une raison que je ne comprends toujours pas, m’ont permis de laisser tomber l’italien et de prendre des cours d’espagnol privés pendant quatre ans!

Est-ce elle, Zulma, ma prof et ex-femme d’embrassadeur Argentin, qui m’a insufflé cette passion pour l’Espagne et l’Amérique latine? Etait-ce la magie de Federico García Lorca, de Pablo Neruda, ou de Gabriel García Márquez qui m’a hypnotisée? Est-ce la langue elle-même qui a trouvé en moi un reste d’incarnation ibérique passée? Pourquoi les deux hommes que j’ai aimés le plus dans ma vie étaient d’Amérique du Sud? Pourquoi suis-je tombée raide amoureuse de l’architecture et de l’histoire de pays que je n’avais jamais visités? Pourquoi suis-je aujourd’hui incapable de dire trois mots d’allemand alors que j’en ai fait pendant plus de douze ans, mais qu’il suffit de me poser dans un pays hispanophone pour que trente secondes plus tard je n’arrive plus à m’arrêter de causer malgré un honteux accent anglais?

En t’cas, (comme disent nos amis les québecois), c’est décidé, j’y retourne, en Espagne (dans 34 jours)! Et depuis que j’ai acheté mon billet d’avion ($91, c’était pas exagéré (heureusement, parce qu’une fois là-bas, la CB va chauffer!)), chaque cellule de mon corps danse un flamenco endiablé à chaque fois que je pense à ces mots: Alcátraz, Granada, Alhambra, Málaga, Córdoba, Sevilla, Mezquita…

¡A donde el corazón se inclina, el pie camina!

poisson suquet

1. Pour 3 à 4 personnes, faire cuire 4 pommes de terre moyennes à l’eau. Les éplucher et les coupes en fines tranches.

2. Couper 4 tomates en fines tranches (on peut les éplucher mais c’est pas obligé, moi je fais jamais ça, j’adore la peau des tomates).

3. Faire revenir 2 oignons coupés en fines lamelles dans un peu d’huile. Quand ils sont transparents, rajouter 2 gousses d’ail coupées finement. Laisser cuire à feu doux une dizaine de minutes.

4. Préchauffer le four à 200 degrés (400F).

5. Dans un moule à gratin (moyen, pas le tout grand) beurré, étaler la moitié des pommes de terre, puis rajouter la moitié des oignons par-dessus, puis la moitié des tomates, puis 2 ou 3 gros filets de poisson blanc (le talapia c’est parfait), puis quelques herbes fraîches (thym, laurier, persil), puis le reste des pommes de terre, le reste d’oignons, et le reste de tomates. Saler et poivrer de temps en temps.

6. Dans un bol, mélanger quelques brins de safran à quelques cuillères d’eau bouillante (eau de cuisson des patates par exemple). Rajouter 1/2 verre de vin blanc (et le jus d’une demi orange si on veut) et ajouter ce liquide sur les légumes ainsi qu’un petit filet d’huile d’olive.

7. Cuire au four pendant 30 à 40 minutes (ou plus si on veut que les tomates du dessus soient bien grillées, miam!).

8. Servir chaud avec une petite salade verte!

Réussite: 10/10: le poisson était moelleux à souhait, les légumes divinement cuits dans le liquide, et le tout absolument délicieux!

21 comments

  1. Mannon

    J’apprécie beaucoup votre blog.
    Un petit bémol (si je puis me prermettre), il me manque un titre de recette car quand elles s’accumulent en favoris, ce n’est pas évident à retrouver !

    Like

  2. swedishshef

    Tu retournes au moment endroit que la dernière fois ?

    C’est marrant, moi c’est l’espingouin que j’ai ne parle quasiment plus…Et ça ne me manque même pas 🙄

    Like

  3. Mannon, bienvenue par ici 🙂 Je comprends pour les titres de recettes, et j’y ai déjà pensé mais je ne sais pas trop comment faire. Je ne veux pas que ma recette soit le titre du post… Pour le moment, je vais donner le titre de la recette comme titre de la photo, ça sera un début, et je vais continuer à refléchir au problème 🙂 (sinon on peut retrouver les recette grace aux catégories, à gauche).

    elPadawan, oui mais ça me venait d’où au départ, cette obsession??

    Clairechen, tout ce que je sais dire c’est des gros mots, en allemand 😉 (et aussi “ich möchte mit Jeanne sprechen, bitte” (d’accord, c’est déjà 4 mots)…

    Valérie, ça c’est sûr 🙂 Y’a cas voir leurs horaires journaliers, déjà, c’est dingue!

    Musarde 😆 merci!

    nat, bienvenue par ici 🙂

    fab, oui, comme ça à chaque fois que quelqu’un me fait chier, au boulot, je peux me souvenir de ce petit voyage et rester zen 😉

    TSC, nan, pas au même endroit, avant j’étais en Catalogne, et là c’est encore plus au sud, en Andalousie 🙂

    Aurélie, le truc c’est les skymiles (cinquante mille skymiles avec Delta plus $91 dollars). C’est ça l’avantage de vivre loin de sa famille, on accumule les miles en avion aussi vite que les factures de téléphone 😆

    Like

  4. C’est quand même génial de venir en Espagne en plein hiver! 😉

    Pour ton obsession de toujours… faut pas chercher et foncer 🙂

    PS: perso… sur le Net; j’ai toujours écris tk… ça suffit largement 😆

    Ce qui me fait bien marrer c’est qu’on dirait que ça vient de l’expression bien anglo-saxonne qui dit: un comme dans l’autre pour dire dans tous les cas.

    Like

  5. Je me suis toujours demandé si on avait une mémoire génétique pour les langages, un truc aussi profondément ancré que le reste de nos instincts, qui nous prédisposait à une aisance dans une langue ou une autre…
    Curieusement, je comprends parfaitement l’italien avec un peu de concentration, alors que je n’en ai jamais appris une ligne, ni une page de grammaire ou de syntaxe. Cette langue me paraît éminament logique, facile, c’est intuitif. peut être qu’elle colle avec la façon dont je fonctionne, tout simplement ? C’est peut être ton cas avec l’espagnol. ça te parle, quoi. ( Remarque le contraire serait un comble, pour un langage, arf ! :D)

    Like

  6. Mais pour un francophone, l’italien est plus facile que l’espagnol, plus ressemblant. Cependant, une langue, c’est aussi toute une culture et, pour apprendre la langue, je crois qu’il faut aimer la culture qu’elle véhicule et avoir envie de partager plus que des mots avec ceux qui la parlent…
    J’ai toujours conseillé à mes clients soucieux d’apprendre une langue de s’inscrire non pas à des cours de langue mais à des cours de cuisine, d’histoire de l’art, de bricolage, etc., donnés dans la langue qui nous intéresse ; la motivation est alors plus grande…

    Like

  7. E.

    Comme je te comprends: l’allemand c’est une langue impossible. Apres 13 ans d’etude et deux ans Outre-Rhin je suis toujours aussi nulle, a peine capable de survivre en Allemagne…Alors que l’espagnol le mexicain on va dire qui est un peu different), meme si je fais des fautes et que j’ai un accent pas possible me plait beaucoup.

    Je ne crois pas au vies anterieures mais si j’y croyais je serais sure que les miennes n’ont pas ete germaniques mais plutot iberiques!

    Like

  8. J’aimais bien l’espagnol et les cours qui s’y rattachaient, j’étais pas trop mauvaise en classe mais aujourd’hui, je suis plus foutue d’aligner 4 mots dans cette langue. Cà va mieux en anglais.
    C’est bizarre cette faculté d’oublier certaines langues, plus vite que d’autres …
    C’est beau l’Andalousie, j’y avais été il a quelques années. Mais je n’y retournerai plus jamais en été. 40° tous les jours, çà échaude 😉

    Like

  9. Madame sait tout

    Ouais, un jour je me suis rendue compte que la maniere que j’avais d’apprendre l’Allemand etait totalement differente de l’Anglais. Avec l’anglais, j’ai jamais appris une seule regle de grammaire (ce qui a pas facilite les choses quand on m’a demande de les enseigner…), c’etait toujours intuitif. Alors qu’avec l’Allemand, meme si j’ai reussi a tres bien l’apprendre, c’etati toujours une question de vocabulaire, de regles de grammaire, et tout. C’est a se demander ce qui se passe dans nos petites tetes…

    Like

  10. C’est chouette, des petites vacances comme ça ! J’espère que tu vas pouvoir faire le plein de soleil ! En tout cas, il devrait faire plus chaud et plus lumineux que chez toi, ça va te faire une petite recharge pour affronter la fin de l’hiver 🙂

    Like

  11. Chanceuse ! Comme je te comprends. Je reviens tout juste du Mexique et je suis tombée en amour avec la culture et la langue de ce pays. Je me suis d’ailleurs inscrite à un cours d’espagno dès mon retourl, car je ne parlais pas un mot lors de mon voyage, il a fallu que je me fie à mes compagnons de voyage. Frustrant…

    Like

Comments are closed.

%d bloggers like this: