c'est pas moi je l'jure!

confidence pour confidence


Ma semaine chez les fous (de jazz) a été très pénible, audiblement parlant, mais aussi très instructive, organisationellement parlant. J’ai rencontré plein de gens sympas et j’ai appris que:

– quand on organise un événement qui va avoir lieu pendant plusieurs jours, il faut impérativement que les organisateurs se réunissent à la fin de la première journée pour discuter de tous les problèmes survenus pendant cette journée et y remédient immédiatement. Par exemple, on peut avoir créé un super formulaire d’inscription mais quand les visiteurs/participants l’utilisent, on découvre qu’on a oublié de poser une question super importante. Il faut donc corriger l’erreur immédiatement pour que tout se passe bien le deuxième jour.

– quand un événement a lieu à plusieurs endroits à la fois (par exemple, des pièces de théâtre dans plusieurs salles lors d’un festival de théâtre), il faut impérativement vérifier que tous les organisateurs connaissent toutes les règles et font tous toujours la même chose sinon ça devient vite un gros chenit et les participants/visiteurs sont confus et s’énervent. Par exemple, si quelqu’un dans un théâtre remarque qu’une question manque sur le formulaire d’inscription, il ne faut pas qu’il réécrive le formulaire en question et commence à l’utiliser dans son théâtre alors que toutes les autres salles continuent d’utiliser l’ancien formulaire.

– il ne faut jamais se dire que ce qui a marché l’année précédente va encore marcher cette année! Par exemple, si un festival devient de plus en plus célèbre, il faut impérativement revoir la façon dont les billets sont vendus et se rendre compte que vendre des billets juste avant une présentation ça marche quand il y a peu de monde, mais quand il y a des centaines de personnes aux portes, il est plus efficace d’avoir commencé à vendre des billets à l’avance.

– quand on utilise des bénévoles, il faut impérativement vérifier qu’ils savent exactement ce qu’ils ont à faire. Le leur expliquer ne suffit pas. Il faut s’exercer à l’avance, expliquer encore, et revérifier tous les jours que tout le monde sait quoi faire. Par exemple, les bénévoles responsables de la vente des billets doivent non seulement comprendre comment le système de billetterie marche (vente sur internet, billets gratuits pour les artistes, prix différents, etc.) mais aussi savoir comment on “réconcilie” l’argent gagné avec les billets vendus ce soir-là, comment on utilise les formulaires, comment on compte les sous, comment on remplit un rapport de vente pour la soirée, etc.

– et enfin, j’ai aussi découvert que je suis beaucoup moins bête que je ne le pensais! Mon premier soir, c’est moi qui ai dû expliquer à ma superviseuse qu’on n’avait gagné de l’argent que avec les billets vendus sur place, pas avec les billets vendus à l’avance ni avec les gens avec un pass qui leur permettait d’avoir des billets gratuits. Il avait donc été inutile d’écrire “JP” sur les billets vendus avec le pass et “TIX” sur ceux vendus sur internet, mais on aurait dû écrire “D” (door) sur les billets achetés sur place parce que c’était ceux-là qu’on devait compter pour vérifier qu’on avait bien récupéré tout l’argent de la vente. Mercredi, les douze points de vente avaient adopté mon système, mais misère, que les gens sont obtus et lents parfois, et je me suis retrouvée malgré moi (mais pour mon plus grand plaisir) superviseuse de mes box-offices mercredi, jeudi et vendredi alors que je n’avais été engagée que comme aide-vendeuse!

tarte

1. Faire une pâte à tarte et l’étaler dans un moule.

2. Mélanger beaucoup de ricotta avec deux cuillères d’huile d’olive, du sel (saler très généreusement!), du poivre, de l’ail écrasé, et du basilic ciselé. Etaler le mélange au fond de la tarte (sur environ 5mm d’épaisseur).

3. Couper des tomates en rondelles et les déposer sur la ricotta, bien serrées les unes contre les autres. Mélanger quelques gousses d’ail écrasées avec du sel et du poivre dans une grosse cuillère d’huile d’olive et badigeonner les tomates avec ce mélange.

4. Râper un peu de gruyère sur les tomates. Mettre la tarte à cuire à chaleur moyenne pendant 30-45 minutes.

5. Avant de servir, décorer de basilic ciselé.

Réussite: 9,5/10. C’était facile et relativement rapide à faire, très joli, et très bon, mais pas aussi passionnant que j’aurais voulu. J’avais mis beaucoup d’ail mais il ne se sentait pas du tout. La prochaine fois, je rajouterai un petit piment à la ricotta. Et je pense que ça serait encore meilleur avec du fromage de chèvre à la place de la ricotta!

Cette fois-ci, le thème, choisi par BiGBuGS est “photographiez-moi un truc qu’on empile.” (Pour les règles du jeu c’est par là, merci en particulier de m’envoyer la photo avec le lien de votre blog si vous en avez un.) Vous pouvez m’envoyer vos photos jusqu’au 1er juillet (inclu) à drcaso @ shaw . ca. La première personne à m’envoyer une photo pourra choisir le thème de la prochaine photo de truc. Merci de m’envoyer vos photos par email uniquement! Vous pouvez copier le petit badge rose qui se trouve au début de ce post et le mettre sur votre blog et inviter d’autres lecteurs à participer (et joindre le groupe Facebook du même nom).

10 comments

  1. catandfivecats

    je fais ce genre de tarte aussi, avec du chèvre, et quelques tranches de courgettes, un délice! et merci du partage pour l’organisation, si un jour je suis impliquée dans ce genre de manifestation, je penserai à toi!
    bonne semaine et grosses bises

    Like

  2. N

    En effet j’allais dire que la ricotta devait être trop neutre pour cette tarte. Malheureusement le fromage de chèvre est introuvable ici parce que ça me donne bien envie… Peut-être relever les saveurs avec des tranche d’olives? (J’aime les olives!).

    Liked by 1 person

  3. La zia

    Bravo pour ce solide sens de l’organisation lié au sens du business…un truc que j’ai mis au point pour les congrès et qui fonctionne bien est de “pairer ” chaque intervenant avec un bénévole bien briefé, par oral et par consignes écrites, et ce pour toute la durée du séjour de l’intervenant, de son arrivée à la gare ou à l’aéroport jusqu’à la minute du départ…et d’harmoniser effectivement dès la première matinée, lors du déjeuner où tous les bénévoles reportent, si souci.

    Like

  4. Dis comme ça, ça semble couler de source… Et pourtant, des fois, c’est seulement une fois qu’on est dans la mouise qu’on se rend compte qu’on n’y a pas pensé…
    Enfin du coup, ça va te permettre d’éviter des écueils lorsque tu vas faire ta grosse nuit :p

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s