c'est pas moi je l'jure!

comme un pont sur l’eau

J’ai fait un exploit ce soir! Je suis presque fière de moi! Le nombre de piqûres de moustiques que cet exploit m’aura coûté est encore inconnu, mais je peux vous dire que deux moustiques me sont entrés directement dans l’oeil, même que l’un d’entre eux y est resté coincé et j’ai pu sortir des pattes de moustique écrasé de ma lentille de contact, c’était charmant!

Quand j’étais en Espagne, il y a trois ans, j’ai visité une ville avec un superbe château en haut d’une colline. Pour atteindre ce château, il fallait payer 5 euros, monter dans une tour, puis traverser un pont entre le haut de la tour et le haut de la colline. J’ai payé, je suis montée, et là, je suis restée coincée pendant au moins une demi-heure: le pont était fait de planches un peu espacées les unes des autres et ça, c’est ma hantise personnelle! Je ne peux pas marcher sur un truc où il y a des trous, comme une grille d’égouts, une sortie d’air, ou des escaliers ou un pont à claire-voie. Ce n’est pas une question de vertige, parce que je sortais sur mon balcon au 30ème étage sans problème. Je ne sais pas si c’est la peur de coincer ou de perdre une béquille dans un “trou” qui me fiche cette frousse, mais c’est une peur extrême. En haut de ce pont espagnol, j’avais du mal à respirer tellement j’avais peur, et je n’ai jamais réussi à le traverser (et j’ai perdu 5 euros et jamais visité le château).

Ce soir, je suis partie me balader (en compagnie de tous les moustiques d’ATPN, merci beaucoup) le long de la rivière (sans mon appareil photo parce qu’il faisait nuit parce que le temps que je sorte, Coquine No. 1 voulait aussi sortir et quand j’ai commencé à la préparer elle a décidé qu’elle ne voulait plus sortir, mais à ce moment-là Coquine No. 2 a décidé qu’elle, elle voulait sortir, et on est sorties dans le couloir pendant 20 minutes, et le temps qu’on rentre et que je ressorte il faisait nuit, mais j’étais quand même décidée à sortir moi aussi, non mais!).

Bref. Je n’étais jamais allée marcher le long de la rivière vers la ville mais c’est très joli (j’y retournerai prendre des photos pour vous en hiver, quand il y aura moins de moustiques!), et on arrive rapidement à un petit pont pédestre que j’ai voulu traverser. J’ai bien vu qu’il était fait de planches mais elles étaient assez rapprochées, avec souvent à peine un centimètre de séparation entre elles, et puis il me semblait qu’il y avait quelque chose qui soutenait les planches en question par-dessous… donc je me suis engagée. Et effectivement, au début, quand je regardais entre les planches (parfois il y avait jusqu’à 3 centimètres d’espace, quand même!), je ne voyais rien du tout, donc je me suis sentie en confiance. Je devais regarder où je posais mes pieds et mes béquilles, pour ne pas les coincer entre les trous, donc je ne pouvais pas vraiment admirer le paysage en même temps mais ça allait. Après une dizaine de pas, malheureusement, j’ai vu entre les planches l’eau qui coulait en-dessous! Loin en-dessous! Et j’ai sortit un f*ck retentissant!

Mais je me suis forcée à continuer. Après tout, je pouvais regarder à l’avance où il fallait que je pose mes 4 pieds donc je pouvais éviter de voir l’eau, et puis certaines planches étaient vraiment proches les unes des autres… Donc en jurant comme un charretier et en retenant ma respiration, j’ai continué à avancer, rapidement, pour ne pas avoir le temps de regarder entre les planches…

J’ai réussi à aller jusqu’à la moitié du pont. Je tremblais comme une feuille et j’avais l’impression que mes jambes étaient faites de coton! Là, au milieu du pont, il y avait un banc… et je m’y suis assise pour reprendre ma respiration et essayer de me calmer. Me relever pour repartir vers la maison n’a pas été facile, et le retour a été fait d’un mélange de peur rétrospective et de fierté, de soulagement et de tremblements (et de la mort de quelques centaines de moustiques)!

Je n’ai fait que la moitié du pont, mais c’est un extraordinaire exploit, je vous jure! Les trucs à claire-voie sont ma seule peur réelle au monde! Peut-être que l’hiver prochain, quand le pont sera bien recouvert de glace et de neige, j’arriverai à le traverser en entier… ?

Ce plat (qui devrait plaire à Lune) a été créé par erreur mais c’était une délicieuse surprise!

1. Comme je n’avais jamais fait de boulettes de viande (meatballs, en anglais, plat très courant dans la gastronomie Nord-Américaine), j’ai décidé d’en faire avec du boeuf haché bio, beaucoup de persil, un peu de chapelure, des épices (cumin, paprika, gingembre, coriandre, cannelle), un oignon coupé très finement, de l’ail, 1 oeuf, du parmesan râpé, et un peu de farine, du sel, et du poivre. J’ai bien mélangé tout ça puis ai formé des boulettes (avec les mains bien humides) que j’ai fait frire dans une poêle avec un peu d’huile. Malheureusement, une fois cuites, mes boulettes étaient un peu sèches.

2. Donc, j’ai décidé de faire une sauce tomate, avec un oignon, de l’ail, une boîte de tomates concassées, plein de basilique, un peu de concentré de tomate, un peu de vin blanc, du poivre de Cayenne, du sel, du poivre, et des petits pois surgelé (juste parce que j’adore les petits pois surgelés). Une fois ma sauce presque prête, j’ai rajouté les boulettes de viande dedans et je les y ai laissé cuire pendant 10-15 minutes.

3. Pendant ce temps, j’ai fait cuire des pâtes. Une fois cuite dans la sauce tomate, mes boulettes de viande étaient tendres et délicieuses. J’ai mélangé les pâtes avec la sauce et les boulettes et ai rajouté un peu de parmesan râpé sur tout ça…

Réussite: 10/10! Je ne m’attendais pas du tout ça ce résultat en commençant mes boulettes, mais c’était exquis! Il ne faut pas lésiner sur les épices dans la viande, et puis c’est meilleur aussi si la sauce tomate est bien relevée. J’imagine que ça peut se manger avec du riz complet pour un repas un peu plus équilibré.

21 comments

  1. Je suis fière de toi ! C’est fou comme on peut se sentir “soulagée” une fois qu’on a affronter une de nos peurs avec succès. Je n’en pouvais plus de sourire en sortant de l’eau la première fois où j’ai nagé dans l’océan, là où je n’avais pas pied.
    Une moitié de pont, c’est énorme, et bientôt ce sera le pont entier 🙂

    Des bises!

    Like

  2. Pascale

    Ma plus grande peur quand je nage est de me retrouver sans m’en rendre au dessus de rochers recouverts d’algues… alors que bizarrement je peux me baigner en pleine mer sans que ça me pose problème…

    Pour que les boulettes soient moelleuses, même sans sauce, je mets du pain dur bien mouillé d’eau ou de lait (bon, ça marche aussi avec n’importe quel pain, de mie par exemple quand on n’a que ça sous la main), à peu près 1/4 du poids de la viande (à l’œil hein, je ne pèse rien), et comme toi, oignon, épices, œuf…

    Voilà, c’était mon premier commentaire chez toi, alors que je te lis depuis trèèès longtemps!!! Mais il faut parfois sauter le pas 😉

    Like

  3. BRAVO pour avoir su affronter ta peur ! Tu as un courage fantastique.
    quand j’étais gamine une copine habitait dans un appartement où on accédait par un escalier extérieur au milieu d’une court. l’escalier était… En grillage oO… le genre de grillage en acier épais dont le maillage fait comme des losanges un peu arrondis. C’est très solide, pas du tout wobble ou branlant… Et totalement transparent, fuuuuuuuuu…

    je me souviens très bien monter chez elle plusieurs fois par semaines en chantonnant et en regardant surtout ailleurs qu’en bas ! 😆

    Like

  4. Bravo ! C’est hyper courageux !!!
    Ma trouille ultime, ce sont les grottes souterraines et jamais tu me feras entrer la dedans et m’éloigner de la lumière et de la sortie; les tunnels en montagne me rendent malades alors ramper dans un goulot même pour aller voir les plus belles peintures rupestres de tous les temps ou le trésor des Templiers jamais de la vie !!! 😉

    Like

  5. Je bave d’admiration devant ton courage !
    Moi je n’ai que 2 jambes, mais je suis totalement incapable de marcher sur un truc à claire-voie, fût-ce une grille d’égout, ça me donne le vertige immédiatement ! (oui j’ai un peu honte mais j’y peux rien)
    Je te savais volontaire et courageuse, mais là… chapeau bas ! (en plus tu as fait ça de nuit, rien que ça !)

    Like

  6. Hum hum… C’est un peu une sorte de vertige tout de même, une sorte…
    Et à part ça le château en Espagne c’était où? Je me gratte la tête, je réfléchis, mais je trouve pas!

    Like

  7. je suis assez abasourdie par ta trouille, parce que quand même spa toi qui était allée sur un plancher de verre tout en haut d’un building? (un restaurant je crois)?? LE truc que tu peux me payer des MILLIONS jamais je marche dessus de ma vie entière. NEVER.

    bref
    le ptit pont branlant de haute montagne haut haut haut au dessus du torrent furieux, spa ton truc, donc?
    (le mien non plus, j’avais 10 ans, m’en souviens encore, biiiiiiiiiih)

    Like

  8. Je suis d’autant plus fière de toi que tout ça c’était à la nuit tombante 😯

    Je maitrise un peu mieux ma peux des passages grillagés qui n’ont rien dessous, contrairement aux sorties d’air qui ne m’embêtent en rien.

    Il m’est arrivé de suivre mes collègues à la file indienne dans un certain parking de Genève et d’arriver à un escalier suivi d’une petite passerelle comme ça, en claire-voie, d’y figer et de rebrousser chemin pour passer par ailleurs.

    Maintenant, je pousse un soupir et je me lance 😉

    Pareil pour une passerelle vitrée à Balexert, je n’ai jamais pu la traverser la première fois. Maintenant j’y arrive.

    Moi je dis que le petit pont de la rivière tu vas le faire et refaire….si tu veux rentrer ensuite 😆

    Par contre le petit pont bringuebalant comme en Espagne? Never for me!

    Like

  9. La prochaine fois, laisse-toi porter par les moustiques! Tu vas traverser le pont et tu n’auras même pas le temps d’avoir peur! En passant, dommage que ce pont soit source de peur, parce que, juste à l’autre bout, y’a les pyramides du Jardin M…
    Ceci dit, tu n’es pas la seule personne que je connaisse à qui les surfaces ouvertes foutent la trouille. Mon ex ne pouvait même pas supporter la traversée en voiture du pont Victoria à Montréal (près de 2 km de longueur), dont les voies de roulement sont faites du même acier alvéolé dont parle Krysalia. Personnellement, ça ne me dérange pas trop. Oyaté, par contre… sur le même pont dont tu parles, ça l’énervait un peu de voir l’eau brune de la rivière entre les planches. Faut dire qu’il ne sait pas nager.

    Like

    • Fabulous Fabs

      Oh le Pont Victoria… Toutes les fois que je le traverse, j’ai hâte que ce soit fini. Quelle angoisse. Mais pour moi c’est encore pire de le traverser en hiver… Et tellement étroit….

      Like

  10. Tes ponts sont mes phares à moi. Je suis montée au phare de le vierge (je crois) mais pour redescendre j’ai cru que j’allais mourir. J’ai dû descendre assise, les yeux fermés, terrorisée, un cauchemar sans nom.
    Et cet été je suis montée sur un mirador, dont les escaliers étaient fait de plantes disjointes, là aussi je me suis sentie héroïque d’avoir pu redescendre sans hurler de terreur. Alors ton pont, tu n’imagines pas comme je comprends et admire l’exploit.
    Tu es décidément la meilleure !

    Like

  11. Llyn, je comprends très bien le coups de l’océan là où on n’a pas pied! Bravo à toi aussi 🙂 Et des bises à toizossi!

    Pascale, merci pour la visite 🙂 Oui, je crois que le pain/lait marche bien, et aussi un mélange de viandes grasses et moins grasses. Là, je n’avais que du boeuf et j’ai fait tout ça à l’oeil donc ça n’était pas très scientifique, hehe…

    dieudeschats, c’est pas crétin du tout, j’adore quand on est fière de moi 😀

    Krysalia, ohhh la la, je dééééééteste ces escaliers aussi, brrrrrrrr 🙂

    heidi, je te comprends assez bien pour les grottes. Je me souviens de visite d’une mine de sel bien souterraine… intéressant mais j’étais contente de resortir 🙂

    mido, je crois que le fait que c’était la nuit a plutôt aidé, parce qu’on ne voyait pas bien l’eau qui passait au-dessous, c’était plutôt noir… Donc si un jour ça te tente, essaye de faire ça la nuit 😉

    Mahie, c’était à Lleida, en Catalogne. J’y ai passé 10 jours en février 2007, c’était sublime 🙂

    Lune, alors tu ne peux pas non plus manger de pâtes? Et le riz complet, pas non plus? Mmmmm… ça devient compliqué 🙂

    a n g e l 😆 ah ça non, le petit pont de bois tout en haut de la montagne au-dessus du précipice, tu peux oublier!! Par contre, excellente mémoire chère madame, c’est vrai que j’ai fait UN pas sur un plancher de verre… mais j’étais pas fière, crois-moi! Et heureusement il était pas mal rayé donc bon, c’était pas transparent transparent, et puis bon, y’avait pas de trous 😉

    !Béo! ce qui est marrant c’est que je peux monter dans un ascenseur transparent tout en haut de la tour CN sans problème… ou aller sur un balcon au 30ème étage. Mais si le balcon en question a un espace entre la rambarde et le sol du balcon, alors là, je peux pas 🙂

    Doréus, avec vous deux en train de me faire la causette pour me changer les idées et pour aller voir les pyramides, je pense qu’il est possible que j’y arrive 🙂

    Valérie, ouah, les phares? Je ne crois pas être jamais montée dans un phare. C’est étrange ces phobies si “illogiques,” hein? Je t’imagine très bien en train de descendre les yeux fermée… c’est comme ça que j’ai fini une ou deux fois quand j’étais obligée de passer sur des trucs à claire-voie 🙂

    Like

  12. Félicitations. Je me souviens de pas mal d’endroits de ce genre, avec des petits ponts pas forcément rassurants. Ou bien des gros ponts pas si inquiétants. La partie piétonne du pont de Brooklyn contient pas mal de “trous”… si tu veux regarder les voitures passer, c’est l’idéal…

    Like

Comments are closed.

%d bloggers like this: