c'est pas moi je l'jure!

le monde est tellement con

Je suis hyper déprimée et en colère depuis lundi: trois trucs vraiment pourris sont arrivés et je n’arrive pas à me dire que je suis coincée ici pour encore des années et des années!

D’abord, lundi matin, on a reçu le résultat d’une votation de merde à l’université. Je vous explique: les femmes gagnent moins que les hommes, ici, et donc quelqu’un a décidé que pour résoudre ce problème et “compenser les injustices” et “to repair damage to self-esteem,” l’université allait donner une augmentation de salaire de 5,8% aux full professors, et un généreux cadeau de $1500 (= 995 euros) à toutes les professeures (full, assistant, et associate professors, dont je fais partie). Cela signifie donc qu’après 10 ans de travail dans cette boîte avec un salaire inférieur à celui de mes collègues masculins, je vais recevoir “a lump sum of $1500″ de “compensation” “for injury to dignity and self-worth” ET C’EST TOUT!

52% de mes collègues sont des connards et ont voté pour cet accord, parce qu’évidemment, les hommes ont pu voter, et les full professors (qui sont doyennes, cheffes de départements, etc. et ont des salaires déjà élevés) étaient ravies d’avoir 5,8% d’augmentation! En plus, notre salaire à nous, les associate professors, est limité à un certain maximum (que je devrais atteindre dans trois ou quatre ans); donc après ça, mon salaire ne pourra plus jamais augmenter, ce qui ne fera qu’accroître les différences entre mon salaire et celui des full professors (qui lui, bien sûr, n’a pas de maximum)! En plus, l’accord stipule que les professeures de l’université ne pourront plus jamais faire de demande similaire pour ajuster leurs salaires dans le futur. Je suis hors de moi et complètement dégoûtée!

Et alors que j’étais en train de relire l’email sur ce résultat de vote pour une cinquième fois parce que je n’en croyais toujours pas mes yeux, ma frangine m’a textée pour me dire que Notre Dame cramait! J’ai donc passé tout mon lundi après-midi à regarder les images et vidéos de l’incendie. (Et depuis, tout ce qui se dit sur Fessedebouc à ce propos me désespère et m’horripile!) (Mais merci de ne pas en rajouter, je suis déjà assez énervée et déprimée.)

La troisième hyper mauvaise nouvelle c’est que l’Alberta a voté en masse, mardi, pour un connard sexiste, raciste, homophobe, et stupide. Youpi, on a notre propre Trump maintenant! Les conservateurs, qu’on avait réussi à virer il y a quatre ans après 60 ans de pouvoir en Alberta, sont de retour en force! J’ai la nausée!

J’en ai marre de tout, je n’en peux plus de ce putain de bled, je veux me casser d’ici, je suis en train de péter un cable, là… (et donc je suis allée m’acheter pour nonante-sept dollars de fromage)… (ce qui me déprime encore plus)… La rivière Saskatchwan est enfin décongelée, je vais enfin pouvoir aller m’y jeter! F’cking hell! 

21 comments

  1. toute ma vie, j’ai gagné moins que mes collègues mââles, j’ai trouvé ça injuste, j’ai essayé de changer cet état, jamais arrivé! pourtant je faisais le même boulot, alors à la fin, avant d’arrêter de bosser, je disais non à tout, (dans certaines limites bien sûr), je faisais le minimum, j’aurais du travailler comme ça depuis longtemps, c’était si injuste..
    alors je compatis, j’espère qu’un jour tu pourras quitter ce job pour un meilleur!
    je vois que tu vas pouvoir te consoler, attention à l’over dose, 😛
    bises

    Like

  2. Il y a la grève des femmes dans deux mois et les journaux ont précisé que les personnes qui souhaitaient faire grève devaient demander l’autorisation à leur supérieur afin de ne pas déranger la bonne marche des entreprises. C’est intéressant de noter qu’apparemment, quand les hommes veulent manifester, les entreprises continuent à tourner normalement puisqu’il n’est pas exigé de leur part de demander l’autorisation d’aller faire la grève…

    Like

  3. Mona Chollet: “Sorcières: la Puissance invaincue des femmes”. Une saine lecture, en ce moment (mais qui ne propose pas vraiment de solution). Une grève des femmes? Je suis pour. Ma collègue a affiché sur son casier “Ohne die Frauen könnt ihr zusperren”, que je traduirais librement par “sans les femmes, vous pouvez mettre la clef sous la porte”. Et mon (macho de) mari qui râle parce que la prof de français de l’aîné leur a proposé une liste de lecture “féministe”, au début de l’année!

    Liked by 1 person

  4. Geneviève

    Irshh, tu l’as dit, quel cauchemar ce nouveau PM… la guéguerre va pogner d’aplomb. Et dans moins d’un an, les élections fédérales, tchèque ben ce qui s’en vient… T_T

    Like

  5. Anonymous

    Je comprends ta frustration. Mon salaire est déjà bloqué depuis 5 ans !!!!
    Maintenant, parce que je ne connais rien à ton job, j’ai une question: peux-tu devenir full professor pour obtenir un salaire qui progressera ?

    Like

    • Bonne question 🙂 Oui, hypothétiquement, je pourrais un jour devenir full professor, mais je n’en ai jamais eu l’intention parce que ça demande énormément de de recherche et de publications. Il faut avoir publié un bouquin ou même deux, pour devenir full professor… Donc ça n’est pas dans mes projets, mais peut-être que quand j’atteindrai le “plafond” de salaire des associate profs, ça me motivera. Who knows!?

      Like

  6. Je suis sciée par ce sexisme dans les universités canadiennes. Sciées. Et cette condescendance! cette arrogance!!! Argh!! Mon féminisme ne survivrait pas sous ce climat!!!
    Ça me rappelle ma première employeuse en Espagne qui était canadienne et qui m’avait calmement expliquée pourquoi je gagnais moins que mes collègues masculins à diplôme et expérience égales : “ce sont des hommes , donc ils ont ou peuvent avoir une famille à charge” Grrrr! Connasse!
    Dans les entreprises françaises ces injustices sont très présentent mais heureusement pas dans l’enseignement. C’est déjà ça!

    Like

    • Ce n’est heureusement pas toutes les universités canadiennes. Dans une autre université, récemment, toutes les femmes profs ont reçu 3% d’augmentation de salaire. Dans une autre, elles ont toutes reçu une certaine somme suivant le nombre d’années qu’elles avaient travaillé dans cette université. Certaines universités font mieux les choses, nous, comparé aux autres universités qui ont essayé d’être plus équitables, on est de loin les femmes profs les moins bien traitées au Canada, avec cet “accord” 😥

      Like

  7. C’est quand même dingue, ces histoires…
    Quand j’habitais à l’Ile Maurice, je travaillais à plein temps alors que mon mari était étudiant, et il y avait des gens pour dire qu’ils trouvaient super que mon mari “m’emmène à la plage” le week-end. Haha.

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: