c'est pas moi je l'jure!

edge of a revolution

En 1992, j’ai commencé l’université à Lausanne, et je devais choisir trois domaines d’études. J’ai choisi l’anglais, l’espagnol, et l’informatique. Je ne peux pas dire que je me souvienne de beaucoup de choses de cette époque-là, à part d’un cours d’anglais où on devait lire The Bluest Eye, de Toni Morrison. Aujourd’hui encore je ne sais pas pourquoi je n’ai pas du tout apprécié ce livre, qui parle d’alcoolisme, de violences physiques, et d’inceste, et j’ai arrêté d’aller en cours.

Le truc le plus dingue de l’époque, en informatique, est qu’internet était tout juste en train de faire ses premiers pas, et un système qui s’appelait Gopher était en compétition avec le World Wide Web (qui a fini par prendre le dessus un ou deux ans plus tard). Gopher permettait de chercher des informations, comme par exemple le temps qu’il faisait à Montréal, là où habitait mon amoureux de l’époque. Ce système coûtait très cher à l’université donc je devais l’utiliser en cachette!

L’un de mes premiers projets d’informatique était de programmer quatre feux de circulation dans une intersection. Je devais aussi suivre un cours de logique, et ça m’a paru tellement abstrait que je ne suis pas allée à plus de deux ou trois cours. Tout ça ne devait pas être très difficile, mais comme avec l’anglais, j’ai rapidement abandonné.

En ce moment, je lis des trucs compliqués à propos d’intelligence artificielle, de Internet of Things, de robotique, de chaos theory, d’éthique, de blockchain, de vie privée, de natural language processing, de lidar, de computational thinking… et le truc complètement dingue c’est que j’arrive à comprendre tout ça! J’ai même envie de démissionner de mon job et de recommencer des études, tellement ce nouveau domaine me passionne!

Je me demande pourquoi j’ai tout laissé tomber en 1992, alors que c’était aux tous débuts de l’internet, le moment le plus fascinant de l’histoire du monde moderne! Je suis certaine que tous mes petits camarades de classe ont activement participé à ce qu’on appelle maintenant la troisième révolution industrielle et sont millionnaires.

Je ne peux pas dire que mes parents ne m’aient pas inculqué l’envie d’apprendre, parce que j’ai beaucoup lu et appris des tones de trucs grâce à des grands parents hyper intelligents et des parents pas cons non plus. Mais je crois que je n’ai jamais appris à imaginer ou prédire les conséquences que mes efforts pourraient avoir. Je n’ai jamais appris à réfléchir à des problèmes théoriques et scientifiques. Et je n’ai jamais appris à faire des efforts pour résoudre des problèmes toute seule. Ma mère était comme ça: quand elle n’arrivait pas à comprendre comment programmer l’enregistreur de cassettes vidéos, elle laissait tomber et attendait que mon père le fasse. A part pour le piano, mes parents m’ont toujours laissé abandonner tout ce que je voulais abandonner dès que ça devenait un peu difficile. J’ai laissé tomber ma première année d’université ET ma deuxième année (en psychologie)!

Je ne suis pas stupide, mais personne ne me l’a jamais dit. Personne ne m’a jamais dit que j’étais stupide, personne ne m’a jamais découragée, mais personne ne m’a jamais non plus poussée à faire quoi que ce soit. J’ai appris toute seule, en 2002-2004, à construire des sites internet avec des bouquins d’HTML et de CSS parce que je me sentais trop stupide comparée à mes amis. J’ai fait un doctorat parce que je ne savais pas quoi faire d’autre de ma vie. Je n’ai aucune mémoire, mais j’arrive à comprendre des choses compliquées, et il y a plein de trucs qui sont passionnants que j’aimerais avoir appris! Et je regrette beaucoup qu’on ne me l’ait pas dit quand il n’était pas trop tard.

10 comments

  1. Contrairement à toi, on m’a vivement encouragée à ne surtout pas faire d’études car j’étais loin d’être brillante. Il n’est jamais venu à l’esprit des gens qui prenaient les décisions que si j’étais mauvaise élève, c’était simplement parce que les cours que je suivaient ne m’intéressaient pas. Depuis que je peux prendre des décisions toute seule ça va beaucoup mieux.
    Quant à dire qu’il est trop tard pour débuter des études dans un domaine qui te passionne, ça vient de qui ? De toi ? Qu’est-ce qui t’empêche d’étudier à côté de ton boulot, comme passe-temps ? Et ne vient pas me dire que c’est une question d’âge, ça me déprime 👵🏻.

    Like

  2. Ah, j’aimerais bien que tu me dises ce que tu penses de ma dernière vidéo de vulgarisation https://youtu.be/DElcYB8m7_8 qui parle de ce qu’on peut faire et de ce qu’on ne peut pas faire avec un ordinateur, et de la difficulté de le faire quand applicable.

    Sinon, je suis persuadé que ça ne sert pas à grand chose d’enseigner des trucs à des gens qui ne sont pas ou pas encore prêts à vraiment s’y intéresser. Ça peut même être contreproductif et entraîner des blocages. Ce qui est remarquable dans ton cas, c’est que justement tu n’a pas gardé de ressenti négatif et tu as pu apprendre plus tard facilement des choses que tu n’aimais pas quelques années plus tôt.

    Like

    • Je dois avouer que les premières minutes de ta vidéo étaient ardues, parce que je ne connais aucune terminologie en français, et je ne suis de très loin pas une matheuse 🙂 Mais à la fin, j’ai bien compris le concept et c’était très intéressant, merci!

      Like

  3. Lucette

    Il y a fort longtemps, une adorable voisine, qui était retraitée m’a dit : j’ai fait des choix (professionnels) pas forcément heureux, mais la plus grosse des bêtises c’est de m’être crue trop vieille pour entreprendre de nouvelles études.
    À 40 ans elle voulait devenir infirmière.
    Cela a été son plus grand regret.
    Ç’est une phrase que je n’ai jamais oubliée.

    Like

  4. Anonymous

    Fais ce dont tu as envie, aujourd’hui, comme si tu étais un tout petit moineau à peine sorti du nid. Que ce soit stupide pour les autres ou simplement pas dans la norme. Çà me semble même urgent.
    Ce conseil à la con (à la con puisque un conseil ne sert à rien, par définition) s’applique à toi tout comme aux 98,8 pour 100 des habitants de cette terre qui se posent les mêmes questions.

    Bleck

    Like

  5. pourquoi ne pas faire ce que tu as envie? l’ IA t’intéresse, tu n’aurais pas de problèmes à apprendre, à refaire des études, j’en suis sûre, et tu es jeune, profite en! comme la dame qui s’est trouvé trop âgée pour être infirmière (quel gâchis), tu pourrais avoir des regrets plus tard, et, à ta place, je foncerai! en parallèle de ton travail..
    ce que je trouve dommage, c’est que l’on ne t’ai pas “obligé” à persévérer dans tes études à Lausanne, même si je pense que ce que tu as fait ensuite est formidable, et que peu de personnes ont réussi leur vie professionnelle comme toi. Je suis sincère tu le sais.
    Tu feras le bon choix..
    bises du matin, à bientôt

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: