c'est pas moi je l'jure!

biographie d’un inconnu

Imaginez que je viens de déménager en Nouvelle Zélande et je me fais des nouveaux amis: Ada, Bjorn, Catalina, Daiki, Enzo, Felix, Gunnar, Harini, Isak, Juho, Krzysztof, Lea, et Maxime.

Un jour, j’ai envie d’aller voir un film, Les quatre filles du docteur March. Je demande donc à tous mes amis s’ils me le recommandent ou pas. Leurs réponses sont dans la première colonne ci-dessous, avec Y s’ils me le recommandent, et N s’ils ne me le recommandent pas. Enzo, par exemple, dit non.

Je vais voir ce premier film et je l’aime beaucoup. Quand j’ai envie d’aller voir un deuxième film, The Farewell, je vais donner plus d’importance, 10 points (sur 100), à l’opinion des personnes qui m’avaient recommandé Les quatre filles, puisque visiblement on aime les mêmes choses. Donc Ada et Bjorn reçoivent 10 points, mais Catalina et Enzo perdent 10 points. Et j’aime beaucoup The Farewell. 

Quand je veux aller voir un troisième film, Les ogres, je donne encore 10 points de plus aux amis qui m’ont recommandé The Farewell, et je soustrais 10 points à ceux qui ne l’avaient pas recommandé. L’opinion d’Ada compte maintenant pour beaucoup, mais celle d’Isak beaucoup moins! Et je n’aime pas ce film.

Pour le quatrième film, Parasite, je continue à donner des points aux amis qui m’ont fait de bonnes recommandations (Krzysztof m’avait bien dit de ne pas aller voir Les ogres!), et à en retirer à ceux qui avaient conseillé Les ogres (par exemple Felix). Quand je veux aller voir un cinquième film, je fais entièrement confiance à Daiki, qui m’a toujours fait d’excellentes recommandations, mais plus du tout confiance à Maxime qui m’a toujours mal conseillée! Je vais continuer comme ça à affiner ma confiance dans les goûts cinématographiques de mes amis.

Comme ces décisions ne sont pas super importantes, je donne ou retire seulement 10 points à chaque fois, mais si c’était pour des décisions cruciales, du genre “est-ce que je peux faire confiance à mon banquier?” je donnerais ou retirerais beaucoup plus de points, donc je pourrais rapidement faire septante-trois mille fois plus confiance à une personne qu’à une autre.

Maintenant, imaginez que je débarque de Mars, et je dois apprendre à reconnaître les chats. Pour cela, vous me donnez des mégatones de photos et vous m’indiquez à chaque fois si la photo est d’un chat (Y) ou d’un autre animal (N). Je vais faire la même chose qu’avec les films: avec chaque fois example, je vais distribuer “des points” aux détails qui, JE CROIS, vont le plus ou le moins me permettre de reconnaître des chats dans le futur: les contours, les couleurs, la position, les yeux, etc. Je vais donc, toute seule maintenant, et avec chaque nouvel exemple, optimiser mes capacités à reconnaître les chats.

Ce que je vous ai décrit là est en très, très, très TRES simplifié ce qu’on appelle l’Intelligence Artificielle, ou machine learning. C’est un système où au départ, l’humain doit enseigner à la machine ce qui est ou n’est pas (Y/N) un “truc,” un chat par exemple, ou un visage humain, une tumeur mammaire, un criminel. Ensuite, LA MACHINE continue à apprendre TOUTE SEULE en continuant d’analyser des milliards de détails (nez, salaire, couleurs, historique de dépenses, lieu de naissance, etc.)! Ce qui est fascinant, c’est que c’est la machine elle-même qui va décider des détails qui lui sont utiles ou non, et leur attribuer elle-même un système de “points” qu’elle choisit elle-même. L’humain ne sait absolument pas ce que sont ces données! Plus la machine reçoit d’exemples et de confirmations, et plus elle devient précise.

En ce moment, je lis un bouquin absolument fascinant, probablement LE bouquin le plus fascinant de ma vie: Artificial Intelligence, par Mélanie Mitchell. Elle raconte l’histoire de l’Intelligence Artificielle, d’abord, puis explique où en sont les choses dans les domaines comme la parole/conversation, le raisonnement, l’apprentissage, la sécurité, les préjugés, la transparence, les inquiétudes, les imites, l’impartialité, l’éthique, les différences entre les capacités humaines et celles de ces super-machines…

C’est un bouquin parfois assez difficile à comprendre (quand elle explique les deep convolutional neural networks, par exemple) mais aussi souvent plus facile et absolument passionnant. VRAIMENT incroyablement passionnant! Je dirais même que c’est un bouquin que toute personne de moins de 60 ans doit ABSOLUMENT lire, parce que c’est un sujet qu’il est URGENT et IMPERATIF de comprendre de nos jours! L’auteur explique les choses de façon simple et captivante, et les aspects positifs et négatifs de l’Intelligence Artificielle sont étudiés sous tous les angles. C’est FA-SCI-NANT!

23 comments

  1. Olivier Bailleux

    L’IA est mon domaine de recherche. Mais il y a plusieurs sortes d’IA, et le termes qui les désignent ne sont pas tous standardisés. L’IA de ton premier exemple est ce que j’appellerais une IA statistique. L’IA qui permet de reconnaitre un chat à partir de donnée brutes d’une image est une IA connexionniste. L’IA qui t’empêche d’acheter un ordinateur Apple parce qu’elle a une suspicion de fraude (alors que tu voulais vraiment acheter un ordinateur Apple et que ton banquier n’a pas fini d’en entendre parler) est une IA Bayésienne. Je travaille sur l’IA symbolique. Une IA qui applique des règles d’inférences pour faire des déductions et qui est capable d’expliquer ses décisions. Mais ce qui m’inquiète vraiment, dans le monde d’aujourd’hui, ce ne sont pas les machines qui travaillent comme des humains, ce sont les humains qui travaillent comme des machines. Eux me font vraiment peur.

    Liked by 1 person

  2. Pingback: Le machine learning pour les nuls – MatooBlog

  3. Ah ben ça va, c’est pas pour moi, j’ai presque soixante trois ans 😅 (mais merci pour ce billet qui me fait un peu entrer dans un sujet que je ne connaissais pas, bien qu’en ayant entendu parlé…) et… tu as aimé Parasites ?

    Like

  4. Lucette

    Ouf j’ai passé l’âge (fatidique) pour être exemptée de le lire……je n’aurais sûrement rien compris.
    Il y a des sujets comme celui-là qui me passent totalement au dessus de la tête.
    Mais beaucoup d’autres m’intéressent…….

    Like

    • Je croyais aussi que je ne comprendrais rien mais finalement, c’est tellement intéressant que je finis par comprendre 🙂 Tout ce qui nous entoure est relié à l’intelligence artificielle, maintenant, et tout n’est pas rose, donc c’est pour ça que je trouve important de s’y intéresser.

      Like

  5. bon pour moi aussi, passé l’âge, mais tu devrais un peu augmenter cet âge limite, car je connais nombre d’amis (de mon âge) qui s’y intéresse et même plus que certains jeunes ignorants!! d’ailleurs même si je ne comprends pas tout, j’ai enregistré tes explications 😉
    mon fils ainé lui s’y connait particulièrement bien, c’est aussi un peu son domaine, mais il a 30 ans, LOL!
    en tout cas c’est passionnant
    bises du matin, br..chez toi

    Like

    • Merci 🙂 Ce n’est effectivement pas de la lecture “facile” mais ça en vaut réellement la peine! Et comme tu as des enfants, je te le conseille tout particulièrement (ou en tous les cas d’autres livres sur le sujet) parce que l’intelligence artificielle va avoir des effets sur tous les aspects de la vie de tes enfants!

      Like

    • C’est simplement parce que l’intelligence artificielle a de plus en plus d’impact sur la vie des “plus jeunes” alors que les personnes un peu moins jeunes sont un peu moins concernées, disons. Mais on peut lire ce bouquin à tout âge 🙂

      Like

  6. Je retiens qu’il fait parfois -27° là où tu habites que toute personne raisonnable devrait fuir cette ville au plus vite! Aujourd’hui je suis sorti en t-shirt (manches longues) et j’ai pas eu froid une seconde car il y avait aussi du soleil et 15°. +15° je précise 😉
    Je vais avoir 55 ans dans quelque jour et l’IA me passionne. C’est un sujet que les prof-docs affectionne en général.
    Gros bisous

    Like

    • Cool, je suis contente que ça t’intéresse aussi 🙂 Je suis fascinée par tout ça et j’avoue que j’ai très envie de retourner prendre des cours pour faire un diplôme dans ce domaine!! (mais je n’aime pas du tout les statistiques…)

      Like

    • Ben disons que comme je n’y connais rien, j’apprends directement tous les termes en anglais, et maintenant c’est hyper difficile pour moi de parler de tout ça en français, puisque je ne connais aucun des termes français 🙂

      Like

  7. Pingback: the story of your life | c'est pas moi je l'jure!

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: