c'est pas moi je l'jure!

l’amour, l’argent, le vent

Comme promis, je suis allée faire un truc complètement dingue jeudi soir! Je ne sais pas à quoi je m’attendais, mais en tous les cas, pas à ça! (Les photos étaient interdites ce qui explique la mauvaise qualité des photos qui suivent, prises en cachette.)

En Alberta, 40% de l’argent des casinos est distribué à des associations caritatives, des groupes religieux, etc. Pour avoir droit à cet argent, il suffit de donner gratuitement de son temps à un casino pendant deux jours. Donc des membres de l’association en question (donc, dans mon cas, les amis de l’Alliance française d’ATPN) se portent volontaires pour travailler pendant 48 heures. Nous, on a fait la journée et la nuit de jeudi et vendredi.

On nous a assigné des rôles différents: banquiers, counter, sorter, manager, etc. Moi j’étais un sorter. Je devais arriver à 21:30 au casino, où on m’a donné un name tag et offert un repas gratuit (ça faisait longtemps que je n’avais pas mangé quelque chose d’aussi mauvaise qualité). A 22 heures, j’ai été enfermée dans une petite pièce au centre du casino avec six autres personnes (on ne pouvait pas apporter notre manteau ni notre sac à main avec nous) et une general manager nous a expliqué ce qu’on devait faire:

1. Les gars de la sécurité allaient nous apporter un grand chariot avec des boîtes métalliques numérotées de 1 à 22. Ces boîtes venaient des tables de jeu du casino. La première fille avait deux clés et devait ouvrir chaque boîte, sortir les billets qui s’y trouvaient, me faire vérifier qu’elle était bien vide, la montrer à la caméra de sécurité, puis la refermer.

2. Moi, j’écrivais un petit billet avec le numéro de la boîte qu’on venait d’ouvrir et avec la fille à ma gauche, je devais mettre les billets dans l’ordre et dans le bon sens dans une sorte de casier en plastique. Ensuite on mettait le petit billet avec le numéro de la boîte sur le casier et on le passait au type assis à côté de nous.

3. Le type mettait les billets dans une machine qui les comptait et il annonçait combien de billet de chaque sorte il avait et le numéro de la boîte. Il nous repassait ensuite le casier (qu’on remplissait donc avec les billets de la boîte suivante, etc.).

Là on voit le chariot de boîtes vides redistribuées à chaque table de jeu.

4. La vieille à côté du type inscrivait ces chiffres dans son ordinateur et passait les billets à une rousse de l’autre côté de la table en annonçant le numéro de la boîte.

5. La rousse repassait chaque pile de billets dans une machine et annonçait ses chiffres à sa voisine. Une fois que la voisine avait inscrit ces chiffres dans son ordinateur et vérifié qu’elle avait les mêmes chiffres que la vieille, la rousse repassait encore une fois ses billets dans sa machine pour les sortir par paquets de 100 et mettre un élastique autour de chaque paquet.

6. Une fois tous les billets comptés, il fallait compter les paquets de 100, inscrire tout ça dans l’ordinateur, imprimer et signer plein de trucs, et faire approuver tout ça par le general manager qui mettait les paquets de billets dans un sac spécial qu’elle mettait dans un coffre fort. Le slush money (l’argent qui n’entrait pas dans les paquets de 100) était recompté et inscrit quelque part et envoyé ailleurs. Quand tout ça était terminé, la porte de la pièce était dévérouillée et on pouvait sortir.

7. Ensuite, on attendait quelques heures jusqu’à la prochaine arrivée de nouvelles boîtes et le processus recommençait.

Je n’ai jamais eu autant d’argent dans mes mains en quelques heures, et en même temps j’ai été surprise d’en récolter si peu en six heures: à peine $120,000. La general manager a dit que les tables de jeu ne se faisaient plus beaucoup d’argent parce que les gens ne veulent plus être forcés de réfléchir, ils préfèrent les machines à sous où il suffit d’appuyer sur un bouton. Elle a aussi expliqué que tous les deux jours, un nouveau groupe de bénévoles comme nous, d’une autre association, arrivait et que c’était son boulot de les former.

Pendant la pause, il n’y avait rien à faire et j’étais trop fatiguée pour lire mon bouquin, mais j’ai pu papoter avec le directeur de l’Alliance française et avec d’autres volontaires francophones ou francophiles. Je me suis aussi un peu baladée dans le casino et c’était totallement déprimant. Il y avait un type qui était là quand je suis arrivée à 21:30 et encore devant la même machine, à appuyer méchaniquement sur le bouton, le regard vide, quand je suis partie à 3 heures du matin!

J’étais contente d’aider un peu l’Alliance française d’ATPN, qui en a bien besoin, et j’ai rencontré des gens sympas, mais j’ai trouvé tout ça bien déprimant en fin de compte. On s’est fait de l’argent sur le dos de la misère humaine et d’une cupidité terriblement malsaine. C’était une expérience étrange et fascinante d’une facette de la culture albertaine bien peu réjouissante.

17 comments

  1. la zia

    merci pour les photos en caméra cachée ; ben dis-donc, ça donne effectivement le bourdon ! maintenant, y’a pas mieux qu’une bonne partie de Monopoly pour se remettre d’aplomb !

    Like

  2. Les photos rendent bien l’ambiance déprimante :- ( C’est moche et ça donne pas envie du tout de s’enfermer dans ce truc!
    J’ai joué une seule fois aux machine à sous dans un “établissement” c’était dans je ne sais plus quelle ville côtière que de l’ouest irlandais… Heureusement je n’avais joué qu’avec des pièces jaunes mais en une seule “séance” j’avais déjà touché du doigt le caractère addictif de la chose. Mon jules avait du m’engueuler un peu pour que j’arrête!!!
    Ca ne me donne pas du tout envie de recommencer! Joueuse comme je suis ça serait dangereux pour moi et … vraiment déprimant!
    En tous cas c’est quand même une expérience tout à fait intéressante que tu as faite là! Merci pour les photos😉

    Like

  3. La plus grosse somme que j’aie touchée à ce jour se monte à 10mio de dollars livrés dans deux grosses caisses. J’ai dû vérifier que le montant était correct…et réexpédier le tout quelques heures plus tard.

    Quant aux casinos, je n’aime pas ça. Comme le dit Mahie, c’est hyper addictif. J’ai pu tester la chose à Las Vegas et j’étais contente de m’être fixée une limite…et l’avoir tenue ! J’avais vu une fois un reportage sur les joueurs qui dépensent l’entier de leur salaire dans ces satanées machines à sous. C’est effectivement triste.

    Like

  4. intéressant et oui, déprimant…
    Pour moi, interdiction de jeux auto-infligée… c’est mieux pour tout le monde😉 (personne ne veut me croire, mais je me suis tapé une vraie honte une fois… à ne plus pouvoir m’arrêter et à ne pas voir où se situait le problème d’aller “tauper” les sous des cops…)
    Never ever more!

    Like

  5. j’ai eu du mal à suivre les étapes de ton boulot bénévole….ça devait être un peu rasoir…heureusement que c’était pour la bonne cause!….je n’ai jamais mis les pieds dans un casino, ma seule expérience des machines à sous date de mes séjours linguistiques en Angleterre…..sur les piers….et je me souviens avoir perdu une partie de mon argent de poche…

    Like

  6. linlin

    Pour ma part, je connais bien cet univers , car j’ai grandi et habité dans un casino toute ma jeunesse!! Mais pas avec les machines à sous, cela n’existait pas encore en France , mais avec la boule et la roulette!! Mon père croupier de casino! Paradoxalement, je ne sais pas joué car je n’avais pas le droit de rentrer dans la salle de jeux!! A présent , tout ceci n’existe plus et ce sont les machines a sous qui ont pris le dessus!! Je n’aime pas et mes meilleurs souvenirs restent la salle de jeux avec ( un pair et manque, les jeux sont faits , rien ne va plus) Toute mon époque!

    Like

  7. la zia, je vais essayer d’enseigner le Monopoly aux chatounes, excellente idée😉

    Mahie, oui, c’était vraiment fascinant comme truc, et c’est marrant, j’avais déjà entendu mes chorales parler de “casinos” et ils cherchaient des volontaires, mais je ne savais pas ce que c’était, j’imaginais que c’était comme un petit bazar local, tu vois, où la famille dois dépenser de l’argent pour l’organisation… mais pas du tout, c’est vraiment unique comme affaire, ici!

    Valvita, c’est une catastrophe ici, les gens dépensent tout leur argent et plus, c’est une vraie addiction!

    Le Piou, excellent pour faire une étude anthropologique de l’Alberta😉

    Caroline, hehe, les très rares fois où je suis allée dans des casinos, je ne prenais qu’une certaine somme (genre $30) et rien d’autre, comme ça je ne pouvais pas aller trop loin parce que c’est tellement facile de se dire “encore juste $1!”

    Babeth, ce n’était pas trop rasoir parce que j’étais avec des gens intéressants et je posais mille questions et j’ai appris des tones de trucs🙂

    Olivier, j’ai moi aussi été super choquée d’apprendre le nombre de casinos qu’il y a en ville, rien qu’ici, et ne parlons pas de la province entière!! Je crois que les revenus des casinos sont les deuxièmes plus importants pour la province après les revenus du pétrole!

    linlin c’est très intéressant ce que tu expliques, merci🙂 Je ne savais pas que les casinos existaient en France et je me demande à quoi ils ressemblent. Est-ce que tu es allée visiter des coins comme Las Vegas ou Atlantic City?

    Like

  8. Je suis joueuse mais déteste jouer de l’argent. Je pourrais rester de heures dans un casino sans toucher une machine à sous ou une table de jeux. On a traversé X casinos à Las Vegas, en France, à St Martin… c’est partout la même chose et ressemble à ce que tu décris. La lumière ou plutôt son absence est la même partout, il faut faire perdre la notion du temps au joueur pour le rendre captif. Pour la France je ne sais pas mais à Las Vegas, ça reste le seul lieu où on peut fumer à l’intérieur mais ils ont beaucoup travaillé sur les climatisations et ce ne sont plus les ambiances enfumées que ça a pu être. On traverse les salles avec les enfants puisqu’ils sont situés dans les halls des hôtels, impossible de faire autrement mais les enfants n’ont pas le droit de s’asseoir sur un siège même juste… pour s’assoir. Bref, même clinquant et animé, c’est glauque et les accros ont tous le même regard vide. Ton expérience est intéressante et je ne pensais pas qu’ils puissent prendre des bénévoles pour compter leurs sous. Je t’offre bien volontiers une assiette de potée pour te réconforter.

    Like

  9. catherine

    je n’ai pas tout compris tes aventures (même lues 2 fois..) mais je suppose que c’est pour la sécurité..mais il doit y avoir quand même des revenus cachés..
    j’ai trouvé ce billet très intéressant, le sujet des casinos est si exotique pour moi!
    effectivement en France il y a de nombreux casinos, près de chez moi il y en a plusieurs!
    passe une bonne semaine

    Like

  10. linlin

    Comme à dit “Olivier” , il y à environ 200 casinos en France! Pour ma part , celui ou j’ai habitais était à La Rochelle (charente-maritime)! L’appartement au dessus des néons “casino” à fait place aux bureaux et la salle de jeux ont fait place aux machines à sous! Le cylindre des bouleurs et son rateau sert de décoration sur le mur pour certain des casinos! J’ai visité celui de san rémo en italie !! Malheureusement je ne connais pas “las végas” ou autre aux USA ! Du coup , je vais me renseigner pour voir s’il en existe au Brésil (pays ou je m’y rends 1 fois par an)!

    Like

  11. Les casinos ne m’ont jamais tenté, personnellement. J’ai dû mettre les pieds dans un ou deux, pour voir. Peut-être que ça vaut mieux, et que je virerais addict si j’essayais. Imagine, un casino sort une machine à sous Angry Birds? Tous une génération d’iDrogués va succomber…

    Like

  12. Je suis allé plusieurs fois au casino de Montréal, avec des amis. C’était assez triste aussi, de voir tous ces gens agés, alignés devant ces machines, hypnotisés, se faisant aspirer leur pension pièce par pièce.
    Je me suis amusé avec la roulette (on n’y connaissait rien). J’ai misé 20 dollars, ai gagné 80 dollars. Je me suis arrêté tout de suite et on est allé au restau avec mes gains. Je sais que tout est fait pour qu’on perde le sens des réalités, et je n’aime pas qu’on me prenne pour un pigeon alors je n’y vais jamais.
    A Evian, et encore plus en Suisse en face, c’est une toute autre ambiance, plus friquée. Porsche devant l’entrée, et tout et tout… Définitivement pas mon univers.
    Ca doit être flippant d’être enfermé, pas de sac ni de manteau… c’est un peu carcéral, comme ambiance, les coulisses.

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s