c'est pas moi je l'jure!

interdit aux bébés

En novembre, je suis allée pour la toute première fois à une soirée très spéciale et exclusive et… intrigante: une rencontre du club des babes without babes. C’est une communauté de femmes d’ATPN de plus de 35 ans et n’ayant pas d’enfant.

Le principe me plaisait énormément, puisque toutes les conversations avec d’autres filles, lors des rencontres de “femmes universitaires,” par exemple, incluent en général 5% de discussions sur le boulot, 5% de discussions sur le temps et les prochaines vacances, et 90% sur les bébés. C’est très pénible pour celles qui n’ont pas d’enfant! Non seulement c’est un peu fatiguant d’entendre parler à chaque fois de perçage de dents, de toilet training et de “le mien il adore voyager en avion!” mais en plus, je n’ai rien à dire! Je peux m’extasier et dire “oh, ça doit être difficile/adorable/fatiguant en effet!” à la fin de chaque histoire, mais c’est tout! Ces filles sont tout le temps en compétition avec leurs bébés! C’est “MON bébé a fait ceci à 6 mois!” “LE MIEN à 5 mois!” “Oh c’est mignon mais MON bébé…” …  Bref, je n’ai rien à dire, à part de temps en temps “ma nièce…” ou “mon neveu…” et là tout le monde me regarde avec condescendance et m’écoute patiemment raconter ma minuscule histoire… et puis ça repart de plus belle, “cute, mais MA fille…”

Bref, vive les Babes without babes! Les réunions (environ 30 filles de tous les âges à chaque fois) se passent comme ça: on se rencontre une fois par mois dans un resto (différent) pas cher. Pendant deux heures, on mingle (on papote avec tout le monde) et puis on dîne. Ca coûte $2 par personne (+ la bouffe) et il y a souvent des activités où on peut dépenser un peu d’argent. Cet argent va à une association d’aide aux femmes battues qui fuient leur foyer.

Le truc qui me tue c’est que le mingle est hyper structuré: on ne peut pas s’asseoir parce qu’il faut parler à plein de personnes, on ne peut pas parler longtemps avec la même personne, on ne peut pas parler de choses personnelles parce qu’il faut que chaque personne se sente la bienvenue dans chaque conversation, etc. L’organisatrice a une main de fer!

La première fois que j’y suis allée, j’étais fatiguée d’être debout au bout de 15 minutes et l’organisatrice m’a dit “tiens, prends une chaise” (ce qui n’est vraiment pas pratique pour parler avec des gens qui sont tous debout) et quand une autre fille du groupe a dit “oh, moi aussi, j’ai bossé debout toute la journée, je suis crevée!” l’organisatrice a répondu “NON!”

Bref.

Mon premier dîner par contre a été hyper sympa donc j’ai décidé de n’aller qu’aux dîners, pas aux mingles. C’est ce que j’ai fait pour février et c’était vraiment chouette. Avec les six ou sept filles de ma table (vieilles, jeunes, riches, pauvres, marrantes, sérieuses, mariées, single, au chômage, qui bossent, etc.) on a bien papoté et beaucoup rigolé toute la soirée! La bouffe était absolument ignoble, par contre, sauf pour la fille en face de moi qui a adoré ses dinosaur ribs!

ribs

 

PS. Pour les commentaires:italics

48 comments

  1. hihihi, n’ayant pas d’enfants aussi et dépassant aussi (légèrement) les 35 ans, je te comprends que trop bien. J’ai très souvent vécu ce type de dialogues et, tout comme toi ne les trouve pas passionnants.
    Je trouve ce concept très sympa.

    Like

  2. catherine

    je ne fais pas partie des “babes without babes”, mais je comprends que tu te sentes hors du jeu..cela m’arrive maintenant que mes babies sont adultes, et mon souci aujourd’hui c’est qu’ils trouvent un travail intéressant et stable (plus de couches culottes..)
    Mes amies (plus jeunes) papotent au sujet du collège ou du lycée..parfois je me sens comme un dinosaure, ha ha!
    sympa donc de se retrouver avec des connaissances qui parlent la même “langue” que toi!
    bises du dimanche..

    Like

    • On fait tous partis de plusieurs “groupes” à chaque étapes de notre vie (parents de jeunes enfants, profs, étudiants universitaires, grands parents, etc.) et je pense qu’on se sent toujours plus à l’aise quand on est avec des gens qui nous ressemblent au moins un peu. Je pensais que “femmes universitaires” serait un groupe où je serais à l’aise mais la plupart de ces femmes ont des enfants et donc sont plus souvent en congés maternités que moi😉

      Like

  3. Anonymous

    C’est formidable cette idée de rencontre entre femmes sans enfants et eventuellement sans mari. J’ai souvent remarqué que dans nos société “modernes” et “ouvertes”, une femme dans cette situation est considérée comme “non complète” ou potentiellement non équilibrée : “Ah, tu vis seule! C’est pas trop dur?”, “Tu verras, tu finira par trouver!” ( et si je cherche pas?, et si j’ai pas envi de me marrier? Et si j’aime pas les enfants?).
    Bref c’est pas facile de ne pas rentrer dans le moule!
    A bientôt
    Mr Lu

    Like

    • C’est bien vrai hélas. Mais comme le disait ma frangine, une fois que tu as un enfant on te casse les pieds pour savoir quand tu auras le suivant, etc. Visiblement, on doit tous (et toutes!) atteindre le moule parfait (qui est quoi exactement? une maison un mari/une femme 4 enfants 1 chien et 1 chat?). Ras-le-bol des moules (vive les frites!)😀

      Like

  4. J’ai eu le malheur de dire une fois à ma sœur que je m’ennuyais dans ses soirées où elle invite toutes ses copines qui sont maman. “Tu ne sais pas t’intégrer. Fais un effort”. Voilà son niveau de compréhension (elle a trois enfants que j’adore). Je faisais un effort en allant à ce genre de soirées. Maintenant j’évite et me moque de ce qu’elle en pense.

    Like

    • Je vois pas comment on peut “s’intégrer” à ce genre de discussion. Je dis “oh, ah, intéressant, dingue, mignon, cute!” et tout, pour être polie, mais je n’ai moi-même rien à dire, c’est nul, c’est tout. Enfin, j’imagine que s’il y avait une réunion avec 10 femmes sans enfant et UNE qui en avait, nous on parlerait toutes de nos boulot et nos sorties tous les soirs (haha!) et elle n’aurait pas grand’chose à dire non plus…

      Like

  5. wow mais elle a craqué, l’organisatrice là oO… je crois que je lui aurais dit Jawohl mein fuhrer, une seule fois, et je ne serais jamais retournée au Mingle. C’est pas du speed dating (et même le speed dating est plus cool c’est dire😀 )… Obliger les gens à rester debout deux heures c’est vraiment pas génial en plus, parce que toi tu as des soucis visibles, mais quid de celles qui en ont qui se voient moins ou pas et dont elles ne veulent pas forcément parler ? Dans le tas il y en avait sûrement avec des gros problèmes circulatoires, des problèmes de hernies discales, des problèmes de pieds, et tout ce qui fait que rester debout deux heures à se faire engueuler sporadiquement est une torture.
    Elle a encore des gens dans ses Reichsmingle, l’autre, du coup ?

    Like

    • Bah, c’est elle qui a créé le groupe donc elle fait ce qu’elle veut, et celles qui n’aiment pas ça ne reviennent pas, c’est tout. Ca fait 9 ans que ça existe, son truc, donc visiblement ça marche. Mais effectivement, ce n’est pas très… conviviable, son affaire, même si c’est justement ce qu’elle veut. En novembre, quand je suis arrivée, il y avait une femme en chaise roulante qui parlait avec une autre femme assise… mais dans une autre pièce. Je n’ai pas osé demander si c’était parce qu’elles voulaient parler de quelque chose de privé ou parce qu’elles étaient mises… à part… Mais je pense que si je continue à n’aller qu’aux dîner, l’organisatrice va me demander pourquoi et je lui dirai la vérité.

      Like

      • oui voilà c’est pour ça que je ne lui dirais pas de changer de méthode car c’est SON groupe, mais me faire engueuler/parquer debout comme ça avec des règles aussi strictes, j’aurais pas supporté et je ne serais jamais revenue. je trouve en effet que ça n’est pas cordial du tout et ça doit être une torture pour les gens en mauvaise santé dont je parlais… mais aussi les gens fatigués. se détendre en discutant n’est pas obéïr à sa conception des relations sociales en restant debout contraint et forcé:/. genre “détends toi et amuse toi maintenant c’est un ordre. SCHNELLLLL Ö ”😯 . très peu pour moi😆

        ça me rappelle les subtilités que ma mère essayait de m’apprendre, sur la façon d’être une bonne hôtesse. Qu’on devait faire attention que personne ne soit à l’écart, que des clans ne se forment pas, que tout le monde s’amuse, et que les gens circulent pour avoir la meilleure ambiance possible. C’est du bon sens, et j’imagine qu’on lui a enseigné ça aussi. MAIS A QUEL ENDROIT elle a pu aller lire ou apprendre qu’il faut faire ça en poussant les gens à la baillonnette et en posant des interdits, ça reste un mystère😆 . Elle semble vraiment croire que si elle force les gens à se plier à ces règles en les engueulant sa soirée sera réussie, mais comme tu dis c’est le contraire même de ce que fait un bon hôte, dont (ma mère insistait sur ce point) on ne doit pas remarquer les manœuvres. Si ça se trouve ma mère et cette fille ont lu le même bouquin de savoir vivre, mais cette fille pressée de le mettre en pratique n’a pas regardé le second chapitre sur la discrétion de la “direction d’invités”😆

        Like

  6. Ce genre de concept me plaît bien et dans nos campagnes, cela manque cruellement. Déjà, qu’il n’y a bientôt plus de bistrots ni de commerces, la vie sociale dans les banlieues est pratiquement inexistante !

    Like

  7. N

    Et bien je dois avouer qu’en ayant trois enfants de moins de trois ans, j’en ai marre moi aussi des compétitions entre mamans. C’est bien des fois d’échanger quelques expériences ou des conseils avec des copines, mais quand je sors de la maison S’IL VOUS PLAIT parlez-moi d’autres choses!!!

    Like

  8. E.

    Je suis assez d’accord avec Krysalia, ça donne pas envie…
    Je n’ai jamais trop aimé les discussions de mères même si j’y ai participé plus d’une fois (c’était bon pour mes progrès en allemand et espagnol ;D ) et je comprends bien que ça exaspère les “sans-enfants”. D’un autre coté il y a des personnes à qui je n’avais vraiment rien d’autre à raconter…

    Like

    • Je ne dis pas que c’est pas bien de parler de ses enfants avec d’autres parents, hein, et je comprends que les enfants soient la principale préoccupation des mères pendant quelques années. Je trouve simplement dommage que dans un groupe de “femmes universitaires” par exemple, les 8 mères qui en font partie ne se rendent pas compte que ce n’est pas un groupe de “mères universitaires” et n’essayent pas d’inclure les 3 filles qui n’ont pas de gamins dans leurs conversations. Créez un groupe de “mères universitaires” et fichez-nous la paix, quoi😉

      Like

  9. Jenny

    Ben moi j’ai un fils (ok, c’est plus un bébé) mais je n’en parle pas à tout bout de champ. Peut-être parce qu’il n’est avec moi que 50% du temps ? Parfois, j’ai l’impression de mener une double vie : quand il n’est pas avec moi, je n’ai pas d’enfant !
    J’aime bien le concept en tout cas ! Sauf, qu’effectivement, avec mes problèmes circulatoires, il est hors de question de rester debout deux heures d’affilée.
    A qui vont les 2$ et à quoi servent-ils ?

    Like

    • Les $2 sont pour les réservations des salles de rencontre et/ou de restaurant (parce qu’on est un groupe assez large à chaque fois) et pour les boissons qui sont achetées pour nous pour ces soirées, ce genre de chose🙂

      Like

  10. linlin

    Super concept ! Effectivement c’est difficile chez nous de passer au travers des couches et des biberons , meme si nous ne sommes que les grand’parents de 8 petits enfants et un 9ième pour octobre! Par contre , j’évite les compétitions , sinon l’on y passe la soirée vu le nombre , j’aime bien parler de beaucoup d’autres choses et notamment avec les femmes seules justement !!

    Like

  11. Je ne connaissais pas ce concept…c’est vrai qu’à une époque j’ai passé pas mal de temps à parler de mes enfants…j’ai du en gonfler des gens!….quoique….je me rends compte que mes amies de l’époque avaient les mêmes préoccupations….et au boulot j’en parlais assez peu…..mais j’ai peut être la mémoire qui flanche..
    En tous cas, ta compagne de table avait un sérieux appétit et un bel enthousiasme!..

    Like

  12. Malgré que j’ai eu des enfants (5) et que j’ai 1 petite fille, je déteste ces converstaions autour des enfants. Même quand ils étaient petits, je parlais rarement d’eux au travail ou en société. Occasionnellement oui, qqun peut demander un très bref conseil genre un truc pour les rages de dents ou les irritations du popotin… mais bon sang que ça me tape que d’entendre — comme tu dis — mon fils a fait ceci et ma petite fille… quel génie… elle a fait cela à 6 mois… et ma fille madame Chose, un ange tombée du ciel… (boum)

    Ça me pompe l’air très vite.

    De même que ces annonces stupides à la télé. Tu as vu celle sur les couches “pullup” où il y a la super grosse parade, la fête, les ballons, les clowns, les chars allégoriques pour le premier “toilet flush” de l’enfant? C’est d’un ridicule absurde!

    Un autre point qui me tape aussi c’est les conversation sur les amoureux, les petits rires perlés tout en racontant les dernières escapades ou les nuits chaudes, celles qui s’esclaffent devant les photos osées du gars prises avec leur iPhone, la description détaillée des trucs qui feraient rougir un adepte des Kamasutras… ça aussi ça m’énerve au max.

    Quand à ce groupe… oui, cela doit être plaisant de rencontrer des gens qui n’ont pas ce genre de conversation mais… je n’aime pas que l’on m’impose qq chose alors… je ne sais pas si j’aimerais être — en qq sorte — forcée à ces rencontres sociales sans but réel. Quand je parle avec qqun c’est que je suis attirée par cette personne pour une raison quelconque, que ce soit son travail, un goût commun, etc… mais sûrement pas jaser juste par attrait social imposé, ni avoir l’impression d’être une abeille qui butine sans raison. Mais… cela peut plaire à certaines personnes, je présume.

    Faut dire aussi qu’avec mon travail où je dois souvent interviewer des personnes avec qui — bien souvent — je suis loin d’avoir des affinités, bien, je me tiens loin de ces situations quand je suis en sorties de plaisance🙂

    Tu as aimé tes “ribs”?

    Question… est-ce que tu écris ton texte sur Word et copie/coller sur le blog? Car j’essaie aussi de faire des mots en italique et ça ne fonctionne pas. Si je fais pomme-i, il m’affiche une page d’information.

    Like

    • Ce groupe ne force personne à rester hein. SI tu as envie de rencontrer d’autres personnes (parce que par exemple tu es en congé sabbatique et tout ce que tu fais c’est lire-écrire-regarder des séries à la noix sur internet-parler à tes chats et que donc tu aimerais bien parler avec d’autres personnes au moins une fois par mois, alors ce groupe est parfait pour toi🙂 Si tu rencontres plein de gens tout le temps et que tu es crevée et que tu veux rester chez toi à te reposer le soir, alors tu ne vas pas à ce genre de soirée. Et tu peux aussi te faire des amies dans ce genre de groupe et les rencontrer ensuite seules, dans un cadre différent, et parler (assise!) de ce que tu veux quand tu veux.

      Non, je n’écris pas mes posts sur Word, je les écrits directement sur mon blog. Je ne peux pas écrire de trucs en italic dans les commentaires sauf si je modifie un vieux commentaire, et là l’éditeur s’affiche et je peux faire plein de trucs…

      Hah, je viens d’écrire italic en italic! En utilisant le code HTML. Essaye. Le code HTML pour italic c’est juste le i entre les petites parenthèse triangulaires.

      Like

  13. Mido

    hihi quelle bonne idée que ces réunions !
    moi j’ai élevé 4 enfants, mais j’ai TOUJOURS absolument détesté ces challenges entre mères parfaites, et je n’ai jamais supporté qu’elles me saôulent avec les progrès de leurs petites merveilles !
    et ça continue… ça me hérisse le poil ! comment ça se fait que dès qu’elles ont “pondu”, elles s’imaginent avoir fait une merveille extraordinaire, et ne s’intéressent plus à rien ?
    Une de mes filles a plus de 35 ans et a décidé de ne pas avoir d’enfant, et tout le monde la regarde de travers…bravo la liberté !
    Est-ce que vous allez toujours dans le même resto ? vous pourriez choisir l’endroit chacune à votre tour non ?

    Like

    • On va toujours dans un resto différent dans un coin différent de la ville pour que ça ne soit pas toujours loin (ou près) de chez les mêmes filles. L’organisatrice bosse dur pour trouver ces restos pas trop chers, qui acceptent des grands groupes, qui ont un coin où on peut papoter (sans s’asseoir!), où il y a un parking gratuit, et dans un coin pas trop glauque pour être en sécurité quand on en sort la nuit. Je n’aimerais pas avoir à faire ce boulot😉 Et toutes les filles ne vont pas à toutes ces réunions à chaque fois. Par exemple je n’y suis pas allée en décembre et janvier et je n’irai pas à la réunion de mars parce que je serai à Dallas.

      Like

  14. White

    Je n’ajouterai rien à la discussion ‘Babes without babes’. Tout simplement, je constate dans la photo ce type mal-élevé qui est a table, toujours avec son ‘baseball cap’. Je m’enrage! Qu’en pensez-vous?

    Like

    • Huhuh, je suis tellement habituée à voir ça que je ne le remarque même plus! C’était pas un resto de première classe non plus, hein, c’était dans un hôtel de seconde classe très excentré… Pas le genre d’endroit où on voit des mecs en costard-cravate😉

      Like

      • White

        Pour moi, la “classe” n’y est pour rien. Dans n’importe quel immeuble, on devrait enlever ça, avec seules exceptions: “safety helmet” recquis, causes de santé/hygiène. Pourquoi les portent-ils? C’est au moins vraiment enfantin. Je trouve ça déquelasse… Je vais arrêter là😦

        Like

  15. Je suis un peu à la bourre pour le sujet d’hier, j’y vais juste de mon petit commentaire alors🙂
    Je suis complètement d’accord avec ce que tu soulevais sur les discussions à sens unique et totalement vides, lorsque les mères parlent de leurs petits. Puisque le but n’est pas d’écouter l’autre mais bien de placer que le sien, c’est pas loin d’être Einstein, avec une touche de Jamie Oliver, Picasso et Mozart !
    Lorsque je parle de mes gnomes, j’essaie de la faire avec humour, voire un peu de self-moquerie. Mais j’ai en sainte horreur ces compétitions de mères ! Surtout qu’il n’y a rien de plus aveugle qu’une mère … Et pendant qu’elle te vante toutes les qualités de son gnome, toi qui le vois avec d’autres yeux, tu te dis : “C’est pas possible qu’elle ne se rende pas compte que sa fille est une garce capricieuse moyenne ?! Naaaan, me dis pas qu’elle voit pas à quelle point son fils est un benêt !!”😀
    Du coup, dans la VRAIE vie (et pas le blog derrière lequel je me cache😉, j’en parle peu.

    Like

  16. On a un peu le même problème quand on est cinquantenaire et qu’on cotoie des femmes avec la trentaine! Qu’on ait eu des enfants ou pas, ils sont partis et on s’ennuie dans les groupes où tout tourne autour des enfants.

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s