c'est pas moi je l'jure!

la maison en enfer

J’ai le choix entre gueuler ou paniquer, aujourd’hui, tough choice! Bon allez, paniquons, c’est plus urgent. Je suis vachement dans la merde et je ne sais pas quoi faire.

Mon locataire déménage. Fin septembre. Et je ne sais pas si 1) je devrais essayer de le remplacer et 2) si oui, comment, et 3) si je devrais plutôt essayer de vendre mon appartement mais si 4) ce ne serait pas une super mauvaise idée.

En gros, le premier problème est le suivant: je ne suis pas sur place donc je ne peux pas faire visiter mon appartement à des locataires potentiels, et même si mon locataire actuel était d’accord de faire visiter l’appart sans moi, je ne veux pas louer mon appart à quelqu’un que je n’ai jamais rencontré. Je devrais donc me taper de faire des allés et retours en Ontario dans les prochaines semaines alors que mes vacances sont terminées depuis longtemps et que les cours recommencent dans trois semaines. Et comme du côté administratif (80% de mon boulot), le pire moment de l’année c’est août et septembre, je ne sais vraiment pas comment j’y arriverais. De plus, le marché est pourri et il y a plus de 600 annonces par jour d’appartements à louer dans le coin, rien que sur Craigslist! Ce qui veut dire que 1) j’aurai du mal à trouver un locataire et que 2) je ne pourrai pas demander un loyer décent.

Le deuxième problème est le suivant: je pourrais décider de vendre l’appartement et je n’aurais donc besoin de m’occuper de rien puisque mon agent immobilier ferait visiter l’appart à de potentiels acheteurs. Malheureusement, le marché immobilier est carrément pourri et je risque fort de perdre beaucoup d’argent, sans compter le fait que je devrais “casser” mon hypothèque ($30,000 d’amende). Je pourrais transférer mon hypothèque pour acheter quelque chose ici mais je n’ai absolument aucune, mais alors AUCUNE envie ni de déménager ni d’acheter quoi que ce soit en Alberta!

C’est tout, en gros. Et je ne parle même pas du côté financier de l’histoire (billets d’avion, frais de l’agent immobilier, etc.)…

J’ai une trouille bleue, et je n’arrive pas à sortir de ces deux scénarios cauchemardesques. Il doit y avoir d’autres façons de résoudre cette situation mais je suis trop bloquée et paniquée pour y arriver.

J’envoie un superbe cadeau Albertain à la personne qui trouve la meilleure solution (ou qui décide de louer mon appartement)!

Cette délicieuse recette de pâtes, rapini, et crumble de parmesan m’a été inspirée par une recette trouvée sur npr.org.

1. Mettre des pâtes à cuire dans de l’eau salée (pour 2-3 personnes).

2. Pendant ce temps, couper une botte de rapini (bien lavés) en morceaux d’environ 3 centimètres (feuilles, tiges, fleurs, tout!) et les faire blanchir 3 minutes maximum dans de l’eau bouillante avant de les “choquer” à l’eau bien froide. Réserver.

3. Dans une poêle, à sec, faire revenir rapidement une petite poignée de pignons de pin jusqu’à ce qu’ils soient un peu dorés (attention, ça crame rapidement!) puis ajouter 1 petite cuillère d’huile d’olive, 2 gousses d’ail coupées finement et 1/2 verre de chapelure. Laisser dorer 2 minutes en mélangeant constamment. Ajouter ensuite 2/3 de verre de parmesan râpé et mélanger très vite en séparant les gros morceaux pour que ça ne forme pas un gros paquet! Il faut que ça fasse comme un crumble. Ajouter plein de poivre (et un peu de piment séché si on veut).

4. Egouter les pâtes et ajouter 1 petite cuillère de beurre salé, puis mélanger les pâtes avec les rapinis et servir bien chaud avec le crumble de parmesan par-dessus et un petit peu de parmesan fraîchement râpé pour décorer!

Réussite: 9.5/10! Un régal!! J’avais juste coupé mes rapinis en morceaux un peu trop grands donc ce n’était pas facile à mélanger et à manger, mais c’était exquis!! Et simple et super rapide à faire!

20 comments

  1. Peut-être pourrais-tu essayer de passer par tes amis et connaissances de ton ancienne ville pour trouver un locataire qui serait digne de confiance, et ensuite trouver un intermédiaire en qui tu as confiance, un ami ou ancien collègue qui pourrait “checker” de temps à autre que tout se passe bien, comme une sorte de concierge…(moyennant peut-être un peu de sous)
    Enfin, ce sont des idées en vrac comme ça.
    J’ai mon cousin là-bas, si tu veux que je lui demande… (si cela t’intéresse, écris moi par courriel)

    Like

  2. Je dirais aussi de passer par des amis sur place. Ou de voir si parmi tes amis et les amis de tes amis, il y en a pas qui recherchent un appart.
    Sinon, est-ce que tu dois absolument le relouer tout de suite ? Tu ne peux pas le laisser “en sommeil” quelques mois, jusqu’à ce que tu retrouves des vacances ?

    Like

  3. J’avoue que, personnellement, je vendrais, si ce n’est que pour ne pas avoir une préoccupation administrative de plus… mais ce n’est évidemment pas l’option la moins coûteuse. Si l’appartement où tu habites était à vendre, ça pourrait toujours constituer une solution de rechange (tu ne perdrais pas ton investissement et tu n’aurais pas à déménager), mais j’ignore si c’est le cas.

    Like

  4. j’allais te dire aussi de passer par une agence de locations. Si c’est comme ici, ils sont mandatés et suivant le mandat que tu leur donnes (et les sous qu’ils te rackettent !), ils prennent un niveau de responsabilité plus ou moins important dans la location de ton appart. le budget minimal c’est qu’ils te trouvent un locataire et lui fassent signer les papiers de baïl après toutes les visites. Le plus haut, ça peut être d’encaisser les loyers à ta place et de les gérer pour toi, y compris tous les problèmes du locataire dans l’appart, contre un % du loyer en plus des frais, en général.

    s’il n’y a pas ce genre d’agences en ontario, alors peut être que tu pourrais mandater un agent immobilier pour louer ton appart, comme tu pourrais le faire pour qu’il le vende ? ce serait un contrat entre vous même si ce n’est pas prévu au départ, avec des frais sur lequels vous tomberiez d’accord.
    Ici la plupart des locations se font sur dossier, les proprios veulent rarement rencontrer les locataires. je pense que c’est à cause des aides fiscales pour les achats immobiliers à mettre ensuite en location, les proprios sont loins et achètent dans les villes étudiantes ou touristiques. ça fait le bonheur des agences.

    Finalement, soit tu vois le locataire avant, soit tu n’en trouves pas, soit tu en trouves un mais tu ne l’as pas vu. soit tu ne loues pas mais tu vends, soit tu ne trouves pas d”acheteur, soit tu vends mais à un mauvais prix. (je ne compte pas “tu vends à un bon prix – hélas en ce moment ce n’est pas possib’, sans compter ton amende pour remboursement anticipé :[ )

    qu’est-ce qui est pire ?
    je pense que dans cette liste, trouver un locataire mais ne pas l’avoir vu n’est pas dans les meilleurs points… en revanche ça se situe quand même au dessus de “ne pas trouver de locataire” et “ne pas trouver d’acheteur. je pense que ça se situe aussi au dessus de “vendre à un mauvais prix ou anticiper le remboursement du prêt”.

    quel locataire pourrait te faire des dégâts dans l’appart qui dépasseraient ne serait-ce que l’amende de $30 000 pour remboursement du prêt (sans compter la somme perdue sur la valeur de l’appart), somme qui devrait dépasser le plafond de garantie de tes assurances avant que tu aies à la payer ?

    Tu pourrais me dire, il existe une possibilité que le type ou la nana ne paye pas son loyer et me squatte. C’est vrai. mais c’est le cas avec tout locataire, donc tu peux t’assurer contre ce risque, tu l’es probablement déjà.
    Et puis un squattage possible semble toujours préférable à un logement vide certain, qu’est-ce que t’en dis ? Surtout quand des assurances peuvent prendre ce risque en charge.

    Donc voila mon opinion à moi que j’ai :

    vendre : le prix sera encore trop bas, ce n’est pas la saison, il vaut vendre sur la pente remontante des prix, on y est, mais c’est bien trop tôt. Tu perdrais énormément d’argent sur la valeur de l’appart et via les amendes.

    louer en rencontrant le locataire : super si c’est possible, mais coûteux en avion et en temps, très aléatoire, aussi aléatoire en fait que de ne pas l’avoir rencontré (habit, moine tout ça). c’est mieux que de ne pas l’avoir rencontré puisque ça te tranquilise, mais pas toujours évident à mettre en place, et ça te réduit la liste des locataires potentiels à ceux qui peuvent te rencontrer dans tes disponibilités.

    louer en ne rencontrant pas le locataire : c’est pas mal de stress, mais tu peux au pire prendre des assurances renforcées la première année, et voir avec des amis (ou un agent immobilier) si tu peux les mandater pour aller voir la tenue de l’appart cette même première année. une fois que tu as vu que c’était un locataire sans histoires, tu peux baisser un peu les garanties d’assurances ou relâcher ta garde. Ou pas. mais c’est loué ! :D. Du coup tu ne perds pas de sous.
    Un avantage certain c’est que tu maximises tes chances de trouver un locataire s’il n’est pas obligé de te rencontrer. Du coup tu loues plus vite, tu perds moins de fric.

    c’est la solution où tu te sens sur la corde raide mais je dirais que grâce aux assurances et à tes amis en ontario, le risque est moins prégnant qu’il n’y paraît, et c’est aussi le choix le plus économique à mon avis.

    Concernant le bail court, je ne sais pas comment ça marche en ontario mais en france, la loi indique qu’un propriétaire peut casser le bail s’il souhaite habiter dans son logement ou le reprendre dans le but de le revendre. Donc si c’est le cas aussi en ontario ne t’embête pas à prendre un bail court, un long fera aussi bien l’affaire et ça te sécurisera sur la longue présence du locataire.

    Like

  5. Je plussoie Laeti, demande à tes bons zamis restés là-bas s’ils peuvent se charger des visites pour toi, ils sauront comment “trier” les candidats, j’imagine. Ensuite, juste pour sceller le deal, tu fais le déplacement pour rencontrer en chair et en os tes nouveaux locataires.

    Like

  6. Ne te précipite pas ; je plussoie le commentaire d’elPadawan.
    En effet, tu perdras sans doute moins d’argent en prenant le temps de chercher à relouer en demandant à des gens de confiance de faire visites et tri des postulants qu’à vendre au mauvais moment.

    Respire ! Ca va se décoincer ! 🙂

    Like

  7. personnellement je suis un peu loin pour louer ton appart mais effectivement, la solution de l’agence parait la plus envisageable à court terme…..je ne peux que te souhaiter d’avoir vite décidé pour être au moins soulagée de te poser des questions!…

    Like

  8. Moi aussi j’opterais pour une agence-qu’on appelle gérance ici-. Il me semble que ça doit exister.

    Parce que là je trouve que ça te fait beaucoup de casse-tête, mais bon y a pas le feu au lac non plus hein?

    Tu peut te donner un peu de temps pour voir la meilleure solution.

    Like

  9. est ce que tu sais pourquoi ton locataire s’en va ? à cause de la baisse des loyers (il continue de louer ailleurs moins cher ?) ?
    Parce que si c’est le cas, tu peux peut être le convaincre de rester en baissant un peu son loyer …

    Like

  10. nico@HI

    bonjour Dr. Caso,

    mon appart est a reims, je suis a hawaii. j’ai de plus un appart qui attirent principalement des étudiants, donc en mai je commence a stresser, et en juin ces sal*%$^## d’étudiants changent d’études, de villes, ont leur diplômes,…. whatever, et s’en vont…

    Laisse tomber l’idée de demander a un ami de le faire pour toi, a moins que 1) le copain soit vraiment motive, 2) connaisse le marche 3) soit capable de reconnaître un baton merdeux, 4) ai lui même des apparts en location 5) a du temps libre 6) soit vraiment un super bon copain super serviable, 7) ai un peu d’expérience de location.
    Et en plus soit prête a perdre ce copain.

    C’est une vraie et grosse fausse bonne idee.

    Maintenant, toutes les personnes qui ont proposées cette solution réfléchissent bien, et se demandent si vraiment elle l’aurait fait (juste qu’au bout) pour leur “copain”, et auraient essuyer tout les problèmes.

    Agence immobilière: seule solution viable, tu es leur patron, tu donnes les ordres. Tu n’es pas contente, tu changes d’agence. Le monde moderne est plein d’inventions surprenantes: le téléphone, le fax, le courrier rapide, la visioconference (si t’as besoin de voir les yeux de ton interlocuteur).

    Bon, avec l’agence tu perdras 10-15% de la location (entre les frais la nom-location pendant un mois par ans), et tu gagneras un peu de calme, et du temps pour pouvoir revendre dans un meilleur marche.

    good luck,
    Nico@HI

    Like

  11. Musarde

    Je suis en Ontario et je loue mon appart. Ma proprio est à l’autre bout du monde, jamais eu de contact avec elle. C’est l’agence qui fait tout. C’est une agence locale, donc avoir le nom ne te servira à rien. C’est la catégorie Rentals And Management… il doit y en avoir pas mal à Toronto…

    Mu

    Like

  12. Chtit Troll

    J’ai un appart a 20000km d’ici. Je n’ai jamais vu le moindre locataire.
    J’ai une agence qui gere ca pour moi. Je suis aussi stressee en ce moment car le locataire s’en va a la fin du mois et je n’ai pas de nouvelles…
    Je me demande aussi ou je vais habiter a la fin de l’annee vu que j’essaie de refinancer ma maison et que ca foire grave, la.. Mais c’est un autre sujet.

    Like

  13. Jb

    Je vais retomber sur les mêmes solutions que la plupart ont déjà proposées: l’agence immobilière qui s’occupe de trouver le locataire, faire signer le baïl, etc.
    C’est sûr, ça engendrera quelques frais supplémentaires par rapport à si tu le louais “toute seule”. Mais d’un autre côté, faire les allers-retours ATPN-Granbled-ATPN à chaque fois que ton locataire change, ça revient cher aussi…

    Pour ce qui est du très court-terme: une coquine de chaque côté, un p’ti verre dans une main, et de l’autre moultes caresses… 😀

    Like

  14. anthropopotame

    Voyons Dr CaSo, si tu perds de l’argent en louant et si tu en perds en vendant, le plus simple ne serait-il pas de ne pas louer et de ne pas vendre?
    Attends des jours meilleurs! Il y aura certainement une nouvelle crise de l’immobilier (au sens français du terme, c’est à dire une pénurie) et tu sortiras de tout cela par le haut!
    Ne me remercie pas du conseil, mais je crois que c’est une vraie vraie bonne idée 🙂

    Like

  15. Merci à toutes et à tous pour vos idées et vos conseils. Il y a un truc important que je n’ai pas mentionné: le loyer que me paye mon locataire paye le loyer de mon appartement ici, donc si je ne reloue pas l’appart là-bas (et pour un prix décent), je suis super dans la merde ici! Je n’ai pas les moyens de payer une hypothèque PLUS un loyer à moi toute seule!

    Je continue à réfléchir et à me renseigner. Mon agent immobilier me dit que je ne devrais effectivement pas vendre. Elle me dit aussi que l’idée de l’agence n’est pas mauvaise, mais ça ne garentit pas un loyer décent et ça coûte cher (mais c’est vrai que je perdrais moins en louant à perte qu’en vendant à perte).

    J’ai demandé à ma proprio ici si elle me vendrait son appartement que j’adore et si oui, pour combien (si je décidais de vendre et de transférer mon hypothèque). Mais j’ai peur que le prix soit complètement au-dessus de mes moyens.

    L’idée des amis semble bien mais comme le dit nico, c’est trop risqué et je n’oserais jamais demander ce genre de service ultra pénible à quelqu’un, et puis les 4 amis que j’ai là-bas sont tous super occupés et stressés déjà, donc ce n’est pas une bonne solution.

    Je continue à réfléchir…

    Like

  16. @Nico@HI :
    J’ai proposé cette solution car je l’ai déjà fait pour une amie (trouver un bon locataire respectueux et respectable:), et une de mes amies fait ça pour des amis à elle rentrés en France et qui ont gardé une maison ici au Québec.
    Dans mon univers ici, se refiler des apparts est fréquent, quand on connait quelqu’un qui cherche un locataire, qu’on connait des gens qui se cherchent un appart, tout se fait par réseautage, et ça marche.

    @ Dre Caso : Après, je peux bien sûr comprendre que ce n’est pas évident de demander ça à ses amis surtout quand on n’est déjà plus sur place. Mais parfois, qui ne demande rien n’a rien. Dre Caso : la liberté, demandez la ! 😉
    Demande au moins dans ton réseau si personne ne cherche un appart. Tu verras ce que ça donne…

    Like

  17. personnellement j’ai déjà trouvé des locataires pour la maison de vacances d’amis et pour l’appart d’un pote qui se barrait en expatriation.

    Je repense aux propos de nico mais même si le locataire que tu trouvais était réellement un bâton merdeux, est-ce qu’il arriverait à faire assez de dégâts pour concurrencer en terme de fric le fait de ne pas louer ?

    faut quand même y aller pour faire xxx(x)$ DE PLUS que ce que les assurances remboursent, surtout quand tu as prévu le coup et signé des polices en rapport avec les risques.

    en gros, si tu prends n’importe quel locataire, vite, tu auras peut être à faire appel à tes assurances et un peu plus de sous à payer si ça dépasse les plafonds.

    En revanche sans louer tu perds des sommes xx fois plus importantes chaque mois…

    je crois vraiment que le choix du locataire est moins risqué qu’il n’y paraît, et que tu peux t’éviter les allers et retours en ontario. Pour la gérance, c’est une chose qui n’est pas obligatoire non plus : si tu n’en avais pas pour ton locataire actuel, tu pourrais ne pas en avoir pour celui là. Quitte à aller quand même sur une gérance après s’il s’avère être effectivement un locataire à problèmes….

    Like

Comments are closed.

%d bloggers like this: