c'est pas moi je l'jure!

la bataille de waterloo

Hier, j’ai bossé toute la journée sur une petite vidéo d’introduction à mon centre d’aide aux étudiants, en anglais. Et aujourd’hui, j’ai bossé toute la journée sur la traduction française de l’affaire parce que tout doit être en anglais ET en français, à la FAK!

Ben mes p’tits loups, c’est rapidement devenu tellement impossible que j’ai dû envoyer mon texte à une prof francophone de la FAK pour lui demander de l’aide! Je suis nulle de chez nulle en “français académique!” J’ai écouté les vidéos que ma prédécesseure avait créées en anglais et en français: elle fait une belle erreur en anglais dès le début de la vidéo et ensuite son anglais (avec un accent français prononcé) est relativement simple, mais les idées qu’elle présente sont excellentes et clairement expliquées. En français, par contre, c’est de la haute voltige, elle est extraordinaire, et je suis hyper jalouse 😦 (Si j’étais mauvaise langue, je dirais que son français était trop raffiné pour des étudiants parlant un français souvent très anglicisé et relativement approximatif, mais je ne vais pas être mauvaise langue.)

Ma prédécesseure n’a pas eu de chance: elle a énormément travaillé pour la FAK pendant trois ans mais c’est finalement moi qui ai eu le job parce que j’étais hyper plus qualifiée et aguerrie* qu’elle. Elle s’est donc sentie trahie par la FAK et refuse de me parler, ce que je regrette grandement–mais je la comprends, bien sûr. C’est surtout quand je vais essayer de faire des trucs en français comme aujourd’hui que je vais la regretter!

Je lis le site internet de l’association des profs en version française pour apprendre le jargon professionnel de la “liberté académique” et de “l’évaluation du rendement” et des “fonds d’exploitation et maintenance” et des “protocoles d’entente.” Il me faudrait aussi un bouquin en français écrit par quelqu’un du Canada francophone qui utilise le jargon utilisé dans le genre de boulot que je fais (writing studies, writing centres, academic writing, composition, rhetoric, etc.), parce que là, je suis LARGUEE! (Pour toutes celles et ceux qui doutent encore de mes difficultés, allez relire ce vieux post où je vous donnais des exemples concrets de mes difficultés!)

Bon allez, comme je sens qu’encore une fois vous doutez de moi, je vous mets au défi de me traduire ces deux phrases en français, ça vous fera les pieds:

  1. We can help with research papers, lab reports, reflections papers, literature reviews, theses, grant proposals, presentation slides, business memos, case studies, conference abstracts, job applications, policy briefs, posters, annotated bibliographies, teaching philosophies, design plans, methodology recounts, case analyses, appellate briefs, candidacy proposals, scholarship applications, conference proceedings, article reviews, creative writing, and more.
  2. Come at any time during the writing process… even when you have nothing written yet! We can help you brainstorm and plan, create a strong thesis statement, develop and organize ideas, work on coherence and cohesion, support arguments, improve grammar and punctuation, find and use sources correctly and effectively, revise and proofread, and more.

Je sens que je vais m’amuser avec ce nouveau job…

* Mot pas choisi au hasard, évidemment.

23 comments

  1. Anne

    T’as demandé son avis à Google Translate 😂 ?
    Courage d’une Française absolument pas bilingue
    Et en plus, je suis comme les Friends de Chandler, je n’ai jamais compris ce que tu faisais comme boulot 🤪😂

    Like

    • Haha, Google Translate n’est absolument pas utile dans ces cas-là, hélas 🙂 Quant au boulot que je fais, heu… ben… je sais plus trop, là, en ce moment, parce que j’ai surtout l’impression d’être une secrétaire!

      Like

  2. mmechapeau

    Pour la première partie, je propose: « on peut vous aider pour rédiger tout et n’importe quoi »
    Pour la deuxième partie, je dois encore trouver quelqu’un pour m’aider à organiser mes idées et trouver quelques papiers intéressants à exploiter pour vous pondre quelque chose qui tiendra la route car, contrairement à vous, je n’ai guère* expérimenté l’écriture sérieuse.
    * Mot pas choisi au hasard, j’aime imiter.

    Like

  3. “Venez à tout moment du processus d’écriture… même si vous n’avez encore rien écrit ! Nous pouvons vous aider à réfléchir et à planifier, à créer un énoncé de thèse solide, à développer et à organiser des idées, à travailler sur la cohérence et la cohésion, à soutenir des arguments, à améliorer la grammaire et la ponctuation, à trouver et à utiliser des sources correctement et efficacement, à réviser et à relire, et plus encore.

    Traduit avec http://www.DeepL.com/Translator (version gratuite)” Voilà, ne me remercie pas 😀
    Pour m’aider avec mes tournures de phrases et mon orthographe, j’utilise Antidote. Et pour les problèmes de traduction, j’appelle ma copine Dr CaSo quand je dois rédiger qqch en anglais (ceci est un message subliminal pour te préparer à accueillir avec bienveillance ma demande de relecture concernant l’ “Abstract” de mon mémoire 🙂 )

    Like

    • Pas mal, pas mal, mais hélas non. Pas en français québecois. Pas en “writing studies.” Tes “énoncés de thèse” ne sont absolument pas la même chose que mes “theses statements” par exemple 🙂

      Like

  4. Si tu veux, je traduis Dietrich Fischer Diskau, c’est à ma portée. Le second texte que tu proposes me paraît plus facile à traduire que le premier, même (ou surtout) si on manque de vocabulaire académique.

    Like

    • Oui, le second texte utilise des mots plus courants que le premier. Mais le premier utilise des termes techniques qui s’utilisent tous les jours… dans leurs cercles professionnels respectifs! Par exemple, écrire/lire des policy briefs est très courant en droit.

      Like

  5. Normalement je ne résisterais pas au défi. J’adore traduire et j’ai souvent traduit des trucs ardus pour mes frangins (géographe et archéologue) souvent c’est très dur et doit être fait en binôme avec eux pour la partie “technique” . Surtout en archéologie.
    Mais là j’ai une semaine de merde : examens médicaux qui n’augurent que du mauvais. Donc je vais plutôt Tanger l’appart. Chacun se desangoisse comme il peut.
    La traduction de textes dans le jargon d’une spécialité, je confirme : c’est une spécialité en soi.
    Bises

    Like

  6. catandfivecats

    j’ai envoyé le texte à ma fille, en Angleterre, elle est traductrice, j’attends sa réponse pour te la proposer😉😉
    nonobstant, je pense également qu’il y a un langage particulier dans chaque métier, et je te serre les pouces, parce que ça m’a l’air plutôt ardu à la FAK!
    bon jeudi, bises

    Like

    • Pour être ardu c’est ardu 😀 Et oui, comme j’essayais de l’expliquer dans le post lié ci-dessus, il y a des milliers de mots et d’expressions particulières dans chaque domaine professionnel et académique, c’est normal, mais on n’y pense pas quand on ne travaille que dans une langue!

      Like

  7. Nina

    Etant bilingue (français/espagnol), je pense que les textes doivent utiliser un vocabulaire et une forme grammaticale simples et compréhensibles sans équivoque. Tes étudiants ne sont pas des littéraires. Evidemment, il faut tenir compte du jargon militaire :))

    Like

    • Ce n’est pas le jargon militaire qu’il faut utiliser, surtout, mais le jargon linguistique, des branches d’expertises académiques que je cite en anglais (parce que je ne sais même pas si ça existe en français) 🙂

      Like

  8. dieudeschats

    Je suis sûre que Bleck aurait une traduction parfaitement appropriée.
    A défaut, pour compléter le point 1 de Mme Chapeau, je proposerais pour le 2 : ” viens quand tu veux, même si t’as encore rien foutu pour ton papelard, on boira un coup* pour trouver l’inspiration et choisir où poser les virgules”

    J’espère que les archives de ta prédécesseure te permettront de compiler un petit lexique… une fois que tu auras assimilé les correspondances de jardon, la moitié de la bataille sera gagnée 😉

    Like

    • Haha, tu rigoles mais c’est exactement ça que je vais faire, m’installer dans le bar étudiant du campus avec une pancarte qui dira “grab a beer and let’s talk about writing!” 🙂 (Malheureusement, ma prédécesseure refuse de me donner quoi que ce soit. J’ai trouvé la vidéo en anglais et sa traduction en français grâce à d’autres profs qui avaient utilisé ces vidéos dans le passé.)

      Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: