c'est pas moi je l'jure!

le vent nous portera

Mercredi matin, j’ai quitté la canicule (sèche) d’ATPN pour aller profiter de la canicule (horriblement humide) d’Ottawa pendant quelques jours. Avec une de mes étudiante, Sara, nous avons passé une première nuit dans un hôtel un peu nul (sans bar!) mais gratuit parce que Westjet nous avait obligées à arriver un jour trop tôt à Ottawa, et puis deux nuits dans un hôtel beaucoup plus sympa (et avec bar!) à Gatineau, au nord de la rivière Ottawa, au Québec. Notre conférence avait lieu à l’Université d’Ottawa (à Ottawa, en Ontario, au sud de la rivière).

ottawagatineau

Comme j’étais la vice-présidente de mon association professionnelle, ça faisait six mois que je la préparais, cette conférence, avec la présidente de l’association. Au départ, tout allait bien, mais la présidente ne me tenait pas au courant des décisions qu’elle prenait concernant l’organisation de la conférence, ce que j’ai trouvé dommage étant donné que maintenant, c’est MOI la présidente et l’année prochaine, c’est moi qui serai entièrement responsable de la conférence (qui aura lieu à Calgary). En plus, j’ai dû travailler avec quelqu’un de l’Université d’Ottawa qui a à moitié démoli mon travail, ce qui m’a rendue folle de rage (et la pauvre Sara a dû faire tout son possible pendant trois jours pour que je ne tue pas cette pétasse…)

ottawa2

En plus de mes cours de Event Management, j’ai parlé avec une de mes profs ($120 de l’heure!) pour lui demander comment je pouvais rendre cette association plus professionnelle et nos conférences mieux organisées. Elle m’a donné beaucoup de bonnes idées et j’avais une dizaine de pages de notes et un plan bien détaillé avec des choses à dire et à faire lors de notre réunion de pré-conference. Mais une fois là-bas, tout le monde était tellement désorganisé que j’ai à peine osé placer trois mots. Les gens me regardaient avec des grands yeux effarés dès que j’essayais de dire “il faudrait qu’on fasse…” ou “est-ce que ça serait possible de…” ou “on a vraiment besoin de…” Ca m’a beaucoup découragée, mais je suis têtue, et j’arriverai à mes fins un jour!

ottawa1

La conférence elle-même s’est relativement bien passée. Il y a bien eu quelques petits problèmes (bouffe nulle, horaires merdiques, problèmes avec la technologie…) mais en gros, je crois que les participants étaient assez contents. J’ai même reçu plusieurs emails de remerciement (pas un mot de remerciement de la part de la présidente, par contre!) J’ai aussi trouvé notre présidente très désorganisée et je me suis promis de faire mieux qu’elle l’année prochaine! Sara et moi avons même déjà décidé qu’au lieu d’une “réception” snob et chère à la fin de la conférence, on organiserait un dîner dans un resto où on pourra avoir des cours de country line dance, de danse de cowboys!

ottawa3

Mercredi soir, j’ai pu dîner avec un très cher ami à moi (ex-collègue à Toronto) que je n’avais pas revu depuis cinq ans, et puis on a aussi brunché ensemble samedi, c’était très, très chouette. Il me dit que je pourrais facilement trouver du boulot à l’Université d’Ottawa qui est bilingue et cherche toujours désespéremment des profs francophones maîtrisant bien l’anglais. Les restaurants dans lesquels je suis allée au Québec étaient tous vraiment délicieux. Sara et moi avons même trouvé une boulangerie ouverte à 7 heures du matin en allant à la conférence! J’ai été très surprise de remarquer que le côté Ontario (très “américain”) était vraiment très différent du côté Québec (beaucoup plus “européen”) alors que, comme à ATPN, seule une rivière divise “la ville.” Alors bon, peut-être que j’enverrai un dossier de candidature si un jour je vois une annonce pour un job là-bas…

10 comments

  1. alcib

    Sous ta présidence, je suis absolument convaincu que la prochaine conférence, dans son organisation, deviendra le modèle à suivre pour des années à venir…

    « J’ai été très surprise de remarquer que le côté Ontario (très “américain”) était vraiment très différent du côté Québec (beaucoup plus “européen”) alors que, comme à ATPN, seule une rivière divise “la ville.” »
    En fait, la rivière des Outaouais ne divise pas une ville ; elle divise deux mondes : le Québec et le Canada. Ottawa et Gatineau sont deux villes bien distinctes, la première en Ontario, Canada, l’autre au Québec.
    Personnellement, je me demande toujours comment quelqu’un peut habiter à l’ouest de la rivière des Outaouais, mais il faut de tout pour faire un monde, n’est-ce pas ?🙂
    Même si tu enseignais à l’Université d’Ottawa, en Ontario (je ne crois pas que tu serais heureuse à l’Université du Québec en Outaouais), tu pourrais habiter Gatineau ou les environs, au Québec. Et puisqu’il n’y a pas de « contrôle » à la frontière, tu n’aurais qu’à traverser le pont pour te rendre au travail et en revenir…

    Like

  2. Il y a quand même eu de bons côtés à cette conférence on dirait….
    En tant que présidente, tu vas certainement réussir à organiser quelque chose de bien….mais j’ai comme une impression que tout ça va encore te coûter pas mal d’énergie!
    Je suis vraiment nulle en géographie, j’ignorais que cette ville était à cheval sur la frontière….

    Like

  3. heureusement tu trouves toujours partout où tu vas des choses positives, comme les resto, les boulangeries, ou autres..tu vois plutôt la bouteille à moitié pleine..et tu es certainement une très bonne amie, car tu en as partout! l’année prochaine, je suis sûre que tu feras des miracles! bonne chance!
    et bises de Bretagne pour toi et câlins à Calinette la noireaude

    Like

  4. La zia

    le jour où j’ai voulu faire changer les choses lors de nos gros congrès (2 500 personnes) j’ai fait remplir aux participants une petite feuille d’évaluation, rapide, format A5, posée sur leur siège quelques heures avant la fin et ramassée par des personnes, des vraies, et non à mettre dans une boîte à suggestions. Plus de 60 % des participants ont complété cette feuille et l’analyse de contenu a fait remonter TOUTES les suggestion que je m’efforçais de faire entendre… vox populi… vive l’évaluation !

    Like

  5. Mel

    Moi aussi je suis sûre que tu feras du super boulot l’année prochaine, c’est vrai aussi que cela risque de te prendre pas mal d’énergie… Et cool, tous les éléments positifs de ce séjour et ton étudiante qui semble fort sympathique.🙂

    Like

  6. Je te verrais très bien comme prof à l’Uni d’Ottawa! Tu aurais le meilleur des deux mondes, avec chaque soir une échappée en milieu francophone, sans compter le nombres d’heures en moins sur tes prochains vols 😀

    Like

  7. “Mais une fois là-bas, tout le monde était tellement désorganisé que j’ai à peine osé placer trois mots.” Comme je te comprends. Dans ma boîte, j’ai vite compris que parfois, pour pouvoir placer trois mots, faut hausser le ton. Je me suis déjà retrouvé à semi-engueuler un manager pendant une réunion où notre VP était en ligne… Tranquille. “In retrospect”, peut-être pas l’idée la plus lumineuse de ma carrière, mais sur le moment, qu’est-ce que ça a fait du bien…

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s