c'est pas moi je l'jure!

face amour, face amère

A l’automne dernier, j’ai travaillé avec la gentille capitaine qui était responsable de mes étudiants (qui étaient un groupe bien particulier, si vous vous en souvenez), et on s’entendait très bien. Et cet hiver, quelqu’un de nouveau a été engagé à la FAK, appelons-la Nicolette, et Nicolette est maintenant la responsable civile de mes futurs étudiants de cet automne (qui seront tous de la même origine que ceux de l’automne dernier, et Nicolette l’est aussi). La gentille capitaine et Nicolette doivent donc collaborer étroitement puisqu’elles sont toutes les deux responsables de ce nouveau groupe d’étudiants.

Or, quand Nicolette est arrivée, elle a très rapidement écrit un rapport extrêmement critique sur la façon dont ce groupe bien particulier d’étudiants est traité à la FAK. Et je la comprends, j’ai moi-même été choquée par certaines choses qui sont arrivées à l’automne dernier. Mais la gentille capitaine l’a très mal pris (le rapport) et donc les choses entre elles ont vite tourné au vinaigre.

Et puis j’ai été invitée à participer à une réunion de trois jours pour discuter de ce fameux groupe d’étudiants avec plein de gens très importants à la FAK (doyens, recruteurs, etc.) et bien sûr Nicolette et la gentille capitaine. Sur le programme, à la fin du deuxième jour de réunion, il y avait écrit “dîner officiel” et j’ai reçu une invitation de la gentille capitaine m’invitant à ce dîner qu’elle organisait. Bon.

Jeudi dernier, à la fin de cette deuxième journée de réunion, donc, comme il y avait deux heures vides entre la fin des réunions et le dîner, je me suis tournée vers Albert, venu parler d’un truc précis pendant l’après-mici et assis à côté de moi, et lui ai demandé ce qu’il allait faire pendant ces deux heures. Il a dit “Ah? Tu as été invitée? Pas moi!” Mais il a ajouté “C’est parce que je n’étais pas officiellement invité à ces trois jours de réunion, c’est normal.” Ouf. Je me suis donc ensuite tournée vers Nicolette et les deux doyens assis de l’autre côté de moi et leur ai posé la même question. Et ils ont tous les trois dit, choqués, qu’ils n’avaient pas été invités non plus. Et Nicolette est partie en claquant la porte!

Comment dire… C’est ce qui s’appelle “mettre les pieds dans le plat” mais en pire! Je peux honnêtement dire qu’en 25 ans d’études et d’enseignement dans des universités diverses et variées, je n’ai jamais été au milieu d’un cyclone incident diplomatique de cette envergure!

J’ai parlé avec la gentille capitaine qui avait plusieurs raisons parfaitement raisonnables pour m’avoir invitée (et mes ex-étudiants) mais pas Nicolette et les autres civils, mais je comprends aussi très bien que Nicolette et les autres voient les choses différemment. Disons que la gentille capitaine n’a pas fait preuve de beaucoup de diplomatie (et a dû se prendre une sacrée torgnole de la part de la Commandante de la FAK) (qui elle était invitée au fameux dîner)!

Sur le coup, j’étais vraiment furieuse contre ces deux femmes (que j’aime beaucoup par ailleurs) qui m’avaient soudain propulsée au centre de leur antagonisme. Et puis je suis allée au fameux dîner (qui a été un choc culturel violent, j’en reparlerai bientôt), et puis je me suis dit que merde, je suis Suisse, je dois travailler étroitement avec ces deux femmes et je resterai neutre, et j’ai demandé à mon frangin de m’envoyer un petit couteau suisse que je garderai précieusement dans mon sac à main pour me rappeler ma neutralité et faire de la pâtée pour chat de la première qui essaye encore une fois de me mettre au milieu de leurs embrouilles!

On n’est plus à la maternelle, quoi, merde!

36 comments

  1. wam

    je comprends bien le malaise et la crise diplomatique et les embrouilles. Mais d’un autre côté, tu n’y es pour rien. Ce n’est pas toi qui as lancé les invitations et tu ne pouvais pas savoir qui y était et qui n’y était pas… La neutralisté s’impose, en effet. Qu’ils gèrent le problèmes d’ego tout seuls.

    Like

  2. Ce verre à pied est très laid, le pied est bien trop épais. Je ne vois que des gens (flous) en uniforme, ça doit effectivement être assez spécial, comme ambiance. (Si c’est un dîner qui clôt l’année, il est assez normal que Nicolette n’y ait pas été invitée, puisqu’elle est embauchée pour l’année prochaine; mais peut-elle entendre cette raison?)

    Like

    • Mais enfin, chères lectrices et cher lecteur, on ne vous a jamais appris à dire “je n’aime pas…” au lieu de “c’est moche!”? C’est la deuxième fois en quelques jours qu’on me fait le coup dans les commentaires (troisième fois, si on compte les frites!). C’était un tout petit verre à porto et tout ne peut pas être aussi “bon” et aussi “joli” qu’en France, morteouille!

      Like

    • C’est moins facile que ça semble l’être parce que je suis une civile donc je devrais prendre partie pour ma collègue civile (c’est en tous les cas ce que mes collègues attendent de moi). Donc je suis en réalité TRES impliquée malgré moi!

      Like

  3. catandfivecats

    Ne t’inquiète pas trop, tu n’es pour rien dans ces différents entre personnes au fort ego, et les autres soucis sur la FAK étant plus importants que ces embrouilles, vont vite faire oublier cet “incident diplomatique”!
    hauts les coeurs, bon jeudi, bises

    Like

    • Hélas, comme je l’explique ci-dessus, ce n’est pas aussi facile que ça et c’est bien plus grave que ça ne semble l’être ici. Mais c’est sûr que dans 20 ans, on aura tous oublié cette histoire 🙂

      Like

  4. Du vin rouge dans un verre à eau? Nan mais… quand même! Quant aux embrouilles diplomatiques, ce n’est guère surprenant dans un environnement où s’entremêlent autant d’égos liés à des rangs autant académiques que militaires. Je commence à comprendre ce qui rend cet endroit aussi difficile! Bonne chance.

    Like

  5. Magali

    Les verres à eau et à vin que l’on voit à côté du gâteau ne sont bien assortis, celui à Porto ne jure donc pas, ils correspondent tous aux grandes mains (je n’en dirai pas plus des militaires).
    Je te pense très douée pour louvoyer sans prendre partie dans des conflits qui te sont étrangers. Un couteau suisse 6 lames pourrait éventuellement marquer ton statut de neutralité, mais un cadeau de petit couteau Suisse porteclé aux deux protagonistes pourraient être une super invite au respect fraternel.
    Est-ce leur origine différente qui a motivé les hostilités ?

    Like

  6. Pingback: de l’orage dans l’air | c'est pas moi je l'jure!

  7. Pingback: drogue de qualité | c'est pas moi je l'jure!

  8. Pingback: el blues del esclavo | c'est pas moi je l'jure!

  9. Pingback: on l’appelle folie | c'est pas moi je l'jure!

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: