c'est pas moi je l'jure!

la fête à loulou

Hahaha, je gougeule “jeûne fédéral 2022” pour voir à quelle date il se trouve cette année, et la première réponse m’explique que c’est le “September 18: Federal Day of Thanksgiving, Repentance, and Prayer 2022 in Switzerland.”

Le site publicholidays.ch me confirme que “En Suisse, le troisième dimanche de chaque mois de septembre est désigné Journée fédérale d’action de grâces, de repentance et de prière. Le jour suivant est également un jour férié dans le canton de Vaud.” Et de Neuchâtel aussi. Maintenant vous savez tout, et moi aussi!

C’est marrant d’avoir eu un jour de congé pendant toute mon enfance dans le canton de Vaud sans jamais m’être demandée ce qu’on célébrait ce jour-là, à part la tarte aux pruneaux! Mais le site publicholidays.ch n’explique pas la tarte aux pruneaux, donc j’ai dû chercher ailleurs, et j’ai trouvé ça sur un site genevois, auquel je ne devrais pas faire confiance parce (qu’il y a des fautes d’orthographe dessus et) que les Genevois sont des traitres, ils ne fêtent pas le Jeûne fédéral au même moment que le reste du pays (faut toujours qu’ils soient différents ceux-là): “Le pruneau étant un fruit qui est récolté du mois d’août au mois de septembre, c’est assez naturellement que la tarte aux pruneaux s’est imposée comme le met phare du jeûne genevois et fédéral.

Ce qui me rassure, c’est que je ne suis pas la seule à ne rien savoir sur cette journée spéciale. Regardez la vidéo (de 1965!) sur cette page, à partir de la minute 3:35, c’est très instructif et marrant!

Donc, pour rester fidèle à ma bourgeoisie morgienne, j’ai fait deux tartes aux pruneaux (dans mes deux moules moyens géniaux qui cuisent toujours bien le dessous des tartes), et j’en ai donné une à ma voisine. J’avais oublié de mettre de la poudre d’amandes au fond de la tarte (j’ai juste posé les pruneaux sur la pâte et saupoudré d’un peu de sucre), donc elle était bien acidulée et juteuse, mais le lendemain, elle était absolument parfaite! Ma voisine a mangé la sienne sans problème accompagnée d’un peu de glace à la vanille. Je pense que les Vaudois lui tireraient une flèche dans la pomme pour ce crime, mais la Suissesse pacifiste que je suis est restée neutre avec un “why not?” impartial!

Finalement ça tombe bien que nous ayons congé lundi pour l’enterrement de Sa Majesté Elizabeth II, comme ça je pourrai aussi, pour la première fois depuis mon départ de Suisse en 1995, fêter décemment le Jeûne fédéral 🙂

PS. Dans la phrase “La plupart des employés essayent de trouver un moyen d’alléger un mécontentement qui leur semble néfaste,” quel genre de pronom est “leur”?

31 comments

  1. Le Jeûne fédéral? … Voilà quelque chose qui m’échappe complètement. Et pourquoi on mange de la tarte le jour du jeûne?
    Bon tu vas me dire que je n’ai rien suivi et pas lu les liens et pas regardé les vidéos, c’est vrai.
    C’est dans des moments comme ça où il est confirmé, qu’en dehors de la langue, les suisses et les français sont vraiment très différents (ce que je savais déjà, j’ai séjournée en Suisse).
    Quoi qu’il en soit : vive les tartes au prunes!
    Encore une différence : en France on appelle pruneau uniquement le fruit séché. Autrement c’est une prune, une quetsche si j’en crois mes yeux pour ta tarte.
    Vive les tartes et les jours fériés!
    Bisous

    Like

    • La réponse est dans le post: “En Suisse, le troisième dimanche de chaque mois de septembre est désigné Journée fédérale d’action de grâces, de repentance et de prière. Le jour suivant est également un jour férié dans le canton de Vaud.” C’est tout 🙂

      Like

  2. Mme Chapeau

    Leur est un pronom personnel.
    Son singulier est lui.
    La tarte aux pruneaux du Dr. CaSo lui a semblé bonne; la tarte aux pruneaux du DRr. CaSo leur a semblé délicieuse.
    Et bon jeûne fédéral 🙂

    Like

  3. Magali

    La différence entre quetsche et pruneaux , c’est dit. Je n’aime vraiment que la reine-claude en tarte. En Anjou, il y a une tradition de “pâté aux prunes”, tourte exclusivement aux reine-claude entières. A voir la vidéo, la pâte doit être la même, farine-eau-crème fraîche. C’est très beau, délicieux, mais bourratif.
    Le boulanger-pâtissier du village voisin du mien a gagné le concours départemental puis le régional du pâté aux prunes. Il met deux fois plus de reine-claude que ces concurrents. J’ai hésité à en acheter un hier.
    Apprendre avec la diction radiophonique d’autrefois que les Suisses ne savent pas la raison de leur jour de congé est un vrai délice !
    “leur” : désolée, les Bled que je t’ai envoyés m’auraient permis de te répondre. Je me souviens seulement qu’il s’agit d’un pronom invariable.

    Like

  4. Martine

    Je vous lis depuis longtemps, voilà juste l’occasion de commenter. Je vis en Alsace : donc ici, c’est la tarte aux quetsches , traditionnellement avec une pâte levée. Il y a une différence entre prune et quetsche ( les unes ont un noyau qui “colle”, les autres ont le noyau “libre” – mais je ne sais pas qui est qui !!!) Dans le proche Jura suisse, il existe une prune , violet clair, nommée damassine .
    Et , dans ” votre” phrase, leur est un pronom personnel.

    Like

  5. Mme Chapeau

    Quand j’étais enfant, on faisait aussi des tartes au corin de prunes ou d’abricots, le corin étant une espèce de compote faite à partir de fruits secs qu’on achetait toute prête dans des boites de conserve.

    Like

  6. Bleck

    Je me moque absolument de votre interprétation de “leur” de savoir si c’est un adjectif à contention variable, un pronom direct ou s’il sert à côtoyer un subjonctif arbitraire, franchement ça ne m’intéresse pas plus que ça… qu’elles soient aux abricots, au pommes, aux quetsches, avec ou sans corin, aux prunes avec noyau libre ou collant ce qui compte pour moi c’est qu’une tarte existe qu’elle soit d’une dimension généreuse, que la pâte soit de préférence brisée avec du beurre frais, un chouilla de crème fraîche, éventuellement en ajoutant un jaune d’oeuf et surtout maison, j’aime la disposition de ta tarte Dr. Caso ainsi rangés les fruits sont plus nombreux, bon appétit !!

    Bleck

    Like

  7. “Leur” est forcément du pluriel et se réfère aux employés (donc masculin). S’il était féminin en réference à “la plupart”, on aurait “lui” au singulier… (Direct ou indirect n’est pas la question, comme le dit Mme Chapeau, “ils” est sujet, tandis que “leur” est complément -indirect – tout comme “les” – direct – “Ces tartes ont l’air excellentes, je les mangerais bien”.)
    Et je vois qu’on a déjà fait la remarque sur “prune” et “pruneau”… On fait des far aux pruneaux, et des tartes aux prunes.

    Like

  8. wam

    Un jour de Jeûne = un jour Férié ? je ne comprends pas
    Des pruneaux = des prunes ? je ne comprends pas
    On mange des tartes aux prunes un jour de jeûne ? je ne comprends pas [mais c’est un type de jeûne qui me convient]
    Le Dr CaSo bouscule tous mes repères.
    Tu as donc trouvé le temps de faire 2 tartes aux prune[aux]s ? ta charge s’allège-t-elle ou faut il remercier la Reine Elizabeth pour ça (à defaut de la remercier pour le chenit qu’elle engendre au Canada)

    Like

  9. Où je découvre la différence entre la prune d’Ente et la quetsche , et qu’il y a plein de prunier d’Ente autour de chez moi. Les prunes produites, contrairement aux quetsches, ne sont pas très bonne en fruits de bouche. Mais on peut faire de très bonnes tartes avec.

    Like

  10. catherine

    en bonne Lorraine que je suis, je te donne mon avis, ne pas confondre prunes, Reines Claude par exemple, et Quetsche😁 qui sont allongées et plutôt acidulées!
    la tarte aux quetsches, miam, ma tarte préférée, avec celle aux mirabelles!
    bon appétit, tes tartes me font bien envie

    Like

Merci pour vos commentaires que j'adore :)

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: