c'est pas moi je l'jure!

à toi la gloire

Peu de gens ont la chance d’avoir des arrières-grands-parents et des grands-parents aussi longtemps que moi. Mon arrière-grand-père paternel est mort quand j’avais 17 ou 18 ans, et mon arrière-grand-mère paternelle est morte quand j’avais 29 ans! Mon grand-père maternel est mort quand j’avais 18 ans et ma grand-mère maternelle est mort quand j’avais 31 ans! Ma grand-mère paternelle est toujours vivante, et mon grand-père paternel est mort aujourd’hui, à 103 ans (et j’en ai 45). On est vigousses dans la famille!

Je lisais justement hier que les bronchites et autres infections pulmonaires étaient la cause la plus courante de décès des personnes âgées. Et que la morphine aide beaucoup les gens à mieux respirer, dans ces situations. Or il se trouve que le médecin de mon grand-père lui a refusé ce genre d’aide pendant plusieurs jours! J’espère qu’il crèvera d’étouffement très lentement, lui!

Je ne me souviens pas de mon grand-père quand il travaillait encore comme ingénieur des mines, en Lorraine, mais je me souviens qu’après sa retraite, il a longtemps aidé les gens qui sortaient de prison à retrouver du travail ou bien où se loger, je ne suis plus sûre. Je me souviens qu’il a aussi très longtemps suivi des cours d’histoire à la Sorbonne, puisque ma grand mère et lui habitaient juste en face de cette université. Et puis il s’était mis à peindre, aussi, et j’ai quelques magnifiques tableaux de lui sur mes murs.

Il savait tout, et tout l’intéressait. J’ai deux enregistrements de conversations où il me racontait, il y a juste un an, les histoires rocambolesques de ses aventures avec ses copains pendant la deuxième guerre mondiale, les intrigues avec les syndicats et ses grands patrons quand il travaillait aux houillères, les années où ma grand-mère et lui ont vécu au Maroc, et ses voyages aux Etats Unis pour négocier des ventes de charbon. J’adore écouter son rire et sa façon de toujours trouver l’humour de chaque situation, même dans les histoires les plus épiques et tragiques. Et j’adorais aussi sa façon de chantonner, tout le temps, surtout ce cantique célèbre qui m’avait tellement touchée lors d’un certain service de Pâques.

Hier aussi je pensais au deuil que ça a dû être pour mes grands-parents de devoir quitter, fin 2014, cet appartement dont je parlais justement il y a quelques jours, où ils ont habité pendant pratiquement quarante ans, pour aller en maison de retraite parce que ma grand-mère n’allait plus très bien. Ils avaient dû se séparer de leur chat adoré, Apache, mais ils avaient gardé les nombreux albums de photos de leurs innombrable voyages, dont celui qu’ils ont fait en avril 1999 pour assister à ma première “graduation” américaine, en Utah.

Mon Papy était un homme extraordinaire qui a survécu à plus de catastrophes, de dangers, de difficultés, de souffrances, d’épreuves, d’accidents, et de soucis, que la plupart des gens de ce monde. Ma mère et lui s’entendaient comme larrons en foire et je pense qu’il avait été très triste de la séparation de mes parents. L’année dernière, alors que ça faisait sept ou huit ans qu’ils ne s’étaient pas revus, il m’a demandé s’il pouvait revoir ma mère une dernière fois, “avant qu’il ne soit trop tard.” Hélas, il était déjà trop tard, mais j’avais été très touchée par cette pensée.

Il va me manquer, “notre Papinou,” comme l’appelait ma mère. Je sais que tout était devenu trop difficile et qu’il en avait marre de la vie ces dernières semaines, donc je suis soulagée pour lui, mais je n’arrive pas à imaginer que je ne le reverrai plus. Et je suis très triste pour ma grand-mère qui se retrouve bien seule, et qui, je ne peux que l’espérer, le rejoindra rapidement.

S’il y a bien un paradis, il y aura déjà sûrement retrouvé son père et sa mère, tous deux morts peu après sa naissance, et ces adorables “vieilles tantes” qui ont pris soin de lui pendant tant d’années. Si quelqu’un mérite son petit lot de paradis, avec tondeuse à gazon mais sans taupe, c’est bien mon Papy!

13 comments

  1. Seer

    So sorry for your loss…
    C’est vrai que c’est une chance de l’avoir connu si longtemps. Et tu en gardes un souvenir très lumineux, j’en suis heureuse pour toi.

    Like

  2. Miyax

    On pense bien fort à lui, on pense bien fort à toi. De ton côté, continue à penser aux bons souvenirs que tu as de cet homme extraordinaire et aimant.
    Je t’embrasse.
    Avec des pensées de réconfort,
    Miyax

    Like

  3. Geneviève

    Oh Dr Caso, comme je suis émue par tes lignes. Tu lui as fait un bel hommage. Ça devait être tout un personnage! Mes pensées t’accompagnent, comme chacun des autres jours, mais encore plus aujourd’hui. Même à 45 ans on se sent orphelin, perdu, avec ce vaisseau de notre passé qui s’en va. Plein d’amour pour toi.

    Like

  4. catandfivecats

    je suis en retard mais tu sais que je pense fort à toi, tu en parlais de temps en temps de ton Papinou, avec beaucoup de tendresse, j’espère que ta grand mère ne souffre pas de son absence, et que toi tu ne te souviendras longtemps des moments vécus avec ton papy..
    Je suis émue, de lire que ton grand père travaillait aux Houllières de Lorraine, car le mien (polonais) aussi, il était mineur, et est mort en 1939 au fond de la mine, en Lorraine, laissant une veuve et 3 jeunes enfants, dont mon père…
    Ton papy a vécu plusieurs vies extraordinaires en une seule en effet…je suis très admirative!
    je t’embrasse fort

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

%d bloggers like this: