c'est pas moi je l'jure!

jour de doute

J’écris plus pour me souvenir que pour “partager” nos aventures, et je suis tellement épuisée physiquement et mentalement que j’espère que personne ne sera vexé si l’histoire est peu claire et hyper simplifiée et qu’il en manque des bouts (et que je fais des fautes horribles)!

Donc ce matin, appel de l’EHPAD: on envoie votre mère en hôpital psychiatrique (Sainte Anne), l’ambulance arrive dans 20 minutes! Pas de discussion, pas d’explications, nada. La zia et moi nous sommes donc précipitées (la tata m’a généreusement conduite là-bas et est restée pendant un moment avec nous, ce qui était fort agréable étant donné l’état dans lequel on était déjà à 10 heures du matin).

Là-bas, ma mère a tout de suite été placée dans une chambre, et on a rapidement vu défiler médecins et infirmières et on a répondu à mille questions et répété les mêmes information cent fois mais le personnel était super sympa, heureusement. Visiblement, l’EHPAD ne les avait prévenus de rien et l’unité où était arrivée ma mère n’était pas du tout la bonne–ils ne gardaient même personne la nuit en général!

Nous, on était épuisées, dégoûtées, déprimées… Je suis restée avec ma mère toute l’après-midi et ai parlé à moultes docteurs et infirmiers très sympathiques mais qui me disaient tous la même chose: on ne peut rien faire pour votre mère! Mon désespoir et mon épuisement ont finalement dû se voir sur mon visage parce que finalement, tout le monde a visiblement fait énormément d’efforts pour nous aider. Beaucoup, beaucoup de monde a parlé à beaucoup, beaucoup de monde pendant toute la journée pour essayer de résoudre ce problème. Et pendant ce temps, quand je n’étais pas dans un bureau ou un autre pour être mise au courant des dernières propositions et explications, je suis restée avec ma mère qui était parfois calme et parfois pas trop (après chaque cris, un infirmier passait la tête par la porte et demandait “tout va bien?” et je répondais “tout va bien.” Il m’a même apporté quelques magazines pour passer le temps. J’ai beaucoup apprécié le fait qu’on n’a jamais été “oubliées” dans un coin.)

En fin d’après-midi, on nous a dit que l’hôpital où avait été ma mère en mars était prêt à la reprendre si l’EHPAD promettait (par écrit) qu’ils la reprendraient une fois la situation stabilisée. (L’EHPAD a dit au médecin que c’était nous qui voulions sortir ma mère de chez eux! Heureusement, j’ai enregistré nos réunions sur mon téléphone, donc j’avais la preuve qu’ils disaient des conneries!) (Sainte Anne m’a gentiment filé un petit bureau avec un téléphone et un ordinateur!) J’ai donc téléphoné à mon frangin en Suisse pour qu’il appelle l’EHPAD qui nous avait jetés hier mais personne n’était là pour lui répondre. Alors j’ai essayé de téléphoner à l’hôpital psy mais personne n’a pu me répondre non plus. Tout ça en gardant le contact permanent avec le frangin et les frangines aux quatre coins du monde.

Heureusement, je pense que le médecin chef s’est finalement rendu compte que l’EHPAD était un peu pourri et a contacté le grand chef de l’hôpital psy pour–très probablement–lui demander une grande faveur. Il est donc finalement venu nous annoncer que l’hôpital psy acceptait ma mère vendredi matin sans lettre de l’EHPAD (et que nous ferions mieux d’oublier l’EHPAD en question) et que Sainte Anne allait garder ma mère chez eux jusqu’à vendredi.

Je suis rentrée le soir chez ma tata–j’avais tellement mal partout et j’étais tellement épuisée mentalement et physiquement que je pouvais à peine marcher et parler! On est tous et toutes soulagées, mais la solution n’est que temporaire, et il ne faudrait pas nous faire ce genre de journée trop souvent parce qu’on est tous MORTS! Mais si un jour je devais finir aux urgences psy, c’est à Sainte Anne que j’irais!

13 comments

  1. La zia

    Je confirme l’exceptionnel accueil de Sainte Anne, la super compétence et gentillesse des infirmiers et médecins. Et oui, en rentrant ce soir j’ai bien cru que mon cœur n’allait pas savoir ralentir… mais heureusement que nous étions deux et même trois aujourd’hui !!! Ouf 😅

    Liked by 1 person

  2. wow, mais quel cheminement plein de cailloux… heureusement il y a la gentillesse, qui, si elle n’arrange pas tout, arrondit un peu les angles. Et je croise les doigts pour qu’une situation stable se trouve très bientôt!

    Like

  3. Quel chemin difficile en effet….c’est fou ces Epahd qui se débarassent des situations complexes (par manque de personnel certainement bref). Épuisant pour les familles, plutôt maltraitant pour les usagers….J’espère que tu vas pouvoir te reposer et changer les idées aujourd’hui. Pensées et bises. Ps : lundi prochain tu es sur Paris ? Si pas grève j’envisage d’y faire un tour…

    Like

  4. Marie

    Moi qui me réjouissait du cadre si beau de cet EHPAD pour ta mère, la réalité est moins réjouissante à l’issue de cette journée…Moi aussi j’ai de bons souvenirs du personnel hospitalier en fin de vie de mes parents – Beaucoup de gentillesse. Je veux revenir en France pour ma fin de vie – Je n’ose imaginer le cauchemar aux US + $$$

    Like

  5. Olivier du Vercors

    Salut Miss.
    Là c’est le bouquet !!
    Je t’envoie un bol d’air frais de mes montagnes pour pouvoir respirer un peu et plein de bisous pour te soutenir.
    Bon courage.

    Like

  6. Michelle

    Une brassée d’encouragements! Très bonne idée que d’enregistrer ou de noter le contenu de conversations, ça sert toujours. Parfois, la hiérarchie médicale ou administrative découvre avec étonnement les propos tenus par leurs personnels. Lorsqu’on s’adresse à une direction, il vaut toujours mieux avoir des exemples précis de propos tenus et si on ne les note pas, on les oublie ou on ne les cite pas correctement. Redoutable quand on dénonce des pratiques inacceptables. (Expérience faite en tant que responsable thérapeutique pour ma mère, >80 ans et hospitalisée maintes fois, notamment en gériatrie, mais pas seulement) Bon courage!

    Like

  7. Aline

    Pour avoir vécu situation similaire avec ma mère, aucun EHPAD n’avait capacité à l’accueillir en raison de pathologies trop lourdes.
    La seule solution possible a été l’USLD,
    Détail, je suis fille unique, pas de soutien à attendre de la fratrie…
    Heureusement, Chéri a toujours été très présent.
    Courage à toi et toute ta famille.

    Like

  8. Eh bien dis donc! Heureusement que le personnel s’est montré à la hauteur car c’est le genre de situation cauchemar où on se sent bien impuissant ! J’espère qu’une solution acceptable a finalement été trouvée, car une fois encore je te lis après la bagarre, et je te fais de grosses bises de soutien!

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

w

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: