c'est pas moi je l'jure!

le p’tit ch’val dans le mauvais temps

On ne se rappelle plus quand on s’est rencontrées, mais j’ai l’impression de l’avoir toujours connue. Pourtant elle est vraiment bizarre comme fille.

Elle est arrivée au Canada quand elle avait huit ans et son anglais est meilleur que la plupart des gens de langue maternelle anglaise. Après avoir terminé un doctorat, elle a trouvé un boulot à l’université et après une dizaine d’années à trimer, elle a acheté une maison en espèces pour elle et ses parents (elle ne vit pas à crédit, “ça ne se fait pas en Europe de l’Est”). Ils y vivent ensemble depuis dix-quinze ans et elle prend soin de son père qui a des ennuis cardiaques et de sa mère atteinte d’une démence sénile avançant rapidement. Son père étant un tyran (il ne la laisse même pas adopter un chien ou un chat dans sa propre maison alors que son chien bien-aimé est mort en février) et sa mère ne se souvenant plus d’un mot d’anglais, elle est leur esclave (“c’est le rôle des filles en Europe de l’Est”). Mais elle n’accepte d’aide de personne–j’ai tout juste réussi à lui apporter un bol du “tofu général tao” de ma frangine allemande, une fois, parce qu’elle était curieuse.

En même temps, elle s’occupe de pratiquement tout ce dont ma copine Justine s’occupait avant de partir à la retraite alors qu’elle n’a qu’un contrat merdique, un salaire minable, et aucune reconnaissance de la part de l’université. Elle se bat contre vents et marrées pour que nos cours survivent parce que ce sont les seuls cours qui aident un peu les étudiants internationaux à ne pas complètement échouer dès leur arrivée ici.

En même temps, elle se bat contre la maltraitance des animaux, elle écrit des lettres de soutiens aux militaires canadiens déployés à l’étranger, elle se passionne pour la death metal music et présente à des conférences et écrit des articles là-dessus, elle aide et soutient ses amis et ses collègues sans relâche, elle babysit ses petites nièces tous les weekends pour que sa soeur puisse passer du temps seule avec son mari, elle est strictement végétarienne et même végétalienne quand c’est possible (elle n’a jamais acheté quoi que ce soit en laine, en soie, ou en cuir), et elle conduit ses parents à tous leurs rendez-vous médicaux et organise avec brio toutes les fêtes pour eux et leur fait la cuisine et le ménage et les courses tous les jours. Sa plus jeune soeur est sympa et l’aide parfois, mais comme elle a des gosses c’est pas facile, mais elle lui prête parfois son chien. Et sa soeur aînée a décidé qu’elle n’avait besoin d’aider personne et ne fait que de pointer son nez de temps en temps lors de fêtes familiales. Et elle enseigne des cours de merde à des étudiants ingrats qui haïssent l’université parce qu’ils sont obligés de suivre ces cours (la plupart depuis la Chine) et elle fait tout pour aider ces étudiants à survivre et à apprendre des choses intéressantes en passant des journées entières à leur parler sur Zoom parce qu’ils sont trop isolés et déprimés.

En même temps, elle me dit qu’elle a appris à s’en foutre de tout parce qu’elle n’a plus aucun espoir en personne, et surtout pas dans cette université qui la traite comme de la sous-merde, sinon elle mourrait d’angoisse du futur et de stress du quotidien et de déprime de sa vie.

On se parle souvent au téléphone–elle ne voit plus personne parce qu’elle a peur pour ses parents–de nos mères, de nos jobs, de nos emmerdes, et de nos rigolades. Elle est drôle et généreuse et tellement honnête et directe qu’elle me fait toujours rire. Elle sait qu’elle va bientôt perdre son job, comme tous les non-tenured staff de l’université, et elle cherche un autre boulot mais il n’y a plus rien nulle part en ce moment.

Si un jour je décidais de ne pas partir d’ici, ça serait à 90% à cause d’elle.

Les gens qu’on aime #26: quelqu’un qui aime les animaux

25 comments

  1. wam

    Je suis bouche bée.
    Tant d’abnégation, je n’en reviens pas.
    J’avoue que je ne sais pas si je suis admirative ou choquée.

    Je pense que tu as sauté quelques étapes dans ton #
    Ca doit être #23 quelqu’un qui aime aider autrui plutot que #26: quelqu’un qui aime les animaux, non ?

    # 23 quelqu’un qui aime aider autrui
    Je n’ai pas dans mon entourage de cas aussi exceptionnels que ton amie. Il faut que je me creuse la tête pour reparler de ma collègue C, qui m’a aidée quand les temps ont été durs au boulot pour moi. En me soutenant, moralement, ou en m’aidant dans mon boulot. Je sais qu’elle très présente pour sa mère vieillissante également, bien que celle ci habite à 300 km. Et pour ses neveux et sa soeur qui a une relation atypique avec le père de ses enfants, que je vais résumer en disant que ce dernier n’est pas présent au quotidien pour ses enfants. C passe des WE avec eux, voire, au moins quand il étaient petits, des marceaux de semaines, quand sa soeur était en déplacement professionnel. C assurait donc le quotidien des ses neveux pendant ce laps de temps, jouant le rôle d’une mère pour eux. Elle partait également en vacances d’été avec sa soeur et sa mère, d’une part pour être en famille, bien sûr, mais aussi pour aider tout le monde sur la logistique et le baby sitting. Et, donc, quand on se croise au boulot, je répète : on a toujours un mot gentil l’une pour l’autre.

    Like

    • Je peux te dire que moi aussi je suis admirative ET choquée, très souvent. On en parle souvent et je lui dis que je pourrais aller foutre un coup de béquille à son père, ou bien simplement l’engueuler, mais elle dit que c’est très important pour elle de pouvoir aider sa mère et qu’elle ne peut le faire que ce n’est pas la guerre entre eux… Donc elle se sacrifie pour sa mère. Elle en est consciente et ne voit pas d’autre option.

      Like

  2. Bleck

    Euh… je ne sais pas si j’ai eu raison de lire ton billet du jour en début de journée… bon que dire, les animaux ont bien de la chance de pouvoir compter sur quelqu’un comme ton amie.

    Bleck

    Like

      • Bleck

        Pourquoi ? Parce que je trouve avec mon vécu, mes références, mes choix cette vie, cette histoire triste à mourir,
        Faut-il de tout pour faire un monde ? Oui nécessairement, est-ce que c’est une raison pour cautionner apprécier ce genre de personne, je ne le pense pas.
        Maintenant je ne suis pas à ta place, pas à la place des parents ou de cette femme que tu apprécies tant, c’est clair. Derrière notre attitude se cache un historique, une culture qui sont souvent lourds de sens il y a un dicton qu’on dit africain genre “avant de juger l’autre, essaie de marcher avec ses chaussures” A mon sens, chacun est libre de vivre la vie qui lui plaît, sans réserve.
        Maintenant, ce type de personne me trouble plus qu’elle ne m’attire, et je comprends parfaitement qu’elle en ait autant à mon égard.

        Bleck

        Like

        • Merci pour ta réponse 🙂 J’essaye de toujours me souvenir qu’il y a des gens qui n’aiment pas le fromage, ce que je trouve absolument choquant et impensable, donc si on n’arrive même pas à être d’accord sur des petites choses insignifiantes comme le fromage, il est normal qu’on ne soit pas tous d’accord sur la meilleure façon de vivre nos vies. J’ai aussi souvent remarqué qu’on se fait des impressions sur les gens, mais qu’en les rencontrant et en leur parlant, on comprend parfois beaucoup mieux leurs choix. Ou pas, ça arrive aussi 😉

          Like

  3. une histoire émouvante, et je ne comprends pas comment on peut être autant dans le dévouement et l’abnégation. Un peu comme les bonnes soeurs (les bonnes, je précise, les vraies gentilles en Indes ou ailleurs), cela me dépasse..j’aurais tout envoyé valser depuis longtemps😥
    #23 j’ai rencontré plein de gens dans ma vie qui aimaient aider, dans les associations (sport ou autres). Mon exemple, l’entraineur d’athlétisme des gamins, bénévole +++, tous les jours, toute l’année, par tous les temps, et qui n’a pas la reconnaissance des parents (trop contents de lui fourguer leurs gosses), alors qu’il se donne à fond, qu’il a aussi une famille et un boulot, n’est ce pas de l’altruisme? je pense à particulier à lui aujourd’hui, je l’ai bien connu, parce que j’étais celle qui s’occupait du “secrétariat” de l’assoc, un sacerdoce presque pour lui..
    bon mardi, bises j’espère avoir bien répondu cette fois ci, chère Dr!😉😁

    Like

    • C’est un peu mieux, allez 😉 (sauf que je me suis plantée et que donc toi aussi tu t’es plantée, haha!) (et moi aussi j’aurais tout envoyé valser depuis longtemps sauf qu’on n’est pas elle et donc peut-être qu’on n’aurait pas non plus tout envoyé valser, qui sait…)

      Like

  4. Jenny

    #23 quelqu’un qui aime aider autrui
    Je vais aller à contre-courant dans les commentaires : ce genre de personne ne force pas mon admiration. Je dirais même que ce genre de personnalité m’inquiète. Aider les autres, c’est très louable. Mais avec des limites. Se laisser dicter sa vie sous son toit par son père ne me semble sain ni pour son père, ni pour sa mère, ni pour elle.
    Ma mère est la personne le plus serviable que je connaisse, faisant souvent passer les besoins et les envies de autres avant les siens. Et autant je lui reconnais cette qualité, autant je trouve cela pénible par moments. J’ai envie de la secouer et de lui dire : “Vis pour TOI un peu. Arrête de tout le temps faire passer les autres avant toi et arrête de culpabiliser quand tu le fais”. Parce qu’on se sent encore et toujours redevables aux gens à tendance “sacrificielle”. J’aurais aimé que ma mère envoie balader mon père, qu’elle envoie balader ses filles de temps en temps, pour affirmer ses désirs, vivre sa vie.
    Ma mère a donné son numéro de téléphone au monsieur presque centenaire qui habite dans son village et maintenant il la sollicite très souvent, quand ce n’est pas son alarme qui se déclenche par accident et appelle ma mère n’importe quand…. Mon père, à force d’être servi par ma mère est devenu tyrannique en vieillissant. Je me dis que si une femme lui avait un peu tenu tête, il aurait peut-être changé un peu et serait devenu moins égocentrique. Parce qu’un égocentrique en ouple avec une personne dévouée, ce n’est bon ni pour l’un ni pour l’autre !

    En conclusion, ma mère et quand même quelqu’un d’extraordinaire qui fit tout ce qu’elle peut pour faire plaisir à tout le monde mais j’aimerais parfois qu’elle soit plus égoïste et vive pour elle !

    Like

    • Bleck

      Je te rejoins sur le premier chapitre de ce commentaire, Jenny et merci d’exprimer un avis à contre-courant, ce n’est pas fréquent du tout du tout et j’ai de la tendresse pour le “contre-courant”

      Bleck

      Like

    • Jenny, je comprends très bien ce que tu dis et en même temps je crois vraiment qu’on ne peut pas juger tant qu’on n’est pas à la place de l’autre. J’ai pendant longtemps pensé que mon père aurait dû envoyer valser ma mère 20 ans plus tôt parce qu’elle était super chiante, mais en réalité mon père aimait passer pour un héros, il aimait que tout le monde lui dise “quel courage tu as de rester avec ta femme…” Je ne sais pas quelle est la raison pour ma copine de supporter tout ça à part qu’elle adore sa mère et ferait tout pour elle. FAIT tout pour elle. Crois-moi, on parle souvent de tout ça. C’est trop facile de toujours se dire “moi à sa place, j’aurais…” (Je sais qu’il y a plein de gens qui se disent qu’à ma place, ils n’auraient jamais été vivre au pôle nord comme moi, mais ils ne sont pas moi et ne connaissent pas toutes les raisons pour lesquelles je l’ai fait — et moi-même je ne connais probablement pas toutes mes raisons, haha!)

      Like

      • Jenny

        Je précise que je ne “jugeais” pas cette personne. Je ne dis pas non plus “moi à sa place…”. Je sais bien qu’elle fait ce qui lui semble bon pour elle. Comme dit ma tante : “On ne fait aux gens que ce qu’ils veulent bien qu’on leur fasse”. Et ton amie trouve son compte à se dévouer aux autres donc tant mieux. Mais cela ne me rend pas admirative.

        Like

  5. Geneviève

    C’est une fille que j’ai rencontrée via l’école, nos enfants fréquentaient la même autrefois. Elle n’habite pas très loin de chez moi mais on se voit rarement — 3 enfants de chaque côté, etc. Mais c’est une fille avec le cœur sur la main et le sarcasme en bandoulière. Elle est Mexicaine et parle parfaitement le français et l’anglais, mais chacun avec un très gros accent, ce qui est parfois assez drôle Elle travaille (oups, travaillait… avant la Covid) au service clientèle de Air Canada et avait toujours des histoires tordantes à raconter sur les imbeciles heureux qu’elle devait servir au bout du fil…
    Elle a grandi à la ferme, où elle avait son animal à elle : un poulet (je ne me rappelle pas son nom), son confident et son meilleur ami. Jusqu’à ce qu’un jour sa mère décide de faire un sort au poulet pour le dîner… Elle ne s’en est jamais vraiment remise et est végétarienne depuis. Bon, par contre elle vit avec un mari qui se nourrit quasi exclusivement de viande, la pauvre…
    En plus de ses trois enfants, elle collectionne les chats de ruelle, s’occupe de leur trouver une bonne famille, a adopté un chiot cet été (qui est en train de devenir un mastodonte), après que le hamster et les poissons rouges aient rendu l’âme… Bref, chez elle cest le chaos perpétuel, mais tout le monde semble heureux !

    Like

  6. Bleck

    J’n’sais plus combien #
    Nous employons Eudes assez régulièrement pour des travaux de ménage, de gardation de notre chat de gouttière ainsi que pour l’accueil des hôtes à qui nous louons notre maison. Eudes est notre concierge, en quelque sorte.
    Professionnellement Eudes est parfaite, rigoureuse, fiable, responsable et prenant des initiatives de bon aloi… professionnellement parfaite. Eudes est une femme beaucoup plus jeune que nous, célibataire, 3 filles, 17 chats (en ce moment parce que ça varie en fonction des saisons et des abandons) 3 chiens et je ne sais combien d’animaux divers et variés.
    Eudes est végétarienne, milite (très) activement pour le soutien au monde animal, relaie un nombre sidérant d’actions, de pétitions, manifestations. Elle traverse régulièrement la france pour aller placer un petit animal et j’oublie un tas de choses qu’elle fait en relation au monde animal.
    Par exemple il est hors de question quelle touche à une toile d’araignée lorsqu’elle nettoie une maison, elle le déclare dès sa présentation et ça, ça nous va très bien.
    Pour le reste Eudes est une pénible, un caractère épouvantable, je ne connais pas ses précédents mais il est évident quelle n’aime pas les hommes, les femmes je n’en sais rien sont les animaux qu’elle aime une évidence et puis “ils” ne peuvent pas contester, eux.
    J’aime moyen moyen Eudes et elle me le rend bien.

    Like

  7. Celine de Belgique

    #26: waou elle est dure la description de la vie de ton amie. Ça doit pas être facile pour elle…
    Ma petite soeur Hélène aime beaucoup les animaux. Elle aime s’approcher d’eux et a le sens pour les toucher , faire qu’ils se sentent en confiance avec elle.
    Après son bac elle a fait deux ans d’étude en sciences qu’elle a bien réussi mais elle a compris que sa voix était plus tournée vers les animaux. Elle a choisi assistante vétérinaire et cela lui convient bien.
    Elle a trouvé son premier stage à l’île de la Réunion (il y a pire comme lieu de stage et de vie) puis y a trouvé son premier emploi. Loin de la famille, mais elle y était bien, dans une clinique qui lui a permis de bien se développer et unee et clinique qui mettait en avant l’animal et l’humain.
    Comme elle est tombée amoureuse d’un réunionnais, on s’attendait à ce qu’elle poursuive sa route sur l’île, mais il a choisi d’être prof et a été muté d’abord à Paris et puis coup de chance, en Alsace!
    Ils sont maintenant installés à quelques km de mes parents et pendant cette période, elle a pu prendre soin d’eux, même quand ils étaient malades. Heureusement qu’ellle habite si près et qu’elle peut prendre soin d’eux régulièrement. Je lui en suis très reconnaissante. J’ai trop marqué mon indépendance et mon éloignement pour être capable de faire tout ce qu’elle fait pour eux.
    Pour l’instant elle n’a pas d’autres animaux que les poissons de l’aquarium. Son petit garçon lui prend beaucoup de temps. Mais je crois qu’ils réfléchissent souvent à quelle race de chien conviendrait le mieux à leur mode de vie…
    bisous ma belle

    Like

  8. Seer

    Je te parle tardivement de quelqu’un qui aime les animaux…
    C’est P. Un autre que la dernière fois, mais qui partage ironiquement la même initiale.
    P. est un collègue de travail, d’un autre grade et dans une autre équipe. Je l’ai rencontré en 2016 quand j’ai pris mon poste, et on a travaillé dans la même équipe pendant 6 mois avant qu’une réorganisation ne m’envoie ailleurs (rien de personnel, c’était prévu dès mon arrivée, je filais juste un coup de main temporaire).
    Ce n’est qu’après la réorg qu’on est devenus plus copains. En écrivant je me rends compte que je trouve super difficile de parler de lui.
    Un des marqueurs de P., c’est qu’il adore les chats, comme moi, et c’est ce qui nous a d’abord rapprochés. Il est venu visiter ma Canaille (pas son vrai nom) lors de quelques-unes de mes absences, et je pense qu’il l’aime beaucoup et qu’il la trouve très mignonne. Lui, il en avait eu deux ces dernières années, des anciens chats errants qu’il a ramassés alors qu’ils croisaient son chemin, et gardés avec lui. Le dernier des deux est décédé en août… c’était dur. Mais il a vécu vraiment bien et vraiment longtemps, surtout pour un chat positif au VIF. Je l’ai rencontré : c’était une crème de chat.
    Récemment P. a adopté un chat à la SPA, juste avant le reconfinement. Et jamais de la vie il n’adoptera un beau chat, un chaton… non, surtout ceux qui sont difficiles à adopter en général. Là c’est une drôle de bête qui a du mal avec son agressivité… il s’est pointé pendant quelques jours avec des griffures sur la figure !
    Son grand rêve, s’il gagnait au loto, ce serait d’ouvrir un refuge géant. Et quand il me le dit, j’y crois complètement.
    Outre les chats, P. aime beaucoup le cinéma, la bonne bouffe, et l’humour. C’est un célibataire endurci, qui ne veut absolument pas d’enfants (mais qui est super tonton avec ses neveux même s’il ne l’admet pas), hyper indépendant, qui adore les expériences un peu fofolles (la dernière en date : flotter au-dessus d’un courant ascendant) et qui n’a absolument pas la moindre peur de l’ouvrir publiquement face aux autorités au boulot.
    J’ai pas l’impression de lui rendre justice… Il me fascine. Il a 22 ans de plus que moi (et j’ai souvent l’occasion de m’en rendre compte, quand il se moque parce que je ne comprends pas ses références d’ado des années 70) et pourtant je connais des gens de vingt ans de moins qui font plus vieux que lui dans leur tête. Et honnêtement, malgré la différence d’âge, j’ai carrément un faible pour lui.

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: