c'est pas moi je l'jure!

le crépuscule des idoles

Vous avez des idoles, vous? Des gens que vous admirez depuis toujours? Des gens qui vous inspirent et vous guident? Des gens qui ont profondément changé votre vision des choses? Des gens qui ont des qualités que vous aimeriez posséder? Ou tout simplement des gens qui vous accompagnent et qui vous aident à devenir meilleurs et à bien vivre?

Moi, j’ai quelques idoles. Gandhi par exemple, dont l’histoire et la philosophie m’ont très profondément marquée depuis que j’ai lu son autobiographie à 16 ans. Ou Oliver Sacks, qui écrit des bouquins géniaux et avec qui j’aimerais pouvoir discuter un jour. Ma frangine, aussi, dont la vie a toujours été difficile (parfois à cause de moi) mais qui garde la tête sur ses épaules et n’abandonne jamais la partie.

Mais récemment, une de mes idoles a chu. Quelqu’un que j’ai beaucoup admiré et qui m’a accompagnée et inspirée et encouragée pendant des années. Le choc occasionné par cette chute a été très violent. C’est un peu comme si on m’avait appris que Gandhi était un alcolo et un tueur en série… mais en pire.

Depuis, je réfléchis. Je suis à la fois déçue, fâchée, soucieuse, blessée et triste. Je me dis que c’est peut-être con d’avoir des idoles parce que personne n’est parfait. En même temps je me dis que c’est facile de faire des conneries et de dire que personne n’est parfait comme excuse. Je me demande jusqu’où on peut accepter qu’une idole ne soit pas parfaite et continuer de l’admirer, et où se trouve la limite du “là c’est allé trop loin, désolée, bye bye.” Je me demande jusqu’à quand on doit pardonner et espérer que les choses reviennent un jour à la normale. J’essaye de me souvenir d’idoles chues mais ayant finalement réussi à remonter sur leurs piédestals, mais je ne trouve personne. Est-ce que Tiger Woods est remonté dans l’opinion publique finalement?

L’autre jour j’ai déjeuné à Culina, un petit resto où la bouffe est de bonne qualité mais ultra chère. J’ai pris un steak-sandwich avec sauce aux champignons et des frites. Les frites étaient excellentes, mais le steak un chouïa trop saignant, et il aurait pu y avoir un peu plus de sauce aux champignons. Overall: 9/10.

18 comments

  1. je crois que quand on a des idoles, ce sont des gens qui conduisent sur une route sur laquelle nous sommes. Ils s’y déplacent d’une façon que nous admirons, à une vitesse et avec une élégance que nous admirons. Et nous aimerions aller là ou ils vont. Et puis quelquefois c’est l’accident, la course erratique, la sortie de route…

    Peut être que simplement quand on le constate on pleure le guide et le modèle qu’on aurait aimé continuer d’avoir, on se sent frustré et peiné, trahi même. On se demande si ça a servi à quelque chose de suivre cette route là et on se se sent perdu et abandonné en rase campagne. Dans le fond c’est surtout qu’on ne peut plus suivre cette personne sur le nouveau terrain ou elle roule. On n’était pas partis sur la mauvaise route, on n’est pas perdus, c’est l’autre qui a bêtement changé de trajectoire :/… Reste à éviter la culpabilité et le remors parce que lorsque cette personne à changé de chemin, c’est comme si on avait décidé de l’abandonner et on ne s’en sent pas le droit.

    Like

    • laurence

      J’aime comme c’est joliment dit et c’est exactement ça !mais parfois c’est nous qui changeons de trajectoire, parfois c’est l’autre
      c’est la vie il ne faut pas avoir de regrets, chaque expérience est un enrichissement

      Like

  2. Soizze

    L’ennui, c’est qu’on oublie bien souvent que les “idoles” sont des hommes et des femmes, avec leurs forces et leurs faiblesses. Jamais ni tout noir ni tout blanc …
    Ce qui m’étonne toujours beaucoup cependant, c’est la capacité qu’ont certains de savoir créer de très belles choses et d’être très laids par ailleurs (cf. l’affaire Galliano). Çà serait tellement plus facile d’admirer des gens beaux à tous points de vue …
    J’avais des idoles adolescente. Aujourd’hui, il y a juste des gens que j’apprécie un peu plus que les autres parce que je les trouve “bien”.

    Like

  3. Perrine

    Moi je ne crois pas avoir d’idoles : il y a des personnes que j’admire, parfois j’envie ce qu’elles ont construit ou sont capables de faire, mais je ne veux pas suivre le même chemin. Je crois que ce serait trop difficile de voir s’écrouler l’idole que j’admirerais, comme tu l’as vécu.

    Et ça n’a absolument rien à voir, mais le gâteau au citron était absolument délicieux !

    Like

  4. À te lire… j’ai des citations bibliques qui me remontent spontanément à l’esprit: tu n’auras pas d’autre idole que ton chat… et tu lui pardonneras soixante-dix (pardon: septante) fois, sept fois.
    Un steak trop saignant? C’est possible dans un resto ici? Décidément, je passe d’étonnement en étonnement.

    Like

  5. Admirer l’action mais pas forcément l’homme, c’est peut-etre le plus simple ?

    Ceci dit, je pense a plein d’exemples d’opinion publique amnésique, qui fini par re-idolatrer malgré les scandales et autres conneries. Regarde Chirac qui a été considéré pour le prix nobel de la paix, 10 années apres avoir fait rager la planete avec ses essais nucléaires de Mururoa. Ou Jane Goody (une starlette de la télé-réalité au Royaume-Uni) qui est morte d’un cancer il y a qqs années et a été enterré avec autant de tralala que Lady Di, alors que quelques années auparavant, elle avait été le centre d’un scandale ou se melait racisme et bullying et qui avait a l’epoque pris des proportions terrifiantes.

    Bref, on oublie…

    Like

  6. Des idoles, j’en ai eu beaucoup et il y en aura beaucoup d’autres, car je suis du genre à admirer! D’après mes souvenirs, aucune n’a chu, mais certaines étoiles peuvent avoir pali au fil du temps.

    Like

  7. Krysalia, oui, la question finalement c’est “quel est mon rôle dans l’histoire? Est-ce que je dois laisser l’autre se planter complètement ou est-ce que je dois essayer à tout prix de le remettre sur le bon chemin?” Et accepter aussi que mon bon chemin n’est peut-être pas son bon chemin…

    Soizze, c’est vrai, regarde Celine, ou Carl Orff… C’est parfois difficile de séparer l’oeuvre de la personne…

    Perrine, je peux me tromper complètement, hein, mais il me semble que parfois, on ne se rend pas compte de ce qu’on a jusqu’à ce qu’on le perde. Je n’étais pas entièrement consciente de ce que cette idole était réellement pour moi jusqu’à ce qu’elle s’effondre.

    Doréus, tu as entièrement raison, à partir de maintenant je n’idolâtrerai plus que mes chats😀 Quant à pardonner… jusqu’où peut-on pardonner?

    kiara, hélas, là, il n’y a plus rien à admirer, ce qui me rend triste, d’ailleurs…

    Minimoose, banane😛

    elPadawan, j’espère que ta déception n’était pas aussi triste et difficile à avaler que la mienne! C’est vrai que le temps aide parfois…

    Valérie, tu as entièrement raison🙂

    Val (et Perrine), je suis super contente, merci de me l’avoir dit🙂 (moi j’en ai refait déjà, depuis, j’ai craqué!!)

    Beah, c’est drôle, parce que moi, je n’admire pas beaucoup les gens en général, mais je ne pensais pas admirer cette personne autant… jusqu’à la chute, et c’est là que je me suis rendue compte du rôle que cette personne avait dans ma vie.

    Like

  8. Idolâtrer non, admirer oui, mais plus comme le dit Kiara, c’est l’action plus que l’homme ou la femme.
    La personne que j’ai le plus admirée quand j’étais enfant c’est Mary Poppins🙂
    Et aussi une religieuse qui travaillait dans mon collège, une sorte de Soeur Emmanuelle, très vieille, très sage, toujours à notre écoute mais jamais complaisante.

    Après j’ai de l’admiration pour des tas de gens pour des tas de choses qu’ils font mais ça ne va pas jusqu’à les placer sur un piedestal.

    Like

  9. Fabulous Fabs

    J’ai cherché en vain si j’avais des idoles et j’arrive pas à trouver. Il y a eu certainement, comme Heidi, des personnes que j’admire. Moi pour son sens de l’organisation et de l’ordre (que je n’ai malheureusement pas) pendant longtemps ça a été Martha Stewart, mais dans la vraie vie, il parait que c’est une vraie be*yatch, comment peut-on admirer une be*yatch?????

    Il y a une personne que j’ai beaucoup admiré pendant toute ma vie, jusqu’à il y a 5-6 ans. Je croyais qu’il avait raison sur tout, qu’il savait tout, qu’il était invincible. Et il agissait aussi comme s’il savait tout. Il avait cette prestance. C’est mon père. Maintenant qu’il a vieilli, que c’est moi qui est un peu sa mère, qui m’inquiète, qui a peur qu’il fasse des conneries. J’ai perdu ces illusions, mon père en fait est une personne comme les autres avec ses qualités et ses défauts. Ça m’a pris plus de 40 ans pour le réaliser.

    Like

  10. Il est arrivé plusieurs fois que quelqu’un me mette sur un piédestal (toute proportions gardé, hein! A ma petite échelle) je veux dire : une copine de lycée, un amoureux, un collègue… Peu importe… Dès qu’on est sur le fameux piédestal il faut s’attendre à la chute et à la haine et au mépris qui s’en suit… On y reste jamais éternellement!
    Je ne crois pas avoir d’idole… Personne que j’admire inconditionnellement. D’ailleurs dans l’idole qui peut chuter de son piédestal il y a “condition”, sinon il ne peut pas chuter… Je crois que quand on “idolâtre” quelqu’un on transfert surtout beaucoup de choses sur cette personne… Et puis quand on s’aperçoit qu’on ne connait pas la dite personne : hop elle tombe du piédestal… Hum… Bah c’est la vie…

    Like

  11. catherine

    pas d’idôles, ou quelqu’un que j’admire?
    peut être et encore personne ne me vient à l’esprit spontanément, à part mon chéri qui me supporte depuis si longtemps sans me juger..

    bises et bonne journée!

    Like

  12. S’il n’était pas déjà mon amoureux, Alexander serait mon idole. Il ne voulait pas que je l’admire, car il n’était « que lui » ; il ne voulait que mon amour. Il a eu et il aura toujours les deux.
    Il a reçu une éducation impeccable, il a toujours eu les valeurs les plus nobles, un comportement exemplaire et, surtout, une capacité d’émerveillement sans cesse en éveil, un sens poétique toujours présent, une tendresse enveloppante, une rare attention aux autres, une générosité toujours renouvelée, un respect de la vie (herbes, insectes, animaux, etc.) inégalé… Non, il n’était pas parfait : il ne pensait pas assez à lui-même.
    Je n’aime pas ce mot d’« idole » : il me semble faire référence à quelque chose de trop éphémère, trop capricieux. Pour moi, Alexander a été et restera toujours une source d’inspiration inépuisable, un exemple que je m’efforcerai de suivre dans certains aspects de ma vie car je sais qu’il me serait impossible de le suivre en tout.
    Si je ne l’avais pas aimé, je l’aurais tout de même admiré. Mon amour englobe cette admiration.

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s