c'est pas moi je l'jure!

on se fait peur

En anglais, il y a une expression idiomatique que j’adore et qui signifie “de justesse.” C’est “by the skin of my teeth” ou, en gros, par la peau de mes dents! Ca s’utilise quand on a évité une catastrophe, pas quand on a réussi quelque chose de justesse. Par exemple “il a évité la prison by the skin of his teeth.”* 

Bref, moi je viens d’éviter la catastrophe by the skin of my teeth. Dimanche, je lisais un manuscrit que je devais évaluer quand soudain, j’ai eu une inspiration divine pour un projet de recherche que je pourrais faire avec l’une de mes employées. Je n’ai écrit aucun article et fait aucun projet de recherche pendant les deux dernières années, ce qui va me créer de très sérieux problèmes lors de ma prochaine évaluation annuelle (et mon salaire dépend de cette évaluation). Alors je commençais à paniquer sérieusement depuis quelques mois, parce que je n’ai absolument aucune inspiration pour ce genre de chose, et même si j’en avais, commencer un projet, le faire approuver, avoir des résultats, et écrire un article prend au minimum un an (et un an de plus pour que l’article en question soit publié)!

Mais dimanche, soudain, le manuscrit en question m’a inspirée et j’ai écrit un email à une employée que j’aime beaucoup. Elle fait déjà un projet de recherche qu’elle a commencé seule, mais je lui ai demandé si je pouvais participer en rajoutant quelques idées à son projet, et elle a aimé mes idées! Aujourd’hui, on a longuement parlé de ce projet et de ma contribution et surtout, de nos publications ensemble!

La raison pour laquelle j’ai évité la catastrophe by the skin of my teeth, c’est que son projet est déjà pratiquement approuvé et elle a déjà commencé à écrire deux-trois trucs, donc je n’aurai pas besoin d’attendre pour commencer à travailler avec elle. Et avec un peu de chance et beaucoup de travail, on arrivera à finir un article et à l’envoyer à une revue académique juste avant mon évaluation annuelle de fin juin!

J’ai eu chaud, mortecouille!

* On dit aussi “hanging on by the skin of their teeth” quand quelque chose ne tient plus qu’à un fil. Par exemple “NAFTA has been hanging on by the skin of its teeth through these last negotiations” (l’ALENA ne tient plus qu’à un fil depuis les dernières négociations). 

9 comments

  1. alcib

    On entend souvent cette expression en français, traduite de l’anglais : « par la peau des dents ».
    En français, on entend plus souvent : « par la peau du dos », « par la peau du cou » ou « par la peau des fesses », pour dire, par exemple, que l’on a rattrapé quelqu’un ou quelque chose au dernier moment…

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: