c'est pas moi je l'jure!

who’s the boss?

Je ne vous ai jamais raconté comment j’ai choisi ma directrice intérimaire avant de partir en congé sabbatique.

J’ai commencé à penser à un remplacement en août 2019. Au départ, l’une de mes employées et très chère amie, italienne, m’a dit qu’elle aimerait que je la choisisse pour ce poste. La fille en question étant une excellente employée depuis longtemps et quelqu’un que aimais beaucoup, je me suis dit que c’était une excellente idée. Quelques semaines plus tard, j’ai aussi discuté avec une autre employée que j’aimais aussi beaucoup, iranienne, de ce poste de directrice intérimaire. Et un jour, une troisième employée, chinoise, m’a envoyé un email de candidature (alors que je n’avais rien demandé à personne). Cette troisième personne était aussi une excellente employée, mais je la connaissais moins, et on n’avait jamais parlé de quoi que ce soit à part de boulot.

Je pensais toujours choisir la première candidate, ma grande copine italienne, mais je savais que mon doyen allait me demander de lui proposer plusieurs candidats. Donc quand le jour est venu, je lui ai donné les noms de ces trois jeunes femmes, avec leurs qualités et leurs défauts. Je ne m’attendais pas du tout à ce qu’il me demande “tu préfèrerais laquelle, toi?” Si je m’y étais attendue, je me serais préparée à dire “l’italienne!” Mais je ne m’y attendais pas et j’ai répondu “la chinoise!” et ça m’a surpris, et en disant ça, je me suis rendue compte que c’était le choix le plus logique et le meilleur. Et mon doyen a donc choisi cette troisième candidate.

Comme vous pouvez l’imaginer, ma copine italienne était furax, à tel point qu’elle est partie en claquant la porte et en me laissant en rade avec beaucoup de difficultés à la remplacer à la toute dernière minute, ce que je n’ai pas du tout apprécié. Etre amies est une chose; être professionnelle en est une autre!

Elle m’a fait la gueule pendant quatre mois et m’a beaucoup manquée. Début avril, nous avons reçu des nouvelles d’un article qu’on avait proposé (en juin 2019!). Je l’ai contactée en lui demandant si ça l’intéressait toujours. Elle m’a répondu que oui, et depuis, elle fait comme si l’épisode “directrice intérimaire” n’était jamais arrivé, et moi aussi (mais je ne la réembaucherai pas si un jour elle le demande), et on bosse sur notre article.

Ma troisième candidate a été fantastique. Calme, pragmatique, organisée, courageuse, efficace, hyper marrante aussi, inébranlable dans les moments de crises (et Dieu sait si on en a eu cette année, la pauvre!), on s’est immédiatement très bien entendues. Il n’y a jamais eu de compétition entre nous, et quand je lui disais “c’est toi la boss,” elle me répondait soit “ok” et prenait la meilleure décision possible, soit “je ne suis pas sûre de ce que je dois faire, dans ce cas-ci,” et on discutait de toutes les possibilités et je l’aidais à prendre une bonne décision ou à écrire un email difficile ou à répondre à un étudiant casse-pieds. Elle partageait tous ses emails “difficiles” sur Google Docs et me demandait toujours mon avis. Elle est venue plusieurs fois passer la journée chez moi et on a bossé ensemble comme si on avait fait ça toute notre vie, en rigolant comme des bananes! Elle a tenu tête à plein d’emmerdeurs, a écrit un super rapport annuel, s’est occupée de mes employés avec générosité et patience, et je n’ai jamais regretté mon choix!

… Je lui ai récemment demandé si elle ne voulait pas continuer à me remplacer pendant quelques mois, mais elle a dit que non, qu’elle avait besoin de vacances après ces six mois! Je ne comprends vraiment pas pourquoi 😆

10 comments

  1. C’est chouette que tu aies fait le bon choix “par hasard”. On apprend en psychologie que les humains sont fainéants et que les décisions qu’ils prennent sont rarement les meilleures car cela demande trop de réflexion. Sans parler des émotions qui viennent tout chambouler. Tu t’en es bien sortie 🏆

    Like

  2. catandfivecats

    heureusement que tu n’as pas choisi ton amie, peut être que ça aurait mal tourné dès le début..je pense réellement après plusieurs expériences, qu’il ne faut jamais “travailler” avec un proche..on n’ose pas se dire ce qui ne va pas..et les relations deviennent mauvaises.
    bonne journée, bises

    Like

  3. Pingback: peur du vide | c'est pas moi je l'jure!

  4. Pingback: pas de quoi écrire à libé | c'est pas moi je l'jure!

  5. Pingback: des visages et des voix qui ne me quittent pas | c'est pas moi je l'jure!

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: