c'est pas moi je l'jure!

parce qu’on est con

Jeudi dernier, j’étais invitée par la ville d’ATPN à une soirée de reflection et de discussion à propos des problèmes de parking que la ville a rencontrés depuis leur énorme snafu (Situation Normal: All Fucked Up) de l’été dernier concernant le parking des voitures de personnes handicapées. Un “Accessible Parking Project Design Workshop.”

Quand je suis partie, à 17 heures, il commençait tout juste à pleuvoir. A 17h06, j’étais en plein centre ville et pratiquement toutes les voitures autour de moi s’étaient arrêtées à cause des trombes de flotte. On ne voyait pas à 1 mètre devant soi et les rues étaient entièrement inondées. J’ai continué, en plein aquaplaning. L’orage et la pluie et la grêle ont continué tellement violemment qu’il m’a fallu 20 minutes pour faire 2 kilomètres… et, ironiquement, il n’y avait pas de parking (handicapé ou non) devant l’immeuble où se trouvait la réunion donc j’ai dû me garer loin et suis arrivée trempée jusqu’à l’os!

Cette soirée avait lieu dans un Skills Society Action Lab, un endroit qui organise des soirées de discussion et réflection dans le respect et la bonne humeur à propos de tout et n’importe quoi.

On a commencé par un buffet, truc qu’une personne avec des béquilles ne peut évidemment pas gérer seule… bravo encore une fois pour l’ironie… et on s’est tous assis autour de cinq tables. On devait être une trentaine de personnes.

Après le dîner, les joyeux organisateurs ont fait une petite présentation sur le problème: comment utiliser le petit robot liseur de plaques d’immatriculation que la ville a créé pour vérifier les payements de parking, tout en respectant le fait que les personnes handicapées ont droit à deux heures de parking gratuit, alors que le petit robot ne peut pas lire les macarons handicapés qui se trouvent sur les par-brises. (Troisième ironie de la soirée: il n’y avait aucun interprète ni aide pour des personnes aveugles ou sourdes, et les toilettes accessibles se trouvaient un étage plus bas, avec un code pour les utiliser, et l’ascenseur de l’immeuble était bloqué après 15h30 donc il fallait une clé mais certaines personnes en chaise roulante ne pouvaient pas atteindre la serrure dans l’ascenseur…)

Le problème de la ville se corse quand on sait que certaines personnes handicapées ne peuvent pas se servir d’un téléphone ou d’une application de payement de parking, d’autres ne peuvent pas se servir des machines (trop hautes) qu’on trouve tous les cent mètres pour payer le parking, certaines n’ont pas de cartes de crédit, plusieurs se font conduire par plus d’une personne et donc changent leur macaron de voitures, d’autres partagent leur voiture avec des personnes non handicapées, certaines personnes se font conduire et d’autre conduisent elles-mêmes, les hivers rendent la vie impossible pour tout le monde, la ville ne fournit ni des plaques ni des macarons (c’est provincial), etc.

Bref, après la présentation, chaque table a reçu quelques “options” avec lesquelles on devait “jouer” pour imaginer des solutions, penser aux points négatifs et positifs et les problèmes potentiels, etc. Notre table a reçu “enregistrer sa voiture par internet, payer moins que les personnes “normales” ou pas du tout, payer tous les mois.”

Je peux vous dire que je me suis lâchée! Les cinq autres personnes à ma table étaient toutes aussi ulcérées que moi par les actions de la ville et la façon dont on est traités en général! Je prenais des notes et on a rempli des pages et des pages d’idées pour le parking mais aussi la vie des personnes handicapées dans cette ville, en général, et la vision qu’en a le public. Finalement, on a proposé que les gens puissent enregistrer leur numéro de plaque + numéro de macaron au bureau du parking de la ville (une fois pour toute, par internet ou téléphone ou en personne), et ensuite, le robot prend nos plaques en photo quand on est garés en ville, et la ville nous envoie une facture mensuelle avec les dates/heures des photos et nous offre un rabais de 50% sur le coût total qu’on “aurait dû” payer. (Par exemple le parking coûte $12 de l’heure, je vais 5 fois en ville ce mois-ci, je me fais prendre en photo 4 fois, ma facture sera donc de $48, mais je ne dois payer que $24.)

On a aussi rajouté que la ville DOIT faire un effort pour éduquer sa population (juges et police inclus) pour que les gens comprennent mieux les difficultés auxquelles nous faisons face au quotidien, et qu’il fallait arrêter de nous voir comme des “problèmes” et des profiteurs et ne plus nous traiter comme si on faisait exprès de rendre la vie de tout le monde plus compliqué. Dix-sept mille personnes à ATPN ont des macarons handicapés (sur une population d’environ 1 million). Ce n’est pas rien, on existe, on paye des impôts et on est des consommateurs (de voitures de luxe, même, parfois). Et en même temps, ce n’est pas la fin du monde si on a un peu d’aide, ça ne coûtera pratiquement rien à personne, alors il faut arrêter de dire “qu’on devrait être heureux de ce qu’on a et arrêter d’en demander toujours plus!”

Putain!

Oh, et la tempête apocalyptique (qui a complètement inondé la cave de mon secrétaire et bien endommagé mes fleurs) s’est arrêtée 10 minutes après mon arrivée… et a repris de plus belle 20 minutes avant la fin de la réunion.

14 comments

  1. A l’ouest

    Tout un éventail de questions que nous autres “valides” n’imaginons absolument pas… bravo quand même à la ville d’avoir organisé ce type de réunion, même si on espère que ce sera suivi d’effets (que ce n’est pas un truc fait juste pour la facade en sachant qu’en fait, rien ne changera vraiment)

    Like

  2. caro1774

    Ooohhh…j’ai l’impression au quotidien d’être tolérante voire indifférente aux personnes à mobilité réduite (PMR – car officiellement on n’utilise plus “handicapés”), et je m’insurge quand je vois des grosses AUDI 4×4 (de frontaliers bien souvent, et qui ne feraient certainement pas ça à GENEVE…mais bref, je m’égare) garées sur les SEULES places réservées aux PMR devant les commerces…
    Enfin le but de mon commentaire était l’inverse, c’est-à-dire que je me rends compte que je me crois “du bon côté”, et en fait je n’ai qu’une idée vague et bien minime de ce que les PMR vivent VRAIMENT. Quand on a une poussette on galère, mais on est loin de s’imaginer ces difficultés au quotidiens, pour des gestes qu’on effectue sans même y prendre garde..
    Bon courage, et oui oui oui, il faut éduquer et interpeller tout un chacun !

    Like

  3. Voir les handicapés comme des profiteurs, c’est sûr que c’est mal barré ! Mais ils profitent de quoi au fait ? Ah oui, pardon. Ils ont choisi exprès un handicap pour pouvoir bénéficier de places réservées et moins chères. N’importe quoi…

    Like

  4. C’est le genre de réunion auquel j’aurais bien aimé participer pour y apporter mon grain de sel… Effectivement, il y a un besoin d’éducation qui dépasse largement la question du stationnement et surtout de la gestion des permis idoines. La Ville a tout un système informatique déjà en place pour divers services (j’en ai fait connaissance lorsqu’il s’est agi d’obtenir des “licences” pour nos chats). Il ne serait pas très complexe d’en créer un pour la gestion du stationnement. Idéalement, le stationnement pour les personnes ayant une vignette pour mobilité réduite devrait être gratuit; c’est là que l’éducation est vraiment nécessaire.
    Et je vois tous les jours de ces édifices supposément “adaptés” qui ne répondent vraiment pas aux besoins des personnes dont la différence physique leur rend l’accès à des appareils difficile.

    Like

    • Pour le parking gratuit (ce qu’il était à Toronto et Ottawa), tu peux toujours rêver! Proposer ça comme solution c’est comme de leur dire que chaque citoyen de la ville devait payer $500 de sa poche chaque mois en contrepartie!

      Like

  5. en France, du moins dans mon coin, les places réservées aux handicapés sont bien marquées, et souvent inoccupées, mais les “valides” en général ne s’approprient pas ces places, je suppose que l’éducation au respect de ces places est bien passée!
    je trouve incroyable que ATPN soit obligée d’organiser une réunion avec les “profiteurs” (quelle horreur), alors que ta ville a certainement largement les moyens de mettre en place un réseau de stationnements dédiés, et une armée d’architectes et/ou avocats et/ou comptables pour en faire la gestion! c’est presque risible..
    bon mercredi, ici 2ème canicule de l’été, et chez toi, pas de gros dégâts sur tes fleurs?

    Like

    • Comme je l’explique, ce n’est pas qu’une question de places dédiées mais d’identification… mais c’est vrai qu’ils compliquent bien le truc alors que des milliers d’autres villes ont trouvé des systèmes très simples et qui marchent très bien!

      Like

  6. Pendant mes vacances nous allions sur une plage aménagée pour les handicapés. Il y a un lieu d’accueil, des plans inclinés et des fauteuils spéciaux pour aller dans l’eau. Bien sûr le parking attenant avait une zone réservée aux handicapés et bien sûr elles étaient régulièrement squattées par des gens qui trouvaient très pratique de pouvoir se garer tout près de la plage avec leur matériel et leurs parasols mais semblaient tout à fait valides…. et ça m’e…..même quand il y a des efforts de faits de façon officielle il y a toujours des cons pour profiter du truc

    Like

    • Je fais très attention à mes réactions, quand je vois quelqu’un de “valide” sur une place handicapée. Plusieurs personnes ont de graves problèmes de dos, par exemple, et ça ne se voit pas nécessairement. D’ailleurs une des femmes à cette soirée s’est plainte parce que les gens l’engueulent quand elle se gare sur ces places parce que c’est une belle blonde qui n’a pas l’air d’avoir de problèmes… sauf qu’elle a la sclérose en plaque et ne peut marcher que sur de très courtes distances. Mais c’est sûr qu’il y a des cons profiteurs qui s’en fichent, aussi!

      Like

      • Oui je sais, et actuellement je suis une de ces handicapées peu évidentes qui aimeraient bien pouvoir s’asseoir dans le métro par exemple mais là visiblement c’étaient des personnes plutôt chargées de parasols, fauteuils de plage et bateaux gonflables qui cherchaient à se rapprocher du sable….

        Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: