c'est pas moi je l'jure!

les souvenirs devant nous

J’ai découvert le premier gros défaut de Scarlett cet après-midi: elle ne monte pas mes sacs de courses depuis le parking jusqu’à mon appartement au 4ème étage! Remboursez!

Je suis en train de lire un bouquin que ma copine Ana m’a prêté et qui s’adresse aux gens qui s’occupent de patients ou de membres de leur famille qui souffrent de maladies qui affectent la mémoire (dementia, en anglais) comme la maladie d’Alzheimer par exemple. (Alzheimer c’est la maladie, et dementia c’est le symptôme, et il y plus de 70 maladies dont les symptômes sont dementia!)

Le bouquin est intéressant et je ne l’ai pas encore terminé, mais le chapitre que je viens de lire parle des souvenirs d’enfance de ces personnes, et de comment on peut comprendre certains comportements en examinant le passé de ces personnes et souvent les réconforter en discutant avec elles de bons souvenirs de leur vie passée. Jusque là, les conseils du bouquin étaient faisables et je me disais “ok, je peux faire ça avec ma mère, je peux faire ça avec ma famille, etc.” mais là, je dois dire que ne sais pas trop quoi penser.

Je connais très peu ma mère, en fait. On ne s’est jamais entendues, on a très rarement eu de discussions en profondeur, et je ne me souviens pas qu’elle nous ait raconté de bons souvenirs de sa vie. Elle nous a très très peu parlé de son enfance (à part que son père la battait donc c’était normale qu’elle nous tappe dessus elle aussi) et a toujours raconté les mêmes mauvais souvenirs de sa vie de femme mariée: le son de la machine à laver qui lui tenait compagnie, sa belle-mère qui la détestait, mon père qui était toujours au boulot… Depuis quelques années, elle parle de bons souvenirs de notre enfance, mais c’est assez répétitif et limité, du genre “quand elle était petite, ta soeur a demandé comment le ciel tenait au-dessus de nous, s’il avait été collé.”

Alors je me demande comment je pourrais établir un rapport avec ma mère de ce côté-là, je ne sais pas ce qu’on pourrait partager de positif. Les souvenirs qu’on a ensemble n’ont jamais été bons, c’était beaucoup de séjours à l’hôpital, des critiques acerbes, des soucis de santé, des coups et des engueulades jusqu’à ce que je quitte l’Europe, et de constantes lamentations pour que je retourne vivre en Suisse depuis que j’en suis partie il y a 21 ans.

Je suis preneuse de tous vos conseils 🙂

17 comments

  1. hmmmm… je comprend maintenant pourquoi tu n’est pas très chaude de retourner vivre en Europe… tristounet.

    Une idée comme ça… peut-être lui demander de te parler de qq chose, de son enfance par exemple… même si elle crée des événements, c’est pas grave… au moins elle parlerais et peut-être que des trucs vrais remonteraient à la surface. D’un autre côté, pour être aussi acerbe et amère, elle a peut-être eue une enfance assez difficile ce qui serait la raison de son attitude.
    Qu’en penses-tu?

    Like

  2. Laurence

    Ma pauvre , sans les coups, je n’ai jamais eu de bons rapports avec ma mère non plus … différentes de caractère (elle casanière , solitaire et incriminant tjrs les autres dont moi) (moi tjrs dehors , cherchant tous les contacts , les copains , les voyages bref de l’air !) … aujourd’hui suite à 1 compt inadmissible de mon frère que je ne vois plus Et pour lequel ils ont tenu Et excusé je n’y vais que tous les 15 j voire plus si elle passe par 1 phase agressive (déjà mis 1 mois à y retourner ! ) : c’est clairement parce qu’ils ont 86 Et 81 ans que j’y vais encore quoi… ta situation m’inspire car, dépressive depuis toujours, elle développe des troubles de l’analyse des faits , etc, … malheureusement je crois que tu dois t’en tenir à écouter , acquiescer et ne pas la contredire pr maintenir un contact … perso j’ai toujours fini par couper court Qd elle repartait ds ses incriminations ss cesse … je ne supportais pas… j’ai même arrêté de l’emmener quelquepart en voiture le trajet était un enfer Et j’étais démontée pour la journée … bon courage à toi ! Des ondes de courage pour cette épreuve

    Like

  3. Je n’ai malheureusement aucun conseil que je pourrais partager sur le sujet. Je sais ce qui se passe dans le cerveau, le pourquoi les souvenirs récents disparaissent en premier mais ça n’est pas très utile. Il faut juste savoir qu’au début de la maladie, le patient est encore bien assez lucide pour se rendre compte qu’il y a un problème. Ce qui va le rendre agressif…car il a peur.
    Courage, je pense très fort à toi.

    Like

  4. alcib

    J’imagine que ta soeur a fini par comprendre que le ciel était construit sur pilotis (ce qui a nécessité beaucoup de patience de la part des habitants de la Lune et autres voisins, à cause de la vibroponceuse). Je me demande encore, moi, qui a peint cette toile immense suspendue au-dessus de nos têtes…

    Like

  5. alcib

    Je crois que ce ne sera pas facile, surtout à distance (géographique) de faire raconter à ta mère des souvenirs heureux car, aveuglée par les mauvais, elle n’en voit probablement pas beaucoup… Pour qu’elle puisse remonter à des souvenirs heureux, il faudrait d’abord qu’elle se sente en pleine confiance, acceptée, aimée… Ce serait plus facile avec quelqu’un qui a partagé déjà des moments agréables de son enfance, soit directement, soit par ce qu’elle a pu en raconter…
    Je n’ai pratiquement pas, non plus, de souvenirs heureux de mon enfance ; je pourrais probablement en trouver en parlant avec des personnes qui ont été témoins de ces moments… témoins qui ont sans doute déjà tout oublié eux-mêmes. Mais ce dont je me souviens n’est pas particulièrement heureux (sans être vraiment malheureux)… Je crois qu’à un moment crucial de ma vie, une « rupture » importante, alors que j’avais environ trois ans,j’ai coupé les émotions, les sentiments, pour ne plus avoir à en souffrir. Je ne faisais plus confiance aux adultes… Mes souvenirs les plus agréables commencent à partir du moment où j’ai pu les choisir, consciemment, indépendamment de mon enfance, de ma famille… Dès que j’ai pu le faire (à 14 ans), j’ai quitté le village où j’ai grandi pour ne pratiquement plus y retourner, pour me faire une vie nouvelle…
    Tout cela pour dire qu’il faudra beaucoup de patience et de compréhension pour construire des ponts (qui ne donnent pas le vertige) que ta mère aura envie de traverser avec vous et avec d’autres personnes de son entourage… Peut-être faudrait-il trouver avec qui, de son entourage, elle se sent le plus à l’aise, pas toujours sur la défensive ou sur la colère face au passé…

    Liked by 1 person

    • Je suis désolée que ton enfance n’ait pas été plus facile. Je pense que ça sera effectivement une bonne idée de demander aux gens qui connaissent ma mère de m’envoyer leurs “bons souvenirs” qu’ils ont d’elle, ses anciens élèves par exemple 🙂

      Like

    • Merci pour ces liens très intéressants! Oui ma mère a toujours aimé la musique et je sais que ça sera le liens qu’elle aura avec la réalité pendant le plus longtemps. Ma soeur est musicothérapeute, aussi, alors ça aidera j’espère 🙂

      Like

  6. catandfivecats

    oui la chanson est une façon de faire “parler” ces malades, j’en ai lu le plus grand bien , mais pour cela, il faut être avec la personne, difficile pour toi de le faire..je te souhaite ainsi qu’à ta famille, de surmonter ce gros souci ,
    je pense fort à toi et à ta maman, grosses bises

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

%d bloggers like this: