c'est pas moi je l'jure!

la poupée qui fait non

Pour essayer de me changer les idées, je pense à plein de trucs complètement inutiles, ces temps-ci. Comme par exemple: comment se fait-il qu’en 2010 il n’y ait eu que 557 femmes profs à plein temps dans mon université alors qu’il y avait 1 139 hommes profs? Ou encore, comment vais-je survivre à un hiver qu’on prédit encore pire que le dernier? Est-ce même possible d’avoir un hiver pire que le dernier?? Et puis, si je suis officiellement devenue “bourgeoise de Morges” lorsque j’ai reçu ma nationalité suisse en 1991, est-ce que je suis maintenant aussi “bourgeoise d’ATPN”? Est-ce que, quand on me demande d’où je viens, je dois maintenant et pour le restant de mes jours répondre d’Alberta?? Et puis aussi, que vais-je faire avec ma mère pendant deux semaines fin décembre alors que tout est fermé et gelé à ATPN à ce moment-là de l’année? L’envoyer faire du patin à glace sur la rivière et promener les chats dans le couloir?? Mais la question qui me taraude le plus est la suivante: pourquoi, mais pourquoi est-ce que je n’ai pas envoyé de dossier de candidature lorsque j’ai vu qu’un job similaire au mien était ouvert à l’université de McGill, à Montréal, l’année dernière????

Sur ce, je vais passer la fin de semaine à un camps musical où on va chanter pendant trois jours non-stop avec ma chorale dans une espèce de camping où il faut apporter son propre oreiller si on en veut un et même son savon si on veut se laver! Merci de laisser des réponses à toutes mes questions dans les commentaires. A mon retour, je choisirai le gagnant ou la gagnante de la réponse la plus intelligente expliquant de A à Z le comment du pourquoi du bordel de ma vie.

Alors amusez-vous bien et soyez sages, hein!

Oh, et il faut que je vous dise: je suis allée m’excuser auprès des gens avec qui j’ai eu cette réunion de merde mardi dernier parce que j’avais vraiment été une chieuse de première. Ils se sont aussi excusés. On s’aime, maintenant. En tous les cas jusqu’à la prochaine embrouille…

L’autre jour j’avais un papier à écrire d’urgence je m’ennuyais, alors j’ai décidé de m’amuser un p’tit coup…

Alors j’ai fait cette délicieuse et jolie tarte aux prunes. L’avantage de cet arrangement de prunes c’est qu’il y en a plus au centimètre carré que si on les met tout simplement à plat donc c’est beaucoup plus bon et beaucoup plus joli! Moi, je l’ai adorée, cette tarte, mais mes employés un peu moins, parce que les prunes c’est un peu acide et moins apprécié que le chocolat. Rah la la, ils ne savent pas ce qui est bon ces braves gens!

PS. Je cherche désespérément le numéro 8 de cet album, pas un autre album avec les mêmes morceaux, pas un autre chanteur qui chante cet aria, pas une autre mélodie chantée par ce chanteur, mais cet aria de Bizet chanté par Mark Dubois… et je ne le trouve pas! Groooos cadeau à qui parvient à me le trouver (en CD ou préférablement en téléchargement individuel) (sur cette page et amazon.com, on me dit que les téléchargements ne sont pas possibles depuis le Canada).

21 comments

  1. pour ta musique, si tu veux je te la télécharge sur le site que t’as donné et tu me la rembourses ?

    alors, j’esaie les réponses à tes questions :

    comment se fait-il qu’en 2010 il n’y ait eu que 557 femmes profs à plein temps dans mon université alors qu’il y avait 1 139 hommes profs?

    => je pense que la réponse est dans un article que tu avais passé il y a longtemps, sur le fait que les femmes ne savent pas négocier où même ignorent qu’elles sont en droit de le faire la plupart du temps. En gros on explique aux femmes depuis toujours que faire carrière c’est bon si elles n’ont rien à faire, et que même c’est un peu arrogant de leur part. Du coup des postes comme prof d’université les tentent moins parce qu’on les culpabilise. elles vont grossir les rangs des plus petits postes qu’on peut obtenir avec les diplômes qu’elles ont et les gros misogynes les “rassurent” en disant qu’au moins c’est bien, quand elles auront des enfants ça sera plus facile pour s’arrêter. mais ouais bien sûr et puis quoi encore ?😦

    Ou encore, comment vais-je survivre à un hiver qu’on prédit encore pire que le dernier?
    => tu vas survivre parfaitement bien, en criant plein de gros mots et en allant encore t’énerver au tribunal une fois ou deux. Et quand tu seras en poste plus tard dans une ville au climat plus clément, tu pourras te dire “punaise de punaise dire que j’ai survécu à ça moi ?!!”😀

    Est-ce même possible d’avoir un hiver pire que le dernier??
    => ah ben voui c’est possible, c’est toujours possible !

    Et puis, si je suis officiellement devenue « bourgeoise de Morges » lorsque j’ai reçu ma nationalité suisse en 1991, est-ce que je suis maintenant aussi « bourgeoise d’ATPN »?

    => c’est fort possible !

    Est-ce que, quand on me demande d’où je viens, je dois maintenant et pour le restant de mes jours répondre d’Alberta??

    je dirais non, parce que l’alberta c’est d’où tu es. ta nationalité c’est une appartenance. pas une origine🙂. pour dire d’où tu es… je dirais qu’il faut citer le pays dans lequel tu as su que tu étais vraiment toi. ou la première fois que tu t’es vraiment sentie chez toi, dans ton enfance. Ou encore autre chose. chacun voit midi à sa porte dans ce domaine😀.

    Et puis aussi, que vais-je faire avec ma mère pendant deux semaines fin décembre alors que tout est fermé et gelé à ATPN à ce moment-là de l’année?
    => même le foutu mall ? parce que vraiment, c’est si grand et il y a tant à faire que tu peux y prévoir plusieurs visites ! si c’est la première fois qu’elle vient, tu peux aussi lui montrer tous les endroits ou tu vis/travailles etc, même s’ils n’ont rien d’exceptionnel, ça l’intéressera je pense.

    Mais la question qui me taraude le plus est la suivante: pourquoi, mais pourquoi est-ce que je n’ai pas envoyé de dossier de candidature lorsque j’ai vu qu’un job similaire au mien était ouvert à l’université de McGill, à Montréal, l’année dernière????

    si je me souviens bien l’année dernière tu étais toute tournée vers le fait qu’il fallait que tu apprennes à aimer l’alberta. tu disais que si les gens avaient un choix ils n’étaient pas forcément plus heureux (tu avais raconté l’histoire des étudiants et des tableaux qu’on leur offrait, qui les avaient rendus moins heureux -quand ils avaient pu les échanger- que ceux qui n’avaient pas pu). Du coup tu disais que voilà, c’était là ta ville et ton job et qu’il fallait que tu y restes. peut être que c’est pour cela que tu n’as pas rempli cette candidature ? tu t’es dit qu’il valait mieux tenir que courir ?

    Like

      • ben je pense que ce sont deux nuances importantes : d’ou venez vous : avec un chemin pour arriver jusqu’ici. d’ou êtes vous : en ce moment, là, cette année ou il y a peu.

        j’aurais donc tendance à dire “d’où venez vous” quand je demande aux gens leur terroir de naissance, j’attends des gens une réponse du type “ma famille est bretonne mais je suis du nord de la france”. Quand je demande “d’où êtes vous” je veux plutôt savoir dans quelle région ou dans quelle ville ils vivent actuellement, avec des réponses du type “je suis en région parisienne” ou “je vis à ATPN”.

        Like

  2. catherine

    pour le côté merdique de ta vie..c’est tout bête, et il n’y a pas d’autres explications, c’est parce que tu es une fille! et que les filles coupent toujours les cheveux en 4..et cherchent midi à 14 heures! mais je trouve qu’en fait ta vie est plutôt très réussie, et que tu t’embêtes à chercher des poux sur la tête d’un chauve! donc rien d’extraordinaire comme explication!
    par contre dommage pour McGill!
    et la tarte aux quetsches est ma préférée d’entre toutes (mon côté lorrain..)
    passe un très bon WE à chanter et à te laver si tu veux! bises…

    Like

  3. 1) les 582 femmes manquantes ont assez de gamins à plein temps pour en vouloir une floppée supplémentaire dans ton université.
    2) avec du vin chaud
    3) tout peut toujours empirer ma bonne dame. C’est la faute aux soviétiques qui nous dérèglent le climat avec leur satellites de Sibérie!
    4) Mais oui t’es une bourgeoise. Les grosses montres, les colliers de perles…
    5) Tu peux répondre: “de chez moi”, “du parking”, “du supermarché”, “des toilettes”. Effet garanti, on t’embêtera plus🙂
    6) allez manger des glaces. et du vin chaud.
    7) mieux vaut ça que faire faire du patin aux chats sur la rivière et la promener dans le couloir.
    8) un beau gosse dans la chorale, peut-être?

    Like

  4. mais pourquoi est-ce que je n’ai pas envoyé de dossier de candidature lorsque j’ai vu qu’un job similaire au mien était ouvert à l’université de McGill, à Montréal, l’année dernière????
    Réponse : parce que tu veux encore passer un hiver à ATPN avant de décider que là vraiment trop c’est trop, ça suffit!! lol🙂
    Et tu repartiras le coeur léger vers d’autres aventures!

    Like

  5. Superbe cette tarte aux prunes. Je me souviendrai de la disposition des prunes quand j’en ferai une.
    Pour que la tarte ne soit pas acide, il faut la saupoudrer de sucre avant, pendant et après la cuisson.
    Bon camp !

    Like

  6. nico@hou

    pour McGill, rassure-toi, j’ai refusé un poste obtenu à … Maui.

    Tes employés sont trop tarte (facile, je reconnais), sincérement, si tu étais dans l’université d’à coté, moi je bosse rien que pour les à-coté gustatifs!! Note, il faut aussi un day-care pour employés aussi (je suis devenu picky).

    Like

    • Je ne parle pas sécurité vs. liberté, je dis que dans un cas on s’adresse aux “pesantes administrations” de l’unif et de l’autre aux “pesantes administrations” de l’état (avec lesquelles il est sans doute encore plus difficile de dialoguer). L’administratif gangrène tout… mais il y a pire : la “simplification administrative”:mrgreen:

      Like

  7. Patton

    Je ne connais pas les régles administratives du Canada . Je doute qu’elles soient plus pesantes et absconses que par chez nous ! Mais la Liberté d’entreprendre sans en référer à une pléthore d’intermédiaires internes ( cf: les agâcements de notre hôtesse , Dr Caso ) me parait une alternative possible , dés lors qu’on a un talent , et un certain gout du risque …. d’ou le dilemne : Sécurité ( L’Université ) / Liberté ( her own Business ) .
    Là est le choix : je conçois que ce choix n’est pas évident , mais RIEN n’est pire que de ” subir ” un Job , quelqu’il soit .

    Like

  8. Patton

    Si ! Il y a pire …. ! S’identifier à son Job et en perdre son identité ….
    Il faut assumer son Job comme un comédien assume son rôle . On s’investit ( soit ) mais on reste TOUJOURS soi-même , prêt pour tout autre rôle ….

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s