c'est pas moi je l'jure!

harry potter and the tuna fish promenade

Il faut bien l’avouer, une des seules raisons pour laquelle j’apprécie mon boulot c’est le salaire! Bien qu’il soit de loin pas faramineux, pour une fille seule avec deux coquines c’est à peu près confortable et ça laisse même un tout petit peu de rabe de temps en temps… surtout quand je ne dois pas payer de loyer au mois d’août. En bonne capitaliste élevée au maïs transgénique et à la vache folle, j’ai donc décidé de m’offrir un petit plaisir estival pour me changer les idées: le dernier Harry Potter un petit cours de cuisine pour apprendre tout plein de trucs sur les sushis!

vegetable hand rolls and california

D’abord, il faut bien sûr faire du riz à sushi avec des grains particuliers, pas les longs grains qu’on utilise normalement, et utiliser un “rice cooker,” ou autocuiseur. Une fois qu’il est cuit, il faut garder le riz au chaud et bien humide. Donc pendant qu’on fait les sushis, on peut laisser le riz dans le rice cooker en refermant bien le couvercle après chaque fois qu’on a pris un peu de riz, ou bien on peut mettre un film plastique sur le bol de riz et bien le refermer à chaque fois. L’idéal, c’est de laisser une lingette (débarbouillette) (propre) humide sur le riz tout le temps, pour éviter qu’il ne se déssèche trop rapidement. Et à chaque fois qu’on prend du riz, il faut avoir les mains bien humides.

nigiri

Ensuite, pour étaler le riz pour faire des “sushi rolls” (rouleaux coupés en six) ou des “hand rolls,” (cône qui tient dans la main, on le voit sur la première photo), il faut prendre une grosse balle de tennis de riz d’un seul coup. Dans les mains, on en fait un rouleau qu’on pose ensuite sur la feuille d’algue et qu’on étale très rapidement avec le pouce, l’index et le majeur des deux mains en même temps. Pas besoin de cuillère pour étaler, ça marche très bien avec les mains humides. L’idéal, c’est que toutes les garnitures soient prêtes à l’avance pour que le façonnage des sushis soit très rapide et que le riz soit encore un peu tiède et la feuille d’algue croquante quand on les mange. Pour les “nigiris,” petits tas de riz recouverts de poisson (image ci-dessus), il faut prendre une balle de ping-pong de riz et façonner un petit rouleau d’une seule main avant d’utiliser le pouce et l’index de l’autre main pour le façonner. Ensuite, on met un petit peu de wasabi puis la fine tranche de poisson par-dessus.

salmon-avocado and spicy tuna rolls

On a fait des “vegetable hand rolls” et des “vegetable sushi rolls” d’abord, avec dedans: des champignons japonais, des oignons de printemps, du concombre, du poivron rouge, de l’asperge, des carottes, de la mangue, et du basilic, (tout ça en julienne), et de la mayonnaise au gingembre confit et un peu de wasabi. Je déteste absolument le gingembre confit, mais là, c’était pas mal du tout. Ensuite, on a fait des “california rolls” avec le riz à l’extérieur et du (vrai!) crabe, de l’avocat, du concombre, et de la mayonnaise au wasabi (pâte verte très forte), puis des nigiris au saumon, et j’ai aussi fait des sushi rolls au samon et avocat avec de la mayonnaise au wasabi (ma création). Pour finir, on a fait des “spicy tuna rolls,” avec du thon frais et de la mayo au wasabi à laquelle on avait en plus ajouté de la “chilli sauce” japonaise et qui auraient dû avoir la feuille d’algue à l’extérieur mais je me suis trompée, j’étais tellement concentrée pour réussir à bien rouler les rouleaux avec le riz à l’extérieur que j’ai pas fait attention. Pour le poisson, l’idéal c’est qu’il soit très frais, et une heure avant de l’utiliser, il faut le mettre dans le congélateur, non pas pour le congeler mais pour qu’il devienne un peu dur et soit plus facile à couper en fines tranches. Un nigiri parfait doit avoir du riz encore un peu tiède et du poisson encore bien froid.

salmon nigiri

Ce cours a été une expérience vraiment enrichissante! C’est $130 pour trois heures avec un prof génial et une assistante super sympa qui vient m’aider quand c’est la cata et des tones d’ingrédients frais, et en plus, pendant tout le cours, on nous a offert des “vegetable tempura” à volonté (ces beignets de légumes divins que j’essayerai de faire un jour). Non seulement je me suis bien amusée et j’ai appris plein de choses passionantes, mais en plus j’ai rapporté à la maison de quoi manger pour deux jours! Ce qui nous amène au dernier conseil de la leçon: si vous devez absolument garder des sushis, emballez-les précautionneusement dans un film de plastique ou récipient qui ne laissera pas passer l’air, sinon le riz deviendra tout dur!

Itatakimas 🙂

… Et la première personne qui ose dire que j’ai utilisé ce cher Harry (dont je me fiche comme de mon premier bikini) pour attirer les lecteurs aura bien raison 😆

22 comments

  1. $ha

    Ils sont très beaux!
    Chaque fois que j’ai travaillé en job d’été, ma motivation, c’était le salaire^^
    Les cours de cuisine, j’aimerais tellement y participer…

    Like

  2. Tiuscha, bienvenue par ici 🙂

    TSC, trop fort le mec 🙂 Et ton blog, il est où?

    $ha, merci 🙂 J’ai attendu très longtemps pour les cours de cuisine, c’est vrai que c’est super sympa… J’espère qu’un jour tu auras l’occasion d’en prendre!

    Like

  3. Oui aux sushis. mais je trouve qu’en tartare ou en grava lax on est plus près du goût du saumon.C’est très beau et on y travaille beaucoup les textures, mais ça noie le goût souvent. mais enfin il faut quand même varier de temps en temps, merci pour le cours.

    Like

  4. Alexou

    Bon, puisque je me faie engleuler si je laisse pas de commentaire, en voila un: ARRETE UN PEU DE PARLER DE NOURRITURE, tu me donnes faim! Ou alors viens me rendre visite et fais-moi participer, nom d’un p’tit bonhomme!

    Like

  5. TSC, je suis patiente mais bon… j’attends 🙂

    Moukmouk, c’est vrai que c’est agréable de varier les plaisirs 🙂

    Alexou, j’arrive, j’arrive… mais pourquoi tu t’en vas, hein?! Juste quand j’allais débarquer… 😛

    Like

  6. ça donne drolement envie, surtout après une overdose de cuisine bretonne, je vais chercher un resto japonais, vu que si jamais j’avais pu croire que faire des sushis était un jeu d’enfants maintenant je suis sûr que ce n’est pas le cas 🙂

    Like

  7. tirui, ça fait bien plaisir de te voir par ici 🙂 Pour les sushis, notre cours n’a duré que 3 heures… et notre prof nous a bien expliqué que pour devenir un vrai sushi chef, il fallait 3 ANS de cours intensifs! Faut dire, nous les élèves, on s’est bien amusés, mais c’était un peu le massacre, et il faudrait s’exercer des heures et des heures pour arriver à faire des sushis réguliers, beaux, et vraiment artistiques. Heureusement, je pense qu’on peut s’amuser et quand’même faire des trucs délicieux 🙂

    Like

  8. swedishshef

    J’y pense : c’est pas Harry P. qui s’est gaufré la tête la première avec sa cape dans la première barquette alu ? :mrgreen:

    Dans la famille Porter, je préfère quant à Michael…

    Like

  9. C’est drôlement appétissant! 🙂
    La cuisine japonaise est un vrai ravissement ^^ Pour ma part, je me contente de faire des maki, la découpe du poisson pour les sushi me fait peur.

    Like

  10. Ouah, tu es bien courageuse ! Moi, je resterai au stade “dégustation au resto” (enfin, dès que possible), ça me paraît beaucoup trop compliqué à faire soi-même ! Mais ça doit être rigolo de suivre un cours, surtout avec tempura à volonté.

    Like

  11. Cunégonde

    Voilà ce que je devrais faire, prendre un cours de sushis: la seule fois où j’ai essayé d’en faire j’avais du riz jusque dans les cheveux… mais le résultat était quand-même tout à fait délicieux!

    Like

  12. jumellescosmiques

    C’est décidé. Dès que j’emménage avec ma soeur (dans un an) on se fait des soirées “aventure culinaire” et on essaye ça. Miam!

    Like

Comments are closed.

%d bloggers like this: