c'est pas moi je l'jure!

nulle part ailleurs

Ma nouvelle secrétaire–que j’ai rencontrée ce matin pour la première fois–était très jalouse quand je lui ai dit que je venais de rentrer de Paris! C’est fou comme c’est naturel pour moi d’aller passer deux ou trois semaines en Europe chaque année alors que tellement de gens ici en rêvent et ne le feront jamais.

europe1

A l’allée, j’ai voyagé en “premium économie” à côté d’une italienne vraiment sympathique. A Paris, j’ai passé de très bons moments avec ma famille, revu de chers amis, acheté plein de chocolat pour tous les gens qui m’ont aidée ces derniers mois, et mangé beaucoup trop de bonnes choses. En Allemagne, j’ai lu au moins 50 histoires et fait au moins trois mille bisous et câlins à ma nièce et mes neveux que j’adore. En Suisse, j’ai passé quelques moments très chouettes avec mon frère, j’ai revu ma mère pendant un déjeuner vraiment agréable, j’ai passé une bonne soirée avec mon père, j’ai mangé dans un sublime endroit dans les vignes au-dessus du lac, j’ai bien papoté avec ma meilleure amie, le retour en classe affaires jusqu’à Toronto était fabuleux, et je n’ai pas souffert du décalage horaire une seule minute de retour chez moi.

europe3

A part ça, il faisait froid et il a plu tous les jours sauf deux (alors qu’à ATPN il faisait un temps radieux), il m’a fallu cinq jours pour me remettre du décalage horaire à l’arrivée, l’état de ma grand-mère m’a rendue très triste, j’étais tout le temps épuisée, j’ai eu des migraines terribles et mes jambes et mes pieds étaient tout le temps atrocement douloureux (j’ai même réussi à me niquer la cheville), à tel point que j’ai dû annuler deux rencontres de bloggeuses et pas pu aller dire au-revoir à mes grands-parents avant de repartir, j’ai passé quatre ou cinq heures par jour (souvent pendant la nuit) à écrire les 109 pages de mon rapport annuel, et j’ai été tellement malade dans l’avion entre Toronto et ATPN que j’en ai pleuré.

europe5

A ATPN, les choses ne sont pas roses malgré le beau temps: ma meilleure copine, Justine, a pris sa retraite et déménagé aujourd’hui en Oregon. C’était ma plus précieuse collègue, elle et son mari étaient ma famille d’adoption, ma “supporter” dans les pires moments comme dans les meilleurs, et je ne sais pas ce que je vais devenir sans elle. C’est elle qui m’a embauchée ici et qui s’est battue bec et griffes ces derniers mois pour que je garde mon boulot!

europe6

Et puis un de mes amis, excellent prof, jeune père de deux jeunes enfants, est en train de mourir hyper rapidement d’un cancer fulgurant.

europe7

Alors Calinette et moi on passe beaucoup de temps sur le balcon, le soir, à parler du monde et du sens de la vie et de ses vacances chez mon amie Nancy et des choses qui nous rendent tristes et des gens qu’on aime et de ceux et celles qui nous manquent et des souvenirs qu’il nous reste et des bons moments à venir en admirant les géraniums arrosés subrepticement par ma voisine et en buvant une bière bien fraîche et grignotant quelques croquettes.

europe2

7 comments

  1. J’aurais dit qu’il y a peut-être une voisine du dessus qui arrose trop largement ses plantes… Mais j’ai peur que tu habites au dernier étage.
    J’espère que tu ne manges pas les mêmes croquettes que Câlinette!

    Like

  2. dommage que tes vacances aient été compromises par tes soucis de santé, mais j’imagine que tu as quand même bien profité de ta famille, et c’est là l’essentiel..
    je regrette de ne pas t’avoir vue à Paris, mais ce n’est que partie remise, j’espère!
    courage pour ta reprise, et l’Oregon n’est pas très loin de chez toi, tu pourras y aller de temps en temps?
    de grosses bises et des câlins à Calinette

    Like

  3. Je suis désolée de t’avoir manquée à Paris, j’étais complètement à l’Ouest ce jour là. C’est nul que tu aies eu des soucis avec ta santé, mais bon malgré tout on dirait que ces vacances t’ont quand même fait du bien.

    Courage!

    Like

  4. ça me rappelle un peu quand je fais des vacances marathon retour en France, où on n’a pas non plus vraiment le temps de souffler ni se resourcer, et où on découvre que tout se barre en sucette au boulot en rentrant… Je compatis. Remets toi bien la patte…

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s